AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "Les sanglots longs des violons de l'Automne..." [PV : Alex'.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eurydice Montansoie
Sixième année LusignanavatarSixième année Lusignan
Messages : 44
Date d'inscription : 03/11/2011
MessageSujet: "Les sanglots longs des violons de l'Automne..." [PV : Alex'.]   Sam 26 Nov - 9:23

Le soleil timide de cette in d’automne peinait à éclairer les jardins de Beauxbâtons, pourtant, en ce tout début d’après-midi, il était encore proche du zénith. L’air n’était pas trop froid, peut-être parce que le vent avait décidé d’être magnanime et de cesser de souffler sur ces magnifiques bosquets, afin de laisser les élèves en profiter. Eurydice était de ceux-ci, elle avait abandonné les imposants et austères rayons de la bibliothèque, parmi lesquels elle se sentait à l’aise, pour profiter un peu des massifs parfaitement entretenus qu’offrait l’extérieurs du château. Elle n’avait jamais vraiment excellé en botanique et admirait les élèves qui maîtrisaient cette matière quelque peu capricieuse.
Errant parmi les haies parfaitement alignées et adroitement taillées, la jeune fille était enveloppée dans une cape grise s’arrêtant juste au dessus des genou, soit juste à la hauteur de sa robe, laissant paraître des collants noirs. Toujours accompagnée d’une sacoche de cuir contenant diverses choses, elle cherchait un endroit où se poser, un peu à l’écart du centre des jardins, entre autre, un endroit calme.
Et elle finit par le trouver. Un petit banc de pierre blanche, encadré de statues habilement sculptées, semblait se trouver reculé du cœur des plantations. Enfin, à première vue, il ne serait pas étonnant qu’à quelques pas seulement, il y est un chemin qui mène directement aux serres, ces jardins étaient parfois de vrais labyrinthes ! Seuls les Courtenays devaient les connaître pleinement, y comprit les raccourcis et les impasses, les moindres sentiers et recoins, et surtout l’endroit si bien gardé où se trouvait leur plantation de Magikjuana. Oh, ils pouvaient nier au personnel de l’établissement le fait qu’elle existe, mais les élèves n’étaient pas dupes !
Eurydice s’assit donc sur ce banc et restait quelques instants à regarder le ciel aux teintes bleues grisées et à ne penser à rien. C’était bon de parfois ne vraiment rien faire. Et puis, d’un coup, l’envie de sortir sa lyre lui vint, c’était une de ces envies soudaines qui sont irrésistibles sans qu’on sache pourquoi. En sortant le gracieux instrument, elle s’assura que personne n’était dans les parages, si l’envie de chanter lui venait –ce qui serait certainement le cas-, elle n’aurait pas à s’en priver. Ses doigts se mirent à effleurer les cordes, le son était encore faible et la mélodie indéfinie mais, au fur et à mesure, elle se fit plus assurée. Ses doigts savaient exactement où aller et ils sautaient de cordes en cordes multipliant les accords. La ritournelle vibrait dans la première octave de la gamme de Do, pas trop aigu, pas trop grave. Et puis, comme une évidence, des paroles vinrent s’ajouter aux notes nues.


« And I built the cathedral,
With the shelves that you held,
In the hole, in a tree.
And I love the words you said,
When I told you what the ravens,
Sing in my dream... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Morel
Septième année CourtenayavatarSeptième année Courtenay
Messages : 109
Date d'inscription : 21/09/2011
Localisation : A la plantation, bien sûr !
MessageSujet: Re: "Les sanglots longs des violons de l'Automne..." [PV : Alex'.]   Sam 26 Nov - 11:54

Alexandre profitait du splendide soleil de ce début d'après-midi. En deux mots : plantation puis quidditch. Il déjeuna sous l'oeil furieux de l'Intendant (sous prétexte que quelques malheureux grammes de magikjuana avaient été retrouvés dans une salle commune... en désordre ? chez les Armagnacs). Les yeux brillants, il se retrouva rapidement dehors. Comme à chaque fois, il admira le cadre magnifique de la grande terrasse qui surplombait tout le parc. Le lac, qui rayonnait de mille feux sous les rayons du soleil, les vergers, dont les feuilles commençaient à prendre les chaudes couleurs de l'automne, puis les jardins en eux même, bien entendu. De larges allées tirées au cordeau, en étoile autour de la fontaine. Mais aussi, des recoins, de petits labyrinthes, entourés de fleurs, qui envoyaient leurs senteurs parfumées dans tout le parc.

Il descendit les marches d'un pas léger, sifflotant. Soudain, une légère ombre vint troubler le sol. Surpris, il baissa les yeux. Il voyait la sienne, bien sûr, mais aussi celle d'une personne, tentant de se dissimuler derrière la fontaine. Alex sourit. Le Veneur, comme toujours. Il n'avait pas compris depuis le temps que fouiller tous les jardins lui demanderait moins de temps que réussir à suivre un Courtenay. Alex ricana. On allait s'amuser.

Il s'engagea dans une des larges allées, puis bifurqua à droite. Les sentiers se resserraient ici. Levant les yeux vers une statue en marbre, il se repera rapidement. Accelerant un peu le pas, pour faire faire du sport au Veneur, il se dirigea tranquillement vers le nord. Passant devant un bosquet de fleurs roses, il s'arrêta, puis repartit vers l'ouest. Il hésita. Où conduire le Veneur. Un mince sourire lui vint sur les lèvres. Alex repartit à nouveau vers le nord. Il savait que derrière les haies de lavande se trouvaient les serres du cours de botanique. Alors, plantant là le Veneur, qu'il sentait haleter, il courut s'engouffrer dans la mince allée dissimulée derrière une haie. Là, sûr d'être à l'abri, il se dirigea tranquillement vers la plantation.

Quand il arriva, tout le monde était au travail. Avec Marc et Julie, il planifia les futures cultures de la serre n°4, puis prenant un râteau, se mit à sarcler la terre dans la culture de magikjuana. La serre n°1 était la plus grande, aussi quasiment tous les élèves présents à la plantation, se concentraient sur celle là. Cela leur prit un bout de temps, mais tout fut replanté à son départ. Il jeta un oeil aux ballorchidées, puis résolut de se rendre au stade.

Alex hésita, mais décida de prendre un autre chemin pour rentrer. Sifflotant, il se dirigea vers un petit labyrinthe qu'il connaissait, certain d'être seul. Manqué. Au détour d'un croisement, il s'arrêta. Une voix mélodieuse, pure, se faisait entendre. Derrière, il entendait des accords de lyre, et la voix, comme par magie, s'accordait parfaitement aux notes jouées. Bientôt des paroles vinrent compléter la mélodie.


« And I built the cathedral,
With the shelves that you held,
In the hole, in a tree.
And I love the words you said,
When I told you what the ravens,
Sing in my dream... »


Sans faire de bruit, il observa la chanteuse. De petite taille, elle était vêtue simplement, d'une robe noire, avec une cape grise, et des collants noirs. Elle avait une peau très claire, presque blanche, et de longs cheveux argents. Résolu de parler à cette belle apparition, Alex marcha sur une brindille, et s'avança.

Elle stoppa net son chant, et rangea la lyre dans son sac. Prenant un faux sourire d'excuses, il fit :


- Non, désolé, je ne voulais pas te déranger, continues c'était magnifique.

En fait, si, il voulait la déranger. Mais bon. Puisque c'était fait :

- Alexandre. Alexandre Morel. Puis je savoir le nom d'une si belle chanteuse ?

Autant commencer le numéro de charme tout de suite, maintenant. Et complimenter.

- Tu chantes magnifiquement bien... Tu joues de la lyre depuis longtemps ? Je n'en avais jamais entendu ici...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurydice Montansoie
Sixième année LusignanavatarSixième année Lusignan
Messages : 44
Date d'inscription : 03/11/2011
MessageSujet: Re: "Les sanglots longs des violons de l'Automne..." [PV : Alex'.]   Dim 27 Nov - 9:51

Le craquement d’une branche ou d’une brindille sur laquelle l’on marche retentit dans la quiétude des jardins jusqu’alors seulement troublée par le doux son de la lyre d’Eurydice. Celle-ci stoppa automatiquement et entreprit instinctivement de ranger son instrument. Peut-être que c’était le Veneur ? Mais même si c’était lui, elle n’avait aucune raison d’arrêter de chanter…Ce n’est qu’alors qu’elle entendit la voix de celui qui l’avait surprise.

- Non, désolé, je ne voulais pas te déranger, continues c'était magnifique.

Elle leva ses yeux pâles vers ce garçon, nouveau venu. Brun, vaguement croisé dans les couloirs de l’école, il devait être en septième année. L’écoutait-il depuis le début ou venait-il juste d’arriver ? Ce devait être le hasard qui l’avait mené jusqu’à elle.

- Alexandre. Alexandre Morel, dit-il pour se présenter. Puis je savoir le nom d'une si belle chanteuse ?

Ce nom n’était pas inconnu aux oreilles de la jeune fille, elle avait dû l’entendre au détour d’une conversation. Elle savait de ce nom, qui à présent avait un visage, qu’il était chez les Courtenays. A première vue, il avait l’air plutôt sympathique.

- Tu chantes magnifiquement bien... Tu joues de la lyre depuis longtemps ? Je n'en avais jamais entendu ici...

Admirateur occasionnel ? Sans aucun doute.

- Merci, dit-elle faiblement,.

Elle n’avait pas honte de sa musique mais avait toujours un peu de mal à remercier les gens, surtout lorsqu’il s’agissait de compliments.


- Moi, c’est Eurydice. D’habitude, je ne joue pas ici, je suis plutôt du côté du lac d’argent, mais aujourd’hui j’ai eu envie de changer d’endroit.

Les rives du lac d’argent étaient généralement calmes et offraient un panorama magnifique, c’était une des raisons pour lesquelles Eurydice aimait cet endroit. Les jardins n’étaient pas moins agréables mais ils avaient quelque chose d’un peu moins sauvage, de plus cadré. Moins propice à l’imagination.

- Je croyais d’ailleurs que cette partie des jardins était déserte…

La présence d’Alexandre ne dérangeait pas Eurydice. Pour l’instant. Tout dépendait de ses réactions futures…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Morel
Septième année CourtenayavatarSeptième année Courtenay
Messages : 109
Date d'inscription : 21/09/2011
Localisation : A la plantation, bien sûr !
MessageSujet: Re: "Les sanglots longs des violons de l'Automne..." [PV : Alex'.]   Dim 27 Nov - 16:48

Elle baissa les yeux, et se contenta de murmurer un faible :

- Merci..... Moi, c’est Eurydice. D’habitude, je ne joue pas ici, je suis plutôt du côté du lac d’argent, mais aujourd’hui j’ai eu envie de changer d’endroit.

Alex eut un sourire approbateur. Eurydice, puisqu'elle s'appelait ainsi, avait bon goût. Lui aussi admirait beaucoup le splendide lac qui ornait le parc de l'académie. Bien souvent, le matin, il lui arrivait de se lever tôt uniquement pour pouvoir observer le soleil embrasait de ses reflets d'or le lac scintillant. D'ailleurs, une fois ou deux, tous les Courtenay étaient sortis en douce du château, pour aller dormir à la belle étoile, sur le petit promontoire qui surplombait le lac. Se passant la main dans les cheveux, il se reconcentra sur son interlocutrice:

- Je croyais d’ailleurs que cette partie des jardins était déserte…

Était-ce un reproche ? Il ne semblait pas avoir l'air de la déranger, mais elle paraissait un peu gênée de sa présence. Elle se tenait droite devant lui, tordant entre ses longs doigts fins une mèche de ses cheveux argent.

- Elle l'est en général... Mais j'aime bien être l'exception qui confirme la règle.

Puis, il repassa sur le sujet abordé par Eurydice quelques instants auparavant :

- Le lac d'argent, dis tu ? C'est étrange, j'y vais souvent, mais je ne t'y ai jamais vu... Tu dois rester sur les rives, je suppose... Personnellement, je préfère le petit promontoire d'où on peut apercevoir la forêt de l'autre côté.

Il appréciait de se trouver en compagnie d'une fille qui avait les mêmes affinités que lui avec les jardins de l'académie. Pourtant, il ne l'avait jamais vu. Plus par curiosité qu'autre chose, il demanda, avec le même sourire amical :

- Tu passes souvent ton temps dehors ? Tu devrais être à Courtenay alors, termina t'il en souriant.

Il ajouta inutilement, car son interlocutrice l'avait sûrement deviné depuis le début de la conversation, si elle ne le savait pas déjà avant :

- D'ailleurs, c'est mon armoirie.

Il se redressa, passant à nouveau la main dans ses cheveux. Reprenant une attitude plus enjôleuse, il attendit la réaction de la jeune fille. Il la soupçonnait d'être à Lusignan. Les filles de cette armoirie étaient réputées pour leur timidité, mais Alex n'était plus à ça près.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurydice Montansoie
Sixième année LusignanavatarSixième année Lusignan
Messages : 44
Date d'inscription : 03/11/2011
MessageSujet: Re: "Les sanglots longs des violons de l'Automne..." [PV : Alex'.]   Lun 28 Nov - 18:04

- Elle l'est en général... Mais j'aime bien être l'exception qui confirme la règle.

Eurydice eut un léger sourire face à cette réplique et releva les yeux vers son interlocuteur qui continuait sa tirade.

- Le lac d'argent, dis tu ? C'est étrange, j'y vais souvent, mais je ne t'y ai jamais vu... Tu dois rester sur les rives, je suppose... Personnellement, je préfère le petit promontoire d'où on peut apercevoir la forêt de l'autre côté.

Effectivement, la Lusignan n'allait pas souvent sur le promontoire, les rives et leur panorama lui suffisait amplement. Néanmoins, elle avait dû déjà apercevoir au loin le garçon qui s'y rendait, lui ou un autre, après tout, cette partie n'était pas une des plus désertes.

- Tu passes souvent ton temps dehors ? Tu devrais être à Courtenay alors, d'ailleurs, c'est mon armoirie.

Ca, Eurydice le savait déjà, elle s'en était doutée, c'était justement le genre de personne qu'on pouvait trouver dans cette armoirie.

- Non, parfois je suis à l'observatoire, je ne sais pas si tu y vas souvent mais la vue est magnifique.

Pourquoi lui disait-elle ça ? Les Courtenays étaient plus interessés par la terre que par le ciel, il était plutôt étonnant d'en trouver un avec d'excellentes notes en Astronomie.

- Et je suis très bien à Lusignan, ajouta-t-elle, de ce fait elle n'aurait pas à répondre à la prévisible question d'armoirie.
Elle remarque qu'Alexandre était toujours debout et, d'un mouvement de la tête elle indiqua le banc sur lequel elle était toujours assise.


- Assieds-toi puisque tu es là, à moins que tu doives aller quelque part...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Morel
Septième année CourtenayavatarSeptième année Courtenay
Messages : 109
Date d'inscription : 21/09/2011
Localisation : A la plantation, bien sûr !
MessageSujet: Re: "Les sanglots longs des violons de l'Automne..." [PV : Alex'.]   Mer 30 Nov - 19:08

Elle ne paraissait pas surprise par son armoirie. Peut être le connaissait elle déjà de nom ? Si c'était le cas, Alex priait de toutes ses forces pour qu'elle n'ait pas entendu parler de la réputation qui allait avec.

- Non, parfois je suis à l'observatoire, je ne sais pas si tu y vas souvent mais la vue est magnifique.

L'observatoire ? Remarque étrange. Les Courtenay, plus attirés par la nature et les grands espaces, détestaient les lieux clos, dont on voyait le ciel par une minuscule lorgnette. D'autant qu'observatoire, c'était de l'astronomie, autrement dit un cours. Et il était rare de voir des Courtenay aussi assidus à une matière aussi inintéressante.

- L'observatoire ? Non, quitte à observer le ciel, je préfère le voir dehors, allongé sur l'herbe.

Puis, comme la suite de l'histoire partait sur les nombreuses infractions commises par les Courtenay en sortant du château le soir, après le couvre feu, il préféra se taire. Elle se contenta d'acquiescer et continua :

- Et je suis très bien à Lusignan...... Assieds-toi puisque tu es là, à moins que tu doives aller quelque part...?

Lusignan, donc. Il obtempéra avec le même sourire charmeur et s'assit à côté d'elle. Alex nota tout de même qu'elle se tenait légèrement crispée à l'autre bout du banc, les mains crispées sur sa jupe noire.

- Je comptais me rendre au stade, on a prévu de s'entraîner. Mais vu la soirée d'hier, à mon avis, la plupart des joueurs n'arriveront pas avant cinq heures ce soir. Donc, j'ai le temps.

Puis, comme il aimait le faire quand il partait sur son sujet favori, il enchaîna :

- Tu ne fais pas partie de l'équipe des Lusignan, n'est ce pas ? Je ne t'ai jamais vu jouer...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurydice Montansoie
Sixième année LusignanavatarSixième année Lusignan
Messages : 44
Date d'inscription : 03/11/2011
MessageSujet: Re: "Les sanglots longs des violons de l'Automne..." [PV : Alex'.]   Jeu 1 Déc - 19:01

- L'observatoire ? Non, quitte à observer le ciel, je préfère le voir dehors, allongé sur l'herbe.

Réponse type d'un Courtenay, evidemment, ils aimaient le grand air. Eurydice se demanda même si ceux-ci n'avaient pas le vertige, à force de rester sur terre, dans les jardins ou à l'extérieur. Néanmoins, la Lusignan n'avait jamais essayé de regarder les étoiles de cette façon, elle préférait généralemment se sentir proche d'elles en étant le plus près possible du ciel. Peut-être qu'allonger au sol, cela donnait une vision différente de la voûte céleste...

- Oh, je n'ai jamais essayé, répondit-elle pensive.

Alexandre répondit positivement à Eurydice en s'asseyant sur le banc de pierre et en lui adressant un sourire particulièrement plaisant.

- Je comptais me rendre au stade, on a prévu de s'entraîner. Mais vu la soirée d'hier, à mon avis, la plupart des joueurs n'arriveront pas avant cinq heures ce soir. Donc, j'ai le temps.

*La soirée d'hier ?*

La Lusignan questionna le garçon par un arquement de sourcil plutôt septique. Certes les Courtenays n'étaient pas réputés pour se tenir à carreaux...

- Tu ne fais pas partie de l'équipe des Lusignan, n'est ce pas ? Je ne t'ai jamais vu jouer...

La jeune fille fit non de la tête et entreprit de lui répondre :

- Aheem, non. Je ne suis pas très à l'aise sur un balai mais pourtant pendant les matchs ont me prête grande attention.

Une légère enigme à laquelle le jeune homme devait répondre. Elle commentait les matchs alors il était logique que les spectateurs l'écoute. Les joueurs, cela était moins sur. Ils devaient plutôt être concentrés sur le match qu'ils étaient en train de disputer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Morel
Septième année CourtenayavatarSeptième année Courtenay
Messages : 109
Date d'inscription : 21/09/2011
Localisation : A la plantation, bien sûr !
MessageSujet: Re: "Les sanglots longs des violons de l'Automne..." [PV : Alex'.]   Ven 2 Déc - 21:40

- Oh, je n'ai jamais essayé.

Elle en discutait comme d'un sujet réellement important, comme si la manière d'observer les étoiles avait une réelle influence sur leur vie. Alex sourit. C'était ce qu'il aimait chez les Lusignan. Chez eux, tout était sujet à réflexion et méditation. Aussi était il quasiment certain qu'Eurydice était en train de s'interroger sur les atouts qu'apportait l'observation des étoiles allongés sur le sol, plutôt que d'un lieu élevé.

Quand il mentionna la soirée d'hier, la jeune fille arqua les sourcils avec un regard surpris. Alex comprit l'interrogation sous-entendue, et précisa :


- Disons que la soirée a été bien arrosée... Et qu'on venait juste de finir de récolter la magikjuana et la mauve douce, alors...

Il laissait ça en sous entendus, mais bien qu'elle soit à Lusignan, armoirie qui avait pour principe de ne jamais leur passer commande, elle comprendrait. Les Lusignan, bien que légèrement à l'écart des frasques des Armagnacs et des autres armoiries, étaient au courant de bien des choses dans l'académie, contrairement à ce que tout le monde croyait.

Néanmoins, elle accepta le revirement de sujet, sur le quidditch :


- Aheem, non. Je ne suis pas très à l'aise sur un balai mais pourtant pendant les matchs ont me prête grande attention.

Une grande attention ? Alex fronça les sourcils. Elle ne volait pas sur un balai... Présidente des supporters ? L'équipe de quidditch des Lusignans n'avaient pas tellement de fans, c'était plus l'équipe d'échecs ou le club d'astronomie... Mais alors... ? Son regard s'illumina quand il comprit, et, mettant à profit cette réflexion, il répondit en souriant :

- J'aurais du reconnaître une aussi jolie voix...

Elle sourit, voyant qu'il comprenait.

- Commentatrice. Un poste intéressant. Mais tu n'as jamais eu envie de suivre un match sur un balai ?

Pour lui, il ne connaissait presque rien d'aussi fabuleux que voler sur un balai. Il ressentait une telle sensation de liberté, de puissance, qu'il ne comprenait pas pourquoi certaines personnes ne volaient pas :

- C'est vraiment fantastique. Réellement.

Puis, se disant que, peut être, comme la plupart des élèves de l'académie, elle ne connaissait le quidditch que via les matches des grandes équipe, comme les Tapesouaffles de Tiberon, ou alors par le programme scolaire de l'académie. Alex n'avait jamais rien vu d'aussi barbant que ces pseudo-cours où on vous apprenait à peine à monter sur un balai, décoler à trente centimètres du sol, et atterrir. Bien sûr, les cours étaient un peu plus complexes que ça, mais ils ne montraient pas ce qu'Alex adorait par dessus tout : la liberté, le vent qui vous fouette le visage quand on pousse son balai à la vitesse maximale... Si la jeune fille ne connaissait pas ça...

- Je pourrai te montrer si tu veux. Ce que c'est que vraiment voler sur un balai.

Pour ça, même pas besoin de sortir de l'enceinte de l'école, comme la jeune fille pouvait le craindre. Le parc, ou plutôt le ciel du parc, offrait un excellent terrain d'entraînement. Pas besoin d'être cloîtrés dans le stade. Mais encore fallait il qu'Eurydice accepte...

[H.J. : Désolée pour les stéréotypes contre les Lusignan. >< Mais c'est fait exprès... xD ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurydice Montansoie
Sixième année LusignanavatarSixième année Lusignan
Messages : 44
Date d'inscription : 03/11/2011
MessageSujet: Re: "Les sanglots longs des violons de l'Automne..." [PV : Alex'.]   Sam 3 Déc - 12:28

- Disons que la soirée a été bien arrosée... Et qu'on venait juste de finir de récolter la magikjuana et la mauve douce, alors...

Naturellement. Même si Eurydice et beaucoup d'autres Lusignans n'étaient pas pour cette exploitation illicite, la jeune fille ne pouvait que reconnaître que les Courtenay étaient assez habiles pour la cacher du Veneur et des autres enseignants. Elle se demanda aussi depuis quand elle existait, à l'époque de son frère, la plantation existait déjà...Les Courtenays devaient se la transmettre de génération en génération.

Alexandre sembla réfléchir quant à la petite enigme d'Eurydice. Elle n'était pas vraiment difficile, si elle ne jouait pas au Quidditch, elle ne pouvait qu'être supporter, mais justement aux supporters, on ne leur prêter pas grande attention. D'ailleurs, Eurydice ne supportait pas d'équipe en particulier, un point plutôt positif pour les commentaires, ne pas prendre parti lui permettait d'être plus objective.

Et enfin, Alexandre sourit, comprenant le sous-entendu de la Lusignan.

- J'aurais du reconnaître une aussi jolie voix...

Elle rendit son sourire au Courtenay.

- Commentatrice. Un poste intéressant. Mais tu n'as jamais eu envie de suivre un match sur un balai ?

Elle pencha légeremment la tête sur le côté en signe d'interrogation. Elle avait, comme tous les élèves de Beauxbâtons, suivit des cours de vol en première année mais le côté trop académique ne lui avait pas vraiment plut et le fait qu'elle ne soit retenue que par un bout de bois lorsqu'elle serait dans les airs...Cela ne la rassurait pas du tout.
Les figures ou feintes que certains joueurs étaient capables de faire durant un match la rassurait encore moins. Sans compter les chutes qu'ils pouvaient faire...


- Je pourrai te montrer si tu veux. Ce que c'est que vraiment voler sur un balai.

Une lueur d'animation passa dans les yeux couleur océan d'Eurydice. Que signifiait "vraiment voler"...?

- C'est à dire ? Demanda Eurydice qui était curieuse d'en savoir plus à ce sujet.

[HJ : Mon post peut paraître court mais c'est parce que je te laisse prendre les chose en main ! \o/]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Morel
Septième année CourtenayavatarSeptième année Courtenay
Messages : 109
Date d'inscription : 21/09/2011
Localisation : A la plantation, bien sûr !
MessageSujet: Re: "Les sanglots longs des violons de l'Automne..." [PV : Alex'.]   Dim 4 Déc - 18:19

La jeune fille se redressa, animée. Elle semblait curieuse, voire intéressée.

- C'est à dire ?

Alex eut un large sourire. C'était presque, lui sembla t'il, un accord de sa part.

- Le meilleur moyen de te le faire comprendre, c'est encore de te le montrer, non ?

Lui faisant signe de la suivre, il l'emmena vers le stade de quidditch. Traversant le parc, il ne perçut aucune hésitation de la part d'Eurydice, à peine une once d'appréhension. Le terrain était désert, conformément à ses prévisions. Eurydice le regardait, étonnée. Elle semblait visiblement surprise de ses "méthodes". Alex se dirigea vers la remise à balais, située à côté des vestiaires. En tant que capitaine, il en avait la clé. Il l'ouvrit, et en sortit son balai habituel, un Nimbus 2001, dont il connaissait la moindre rainure. Il volait avec depuis tellement longtemps... Il savait exactement quelle position prendre dessus pour réaliser une figure, à quel endroit du manche exercer une pression pour accelerer... Il resta un instant en méditation devant les autres balais pour en choisir un pour Eurydice. Il en cherchait un suffisamment rapide, et en bon état... Il allait prendre, comme pour lui, un Nimbus 2001, mais se ravisa et se tourna vers la jeune fille. Elle n'avait du voler que quelquefois sur un balai, et n'oserait sans doute pas le suivre.

- En fait, ce serait mieux de monter avec moi, en fait.

Il y avait là de quoi nourrir de gros sous entendus, mais (pour une fois !) ils n'avaient pas lieu d'être. Eurydice parut un peu sceptique mais monta derrière lui. Elle semblait le maudire de l'avoir emmenée ici, mais elle le suivit tout de même. Quand elle fut sur le balai, il sortit sa baguette, et la tendit vers son balai.


- Flotteo... Voilà, maintenant, lui dit il d'une voix assurée, qu'il voulait rassurante, tu ne peux plus tomber, même si tu le voulais. Le sortilège te remet automatiquement sur ton balai. Et, ajouta t'il, les Nimbus sont vraiment excellents, tu vas voir.

Il sourit, et lui fit signe qu'il allait commencer. Sachant que le paysage lui plairait, il l'emmena au dessus du parc, la faisant tourner au ralenti autour de la tour d'astronomie. Alex profitait à fond de cet instant, inspirant à pleins poumons. De la hauteur où ils étaient, le paysage était magique. Les fleurs violettes, roses, rouges, faisaient des tâches de couleur au milieu des différentes nuances de vert des bosquets du parc. Au loin, le lac envoyait des reflets irisés. Alex lut un regard d'envie dans les yeux d'Eurydice, qui, fascinée par le paysage, ne semblait plus craindre de tomber.

Décidant de lui faire voir ce pour quoi, il l'avait emmenée, il lui adressa un léger signe de tête pour la prévenir. D'une légère pression des mains sur le manche, il accelera à toute vitesse.

Il fonça vers le lac. Le vent était derrière lui, lui donnant une sensation de vitesse immense, l'air frais lui parvenait au visage. Au niveau du lac, il descendit en piqué, et s'arrêta à quelques centimètres de la surface. Là, il se remit à accelerer tout en restant au dessus de l'eau. Son passage soulevait des gerbes d'eau et une légère brume provoquée par les trombes l'entourait. Alex sentit avec bonheur quelques gouttelettes l'atteindre au visage. Il arriva, trop tôt lui sembla t'il, à l'autre rive. Alors, remontant, il attendit (avec un peu d'appréhension) la réaction d'Eurydice. Elle semblait aussi heureuse que lui de l'expérience, et lui adressa un sourire, qui n'avait plus rien de ceux crispés qu'elle présentait au début de leur rencontre.

Pointant du doigt, la forêt, il lui demanda :


- Tentée ?

Pour lui, rien n'était plus fantastique que de survoler à pleine vitesse les cimes des arbres. Mais les autres élèves n'étaient pas tous prêts à braver le réglement, en sortant de l'enceinte, pour ça. Surtout une Lusignan. Aussi, préferait il lui demander auparavant.


[H.J. : Voilà madame. ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurydice Montansoie
Sixième année LusignanavatarSixième année Lusignan
Messages : 44
Date d'inscription : 03/11/2011
MessageSujet: Re: "Les sanglots longs des violons de l'Automne..." [PV : Alex'.]   Mar 6 Déc - 18:44

Alexandre eut un sourire, satisfait certes, mais pas vraiment rassurant lorsque Eurydice lui répondit. Elle s’inquiéta quelques secondes de la possible tournure des événements, après tout, elle ne connaissait le Courtenay que de nom et maintenant depuis quelques minutes, elle était incapable de prévoir ses réactions.

- Le meilleur moyen de te le faire comprendre, c'est encore de te le montrer, non ?

Néanmoins, cette tournure ci était prévisible. Le jeune homme fit signe à Eurydice de le suivre et, ramassant son sac, elle le fit. Pourquoi ? Elle n’était aucunement obligée de le faire et l’idée de peut-être chevaucher un balai ne la rassurait pas beaucoup. Traversant les jardins et bosquets, Alexandra l’amena au stade de Quidditch, lieu où il avait, au départ, rendez-vous. Peut-être que ses amis ou autres joueurs de l’équipe des Courtenays étaient, contrairement à ce que le garçon pensait, déjà arrivés. Eurydice ne savait pas quoi espérer, elle était curieuse de découvrir ce que le jeune homme pouvait lui montrer, après tout cela pouvait amusant, mais d’un autre côté elle était septique quant à l’idée de vol sur un balai. Sa maîtrise était assez mauvaise et elle n’était pas à l’aise aussi haute du sol lorsqu’elle n’était pas rattachée aux solides murs de marbre du bâtiment de l’école.

Finalement, le stade était désert, ce qui ne faisait qu’accroître l’impression de grandeur de ce lieu, elle n’était pas habituée à être sur la pelouse verdoyante de celui-ci ni dans les tribunes non abritées des élèves et supporters. En levant les yeux, elle regarda la grande tribune des professeurs, au bord de laquelle elle était présente, la plupart des matchs. Le conteur de points était mis à zéro et aucun nom d’équipe n’y figurait, ce qui lui fit se demander qui seraient les protagonistes de la prochaine rencontre.

Elle reporta son attention à Alexandre qui semblait plutôt à son aise dans cette atmosphère de Quidditch. Il ouvrait un placard à balai, sans aucune autorisation préalable le simple fait de disposer du titre de capitaine de l’équipe de Courtenay et de posséder la clé de ce placard, devait lui suffire. Il sortit ce qui semblait être son balai habituel, un nimbus 2001. Eurydice était à présent sur de ce qu’il voulait faire. Il s’attarda encore quelques secondes devant le placard, visiblement en pleine réflexion. La Lusignan espéra qu’il ne lui choisisse pas un balai pour elle aussi. Finalement il se ravisa et Eurydice le remercia intérieurement.

- En fait, ce serait mieux de monter avec moi.

La jeune fille retira tout de suite les remerciements qu’elle lui avait indirectement adressés et arqua un sourcil septique face à sa proposition. Était-ce une de ces techniques pathétiques de drague ? Le point positif était qu’avec lui, elle n’aurait pas à devoir diriger elle même un balai. Elle poussa un soupir résigné et s'installa derrière le garçon, elle le maudit de l'avoir entraînée sur cet instrument de vol alors qu'elle portait une robe.

- Flotteo... Voilà, maintenant, tu ne peux plus tomber, même si tu le voulais. Le sortilège te remet automatiquement sur ton balai.

Bien évidemment, Eurydice connaissait les effets de ce sortilège, elle n'avait pas suivit les cours de théorie de Quidditch quatre année de suite sans rien apprendre, après tout, c'était un Lusignan ! L'usage de ce sortilège était d'ailleurs interdit durant les matchs, ce qui rendait les chutes beaucoup plus violentes.

- Et, ajouta-t-il, les Nimbus sont vraiment excellents, tu vas voir.

*Je n'en doute pas, mais est-ce que toi, tu es aussi excellent qu'eux...*

Alexandre lui adressa un sourire tout en lui faisant signe qu'il allait décoller et la jeune fille eut le réflexe inconscient de resserrer son emprise sur Alexandre alors que le balai s'envolait dans les airs. Le garçon choisit de sortir du stade, ce qui étonna quelque peu Eurydice, et se dirigea vers le parc du château. Elle ne connaissait pas par coeur le règlement de l'école mais n'était pas sur que ce genres de vols soit autorisé. Elle fut donc un petit peu réticente au début de la balade mais lorsqu’elle vit en dessous d'elle les différents camaïeux de couleur créaient par les fleurs des jardins et par le feuillage des arbres jaunissant. Bientôt, les feuilles des arbres tomberont et ceux-ci deviendront mornes, mais cela n'empêchait Eurydice de considérer l'hiver comme sa saison préférée.

Son regard vis à vis de cette escapade changea, elle admira la beauté du parc, se disant que c'était la première fois qu'elle les voyait de cette façon. Elle ne pensait plus au fait qu'elle était à plusieurs mètres du sol et à la stabilité approximative des balais. Elle reconnu qu'Alexandre avait eu une bonne idée en l'emmenant ici. Justement, celui-ci lui adressa un bref signe de tête pour la prévenir qu'il allait accélérer. Elle n'eut à peine le temps de s'y préparer que le balai fonçait à un vitesse alarmante sur le lac. Elle resserra son emprise sur le garçon, par inquiétude, même si celui-ci avait jeté un sortilège sur le balai. Le vent n'accentuait que plus cette sensation de vitesse plutôt exfoliante lorsqu'on en profitait vraiment.

Le balai rasa l'eau du lac et les crins de celui-ci la touchèrent même. Eurydice préférait nettement aller vite mais rester aussi près du sol, ou de l'eau en l'occurrence, à la précédente descente en piquet. Elle baissa une main à la hauteur de la surface de l'eau pour la toucher et fit naître deux rangées de gerbes d'eau, assez froide. L'eau était plus son élément que l'air.

Lorsque les deux jeunes gens arrivèrent sur la rive opposée, Eurydice souriait de cette expérience insolite mais pas moins désagréable. Alexandre s'arrêta arrivé là et, tout en pointant la forêt il lui proposa :


- Tentée ?

La forêt était un lieu fascinant mais il était déconseillé d'y traîner...Plus d'une fois Eurydice avait voulu y aller mais elle avait souvent rebroussé chemin lorsqu'elle était seule. Ce n'est que l'année dernière, accompagnée d'Élisabeth, qu'elle s'y était rendue, et ça à la fin de l'année scolaire. Elle se mordit la lèvre, en proie à un dilemme, visiter la forêt de la même façon qu'elle avait survolé les jardins était tentant...Terriblement tentant.

- Huum...Oui !

Finalement, le « oui » l'avait emporté face à la raison, et puis, personne n'était obligé de savoir qu'elle s'était rendue dans la forêt.

- Mais...Tu y as déjà été, au moins ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Morel
Septième année CourtenayavatarSeptième année Courtenay
Messages : 109
Date d'inscription : 21/09/2011
Localisation : A la plantation, bien sûr !
MessageSujet: Re: "Les sanglots longs des violons de l'Automne..." [PV : Alex'.]   Mar 6 Déc - 20:11

Eurydice souriait. Quand il lui proposa d'aller dans la forêt, elle hésita. Pour Alex, le choix était simple : on pouvait se contenter de faire le tour du parc, ce qui était relativement court, des centaines de fois, ou, au contraire, survoler la forêt, apercevoir une étendue d'arbres, accélérer au ras des feuilles... Aucune hésitation. Finalement, elle se décida :

- Huum...Oui !

Parfait. Il lui sourit, et s'apprêtait à accelerer à nouveau, mais elle l'interrompit dans son élan :

- Mais...Tu y as déjà été, au moins ?

Alex éclata de rire. La question venait bien d'une Lusignan. N'importe qui dans les autres armoiries savait que les Courtenay, lui en tête, étaient les premiers derrière les Armagnacs pour violer le règlement. Alors si en plus ça incluait un vol à balai... Alex avait quitté l'enceinte dès qu'il avait su maîtriser totalement son balai, c'est à dire au début de la troisième année, époque à laquelle il avait intégré l'équipe de quidditch. Voyant qu'elle était sérieuse, et surtout très anxieuse, il répondit gentiment :

- A ton avis ? Tu crois que je serais assez stupide pour t'emmener dans la forêt, sans jamais y avoir été auparavant, en sachant que tu détestes voler ?

Elle se tut, et il lui adressa un sourire d'excuses. Ses paroles n'avaient rien de blessant. Reprenant ce pour quoi il était venu, il hésita. Où allait il l'emmener ? La réponse lui vint tout naturellement, et un grand sourire s'épanouit sur son visage. Il lui adressa un léger signe de tête, et accelera.

Il commença par dépasser le mur de garde. A une telle hauteur, les hauts créneaux devenaient de petites pierres, et la muraille, un léger serpentin. Il redescendit, se remettant au ras de la cime des arbres. Les feuilles se succedaient. Dorées, vertes émeraudes, amandes, tangerines, toutes les feuilles étaient de couleurs différentes, offrant un camaïeu sublime à l'oeil. Il prit de la hauteur pour permettre à Eurydice de le contempler (et lui aussi, par la même occasion).

Au loin, on distinguait de hautes collines, dont les vertes prairies tranchaient sur le ciel d'un bleu très pur. Au sol, des roches formaient une oeuvre d'art, intercalant avec grâce les jeux d'ombre et de lumière, les pierres blanches, qui semblent du diamant sous le soleil, et les grises, aux reflets argent. Des chants d'oiseaux se faisaient entendre. Cela n'avait plus rien à voir avec le parc. Ici la nature toute entière se montrait à celui qui s'y aventurait.

Un léger bruit d'eau arriva à leurs oreilles. Alex tourna la tête, souriant, indiquant qu'il allait descendre. Il le fit en douceur, et resta stable dans les airs, pour mieux admirer le paysage. Au milieu de roches claires, sur lesquelles le soleil reflétait ses rayons, de petites cascades coulaient, formant un bruit cristallin. De la mousse fraîche recouvrait les pierres, et l'eau formait de petites flaques, dans lesquelles on pouvait observer de minuscules jeux de lumière. Il se posa au sol, sans dire un mot. Eurydice, elle aussi, restait coite, à observer le paysage idyllique.

Ils resterent ainsi de longues minutes, avant de repartir. Dans les airs, Eurydice ne disait toujours rien. Une fois le charme plus ou moins passé, Alex retourna à son idée initiale : le plaisir de voler. Accelerant à nouveau, il monta en piqué vers le ciel, à une vitesse folle. D'en haut, tout paraissait minuscule, même l'air se rarefiait.

Il pencha le balai en avant, savourant à l'avance la descente. Eurydice dut comprendre son idée, car il la vit articuler quelque chose qui ressemblait fortement à "Tu es fou !". Fou, peut être. L'air siffla à ses oreilles alors qu'il redescendait. Le paysage défilait devant ses yeux, le vent soufflait à sa figure. Tout cela était tellement parfait qu'il en avait les larmes aux yeux. Arrivés à la cime des arbres, il redressa le balai, avec une aisance que requerrait des années de pratique.

Toujours en l'air, il proposa à Eurydice, le menton pointé vers le château.


- Et maintenant ?

Voulait elle continuer dans la forêt, ou, sonnée par la dernière descente, rentrer au château et revenir à un vol plus tranquille ? Il espérait néanmoins que la première option serait la bonne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurydice Montansoie
Sixième année LusignanavatarSixième année Lusignan
Messages : 44
Date d'inscription : 03/11/2011
MessageSujet: Re: "Les sanglots longs des violons de l'Automne..." [PV : Alex'.]   Mer 7 Déc - 17:34

Le Courtenay éclata de rire, visiblement sa question était stupide, mais, n’aimant pas qu’on se moque d’elle, la Lusignan plissa les yeux. L’armoirie de Courtenay n’était certes, pas réputée pour respecter le règlement de l’école mais, peut-être qu’Alexandre n’avait jamais fait l’expérience plus intéressante, de survoler la forêt. Certains élève ne possédaient pas leur propre balai et n’avait donc pas la loisir de voler où ils le volaient ou, quand ils le voulaient.
Néanmoins, cessant de rire, le Courtenay lui répondit d’une façon plutôt gentille :

- A ton avis ? Tu crois que je serais assez stupide pour t'emmener dans la forêt, sans jamais y avoir été auparavant, en sachant que tu détestes voler ?

Effectivement. Le raisonnement du garçon était logique.
Il adressa un dernier signe de tête avant d’accélérer avec son balai. Il dépassa la large muraille qui séparer le parc de la forêt tout en prenant de la hauteur. Naturellement, Eurydice n’aima pas le fait que les êtres en dessous d’elle devenaient aussi petits que des insectes, bien que ceci soit assez jouissif. Par bonheur, le jeune homme redescendit à une hauteur convenable, juste au dessus de la cime des divers arbres qui peuplaient la forêt. Jamais la Lusignan n’aurait imaginé que les arbres soient si hauts. Les couleurs rougissantes de leurs feuilles étaient un ravissement pour les yeux, bien que cela signifiait qu’elles soient mortes.

Eurydice releva la tête pour regarder aux alentours, le majestueux château de Beauxbâtons se faisait à présent ridicule et le paysage était tout autre. Par chance, le ciel était clair et la pluie ne menaçait pas encore. A cet endroit, la nature était libre, tellement plus libre que dans les jardins sévèrement entretenus du parc. Eurydice se demanda si elle préférait la beauté symétrique des jardins ou la beauté sauvage de cet endroit.

Le Courtenay fit alors une manœuvre pour atterrir dans un coin où la jeune fille n’avait jamais mis les pieds. Une merveilleuse cascade semblait avoir pris possession des lieux offrant ainsi une vision quasi-féerique et une cacophonie de taille. Eurydice se douta alors que l’endroit même devait être occupé par des fées, elles avaient toujours su trouver de bons et beaux endroits où elles ne seraient pas dérangées. Durant son admiration, elle ne dit pas un mot à celui qui l’avait emmené ici mais sa gratitude n’était pas pour autant moindre.

D’ailleurs celui-ci semblait tout aussi impressionné et Eurydice se demanda si il était déjà venu en ce lieu. Ce n’est qu’après un long moment d’admiration que les deux élèves repartirent de cet endroit quasiment paradisiaque. Aucun mot ne se dit, tout deux semblaient méditer sur cette insolite visite.

D’un coup, le Courtenay accéléra et monta vers le firmament. La jeune fille préféra regarder vers le ciel plutôt que vers le sol, qui devenait de plus en plus petit. Une nouvelle fois, Alexandra s’arrêta et Eurydice comprit ce qu’il avait pour projet de faire.

*Oh non…*


Il pencha son balai quasiment à la verticale, et à une vitesse folle les deux jeunes gens descendirent.

- Par Circée, mais tu es fou !

L’exclamation d’Eurydice se perdit dans le sifflement violent du vent et elle resserra son étreinte sur Alexandre en fermant les yeux, ne voulant pas assister à ce spectacle. Les quelques secondes que duraient cette descente parurent décuplées pour Eurydice et elle fut soulagée lorsqu’elle sentit le balai revenir à l’horizontal. Elle rouvrit les paupières et Alexandra lui proposa en indiquant le château :

- Et maintenant ?

Elle mit quelques secondes pur se remettre de cette expérience nouvelle et enfin, plissant les yeux, répondit :

- Ne refais plus jamais ça !

Que voulait-elle faire à présent ? Certainement pas renouveler cette expérience !

- Je… Déposes-moi au parc.

Elle avait dit ça de manière assez froide et l’aurait regretté si le garçon n’avait pas fait cette dernière démonstration, après tout, il lui avait fait découvrir un endroit merveilleux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Morel
Septième année CourtenayavatarSeptième année Courtenay
Messages : 109
Date d'inscription : 21/09/2011
Localisation : A la plantation, bien sûr !
MessageSujet: Re: "Les sanglots longs des violons de l'Automne..." [PV : Alex'.]   Mer 7 Déc - 20:22

La jeune fille paraissait sonnée par l'expérience, et remit lentement une mèche de ses longs cheveux argent dans sa coiffure impeccable, avant de répondre :

- Ne refais plus jamais ça !

Sa voix tremblait légèrement, et elle aggripait le manche du balai, les doigts tremblants, comme si elle ne comprenait pas comment il était possible qu'elle soit encore dessus. Alex attendit sa réponse avec appréhension :

- Je… Déposes-moi au parc.

Sa voix était plus froide, et elle gardait les yeux baissés. Alex eut une moue déçue, et hocha la tête en signe d'approbation :

- Si c'est ce que tu veux...

Il fit virer de bord son balai, et tourna vers le parc. Conscient qu'Eurydice avait été détesté sa dernière performance, il resta à un rythme sobre, qui soulevait à peine les feuilles au-dessous d'eux. La Lusignan, derrière lui, restait sans mot dire. Il ne se retourna pas, préférant ne pas savoir ce qu'elle pensait. Il était bien conscient d'avoir quelque peu gâché la fin de la ballade. Un léger scintillement à sa droite, et un amas de roches claires lui fit briller les yeux. Il tenait peut être un moyen de se rattraper.

Tournant son balai, il vira à droite. Il sentit Eurydice se crisper derrière lui, se demandant sans doute ce qu'il manigançait. Restant au dessus du sol, il descendit en dessous des arbres. Au milieu de petites tranchées de pierres rondes, blanches et argent, dans des tons qui rappelaient celles de la cascade, de petits ruisseaux serpentaient, au milieu d'herbe claire et de violettes, qui poussaient sur les bords. Il vit Eurydice se pencher légèrement, peut être pour mieux observer, et il descendit plus bas, se rapprochant de l'eau.

Il avait souvent pris ce sentier, aussi le connaissait-il par coeur. Il continua de suivre les petits cours d'eau. La forêt autour était légèrement différentes, on y voyait des hêtres, des bouleaux, et des chênes, dont les troncs clairs tranchaient avec leurs feuilles encore vertes.

Mais déjà, les ruisseaux se terminaient et se resseraient. En face d'eux se tenait le mur de Garde. Ils étaient revenus au château. Eurydice se doutait peut être que les ruisseaux conduisaient au lac, mais il précisa tout de même :


- Les cascades. Ce sont leurs ruisseaux qui serpentent jusqu'au lac de l'académie.

Le parc était presque désert, la plupart des gens était à Jouvenceaux, ou à l'intérieur du château. Redescendant, il se posa sagement sur le terrain de quidditch. Eurydice parut soulagée de retrouver enfin le sol sous ses pieds, et fit quelques pas, avec un air de contentement.

- J'espère que tu as apprécié, du moins en partie, ce que c'est que vraiment voler.

Il avait voulu lui montrer la liberté qu'on éprouve en volant, la sensation d'évasion, comme quand ils étaient sortis de l'académie pour aller dans la forêt. Il avait voulu essayé la sensation de vitesse, mais si elle avait paru aimé quand ils étaient sur le lac, dans la forêt, elle s'était réfractée.

[H.J. : Tu peux clore, si tu veux, ou, au contraire, relancer le rp. ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurydice Montansoie
Sixième année LusignanavatarSixième année Lusignan
Messages : 44
Date d'inscription : 03/11/2011
MessageSujet: Re: "Les sanglots longs des violons de l'Automne..." [PV : Alex'.]   Sam 10 Déc - 9:29

- Si c'est ce que tu veux...

Le Courtenay parut quelque peu dessus par la réaction d’Eurydice mais fit tout de même tourner son balai en direction du château. Elle ne commenta pas cette dernière parole, il était déjà aimable de sa part de ne pas la laisser au beau milieu de le forêt, les arbres étaient si hauts et ses rapport avec les botrucs si calamiteux, qu’elle ne tiendrait pas très longtemps et qu’elle ne retrouverai pas le chemin du château. Alexandre volait assez lentement, c’était complètement différent de ce à quoi Eurydice avait goûté quelques temps auparavant. Elle lâcha le balai des mains, estimant qu’il n’y avait pas de risque et enleva une épingle dans sa coiffure plutôt travaillée qui avait subit le vent, dans le but de la replacer.

Elle n’eut pas le temps de le faire que, d’un coup, le Courtenay fit tourner son balai, la jeune fille se rattrapa expressément au manche de peur de tomber bien que le sortilège soit toujours actif. Pourquoi virait-il de bord ? Le château était tout droit ! Il plongea au cœur de la forêt et Eurydice sentit le bas de sa coiffure se détacher, et ses cheveux incolores retomber sur ses épaules. Le garçon zigzagua entre les arbres et suivit le cours d’un ruisseau cristallin qui devait être la continuation de la cascade. Une étrange végétation naissait à son rivage, une sorte de mousse sur les pierres blanches. Le cours d’eau se divisa et Alexandre choisit d’en suivre un. La Lusignan espéra qu’il savait où il allait.

Eurydice releva les yeux et vit le toit de feuilles jaunissantes qui cachait le ciel, le spectacle du feuillage des arbres était presque aussi beau que celui du ruisseau, bien que ceux-ci soient complètement différents.

- Les cascades. Ce sont leurs ruisseaux qui serpentent jusqu'au lac de l'académie.

Eurydice se doutait de cela, après tout, les cours d’eau allaient toujours quelque part et si ce n’était pas à la mer, c’était forcément dans un lac. La muraille de pierre du château se fit voir, ce qui confirma les dires du garçon. Ils rentrèrent dans le parc où il n’y avait quasiment personne, puis dans le stade de Quidditch. Eurydice fut heureuse de retrouver de la terre sous ses pieds, le fait d’être dans les airs était plutôt frustrant.

- J'espère que tu as apprécié, du moins en partie, ce que c'est que vraiment voler.

La Lusignan avait aimé la moitié de cette escapade, la partie découverte lorsqu’ils étaient allés jusqu’à la cascade, avaient rasé le lac ou encore suivi les ruisseaux, mais elle n’avait pas apprécié l’instant de grande vitesse. Elle se tourna vers le Courtenay, dans l’intention de répondre :

- Si par « vraiment voler », tu entendais jouer avec les différentes sensations qu’on peut éprouver sur un balai, tu as réussi.

Elle avait dit cette phrase d’un ton totalement neutre et on ne pouvait deviner si elle avait apprécié ou non cette escapade. Le fait de ne pas révéler son émotion à Alexandre était volontaire.
Tournant le regard vers la droite, elle vit des élèves s’activer et faire de grands signes à Alexandre, sûrement les autres Courtenays qui venaient pour l’entraînement de Quidditch, et qui étaient assez bien en point pour y participer.

- Je crois que tes coéquipiers t’attendent, ajouta-t-elle avant de tourner les talons et partir vers la sortie du stade, réservée habituellement aux joueurs.

[Ben tu peux laisser comme ça, relancer en reparlant à Eury' ou clore en relatant la réaction d'Alex ! n_n]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Morel
Septième année CourtenayavatarSeptième année Courtenay
Messages : 109
Date d'inscription : 21/09/2011
Localisation : A la plantation, bien sûr !
MessageSujet: Re: "Les sanglots longs des violons de l'Automne..." [PV : Alex'.]   Sam 10 Déc - 23:06

La Lusignan regardait l'orée du stade, vers la forêt. Pensait-elle encore à leur escapade ? Eurydice se retourna lentement vers lui, un air pensif sur le visage, mais un petit sourire aux lèvres. Sourire satisfait ou mécontent, narquois ou sincère, c'était impossible de le dire, il était indescriptible.

- Si par « vraiment voler », tu entendais jouer avec les différentes sensations qu’on peut éprouver sur un balai, tu as réussi.

Sa voix était on ne peut plus inexpressive. Qu'avait elle apprécié comme sensations ? Alex attendit, mais elle ne précisa pas. Elle continuait de détourner le regard, comme si elle craignait qu'il ne puisse lire la réponse dans ses yeux. Alex médita quelques instants. Elle avait paru aimer la beauté des visages, et la vitesse, du moins au début, au dessus du lac. Il s'était conduit comme un imbécile en lui faisant faire cet apic et cette descente immense en pleine forêt. Pestant contre lui même, il s'entendit répondre un vague :

- C'est déjà ça...

Sur les gradins, Max et Julie étaient déjà en place, en tenues de quidditch, avec une partie de l'équipe. Lui faisant des grands signes, ils faisaient les pitres sur leur balai, s'amusant à qui ferait la figure la plus stupide. Il leur fit un signe de la main, signe qu'il arrivait dans pas longtemps, et se retourna vers la jeune fille. Elle le fixa quelques instants, puis fit en tournant les talons :

- Je crois que tes coéquipiers t’attendent.

- Si tu as besoin d'un autre cours de vol, lança t'il, tu sais où me trouver !

La dernière phrase était ironique, esperant ainsi faire oublier à la jeune fille la peur qu'il avait pu lui causer lors de la ballade. Mais pas seulement. La proposition était sérieuse. Il avait réellement envie de revoir la jeune fille, qui disparaissait au loin par la porte des joueurs. Mais était-ce réciproque ?

[H.J. : J'ai pas trop d'idées pour relancer, alors je vais clore. ^^ Par contre, tu peux rouvrir un autre topic ailleurs, si tu veux, avec un autre contexte. (si ça te convient. Ou si tu préfères attendre avant, ou si tu préfères que je le fasse... Bref, envoie moi un mp. :p ).]

[FIN DU TOPIC.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: "Les sanglots longs des violons de l'Automne..." [PV : Alex'.]   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Les sanglots longs des violons de l'Automne..." [PV : Alex'.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'automne en mille morceaux!
» "SPLENDEURS D'AUTOMNE"
» saison, l'automne : gratin de poires au roquefort
» Poêlée du sous-bois et omelette d'automne.
» DISCO GRIFFON POILS LONGS M 6 ANS REFUGE DE MOREE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: >---{Le château}--- :: >---{Extérieurs}--- :: >---{Les jardins}----
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit