AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Repas du soir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Irmine Boisseuil
Bibliothécaire & Chevalier des ArtsavatarBibliothécaire & Chevalier des Arts
Messages : 128
Date d'inscription : 19/10/2011
Localisation : Dans des rayonnages remplis de gros grimoires.
MessageSujet: Repas du soir   Mer 16 Nov - 18:29

C'était un début de soirée venteux, et le réfectoire se remplissait gentiment d'élèves affamés.
Le petit "cours de vol" avait eu lieu trois jours plus tôt, et la jeune femme en avait retiré un gros rhume. Elle avait le nez qui coulait, elle éternuait et toussait sporadiquement et sa tête lui semblait brumeuse avec une disposition à lui faire mal par moments. Irmine savait qu'elle aurait dû se sécher les cheveux avec sa baguette avant d'aller se balader sur un balai, mais sur le coup, cela ne lui avait pas semblé indispensable. Elle le regrettait désormais, car elle n'avait aucune concentration pour travailler dans un tel état.


- Atchoum !

Irmine renifla et entra dans la grande salle à manger. Elle avait demandé aux elfes de lui préparer une bonne soupe de légume qui, elle l'espérait, parviendrait à enrayer ce foutu refroidissement.

Ne voyant personne à qui elle avait envie de parler, elle choisit une place libre à un bout de la table des professeurs. Tandis qu'elle se mouchait discrètement, un hibou passa par la porte encore ouverte et plongea sur elle. Elle reconnut immédiatement son plumage brun foncé et ses yeux sévères. Elle détacha le rouleau de parchemin qui était accroché à sa patte et secoua la main près de lui pour qu'il s'en aille, ce qu'il fit sans se faire prier.

Déroulant le parchemin, elle reconnut immédiatement l'écriture de son grand-père. Celui-ci se répandait en recommandations sur l'attitude qu'elle devait avoir à l'Académie, lui rappelant évidemment que sa "nature incomplète" l'obligeait à se tenir à sa place, et qu'elle devait à tout prix éviter de jeter encore plus opprobre sur leur nom. Il partait ensuite dans une tirade sur l'indignation que lui causait les nouvelles qui annonçaient toujours plus d'actions des rebelles, et rappelait à quel point le Ministère avait raison de les traiter comme il le faisait.
Puis, durant un paragraphe, il l'informait des projets de fêtes de Noël "entre personnes aux valeurs morales irréprochables et à l'ascendance magique fort grande" qu'il planifiait avec la grand-mère d'Irmine, et lui faisait comprendre par la même occasion qu'ils préféreraient ne pas l'y voir.

Irmine finit la lettre avec un soupir ; les lettre que le vieil Arcadius Boisseuil lui envoyait étaient toujours de cet acabit, et celle de d'Edmonde, sa femme, n'étaient pas mieux.
Elle entendit quelqu'un se poser à ses côtés tandis qu'elle lisait la dernière ligne, et releva les yeux pour voir que Dorian venait d'arriver. Elle plia le parchemin, le rangea dans sa poche, et tenta un sourire qui fut néanmoins un peu crispé. Ces missives l'agaçaient toujours prodigieusement.


- Bonjour., dit-elle d'une voix un peu enrouée.


Dernière édition par Irmine Boisseuil le Jeu 17 Nov - 15:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian Du Guy
Professeur de Vol, Chevalier d'Armagnac, Arbitre de Quidditch & AnimateuravatarProfesseur de Vol, Chevalier d'Armagnac, Arbitre de Quidditch & Animateur
Messages : 129
Date d'inscription : 27/09/2011
Localisation : Sur un balais ?
MessageSujet: Re: Repas du soir   Mer 16 Nov - 20:26

Le temps de Beauxbâtons n'allait pas en s'arrangeant. Une légère pluie fine s'était abbatue sur le parc, depuis plusieurs jours déjà. Depuis cet après-midi où Dorian avait essayé de donner un cours à Irmine. Qui n'avait d'ailleurs, au final, pas trop mal réussi. Dorian n'aimait pas ce temps. Il ne faisait pas tout à fait froid, il ne faisait pas tout à fait humide. Non, ils étaient entre deux, un temps indécis, hésitant.

Ce jour là, Dorian avait eu un cours à donner aux premières années. Il s'était plu à se mettre dans la peau d'un professeur intimidant, et donner des consignes à des enfants tout tremblants, appliqués à fare au mieux. Certains avaient clairement des dons pour le vol, d'autres beaucoup moins. Dorian s'en fichait. Ce qu'il voulait, c'était ammenner ceux qui étaient doués à devenir brillants, et ceux qui ne l'étaient pas également. Il évitait de donner des points aux armoiries pour éviter de se le voir reprocher par des collègues. Il n'hésitait cependant pas à valoriser les efforts visibles d'un élève, et était prêt à tenir tête à n'importe qui pour défendre ce principe.

Etrangement, donc, la journée passa vite. Il consacra deux heures de son après-midi à essayer de faire léviter des objets légers sans baguette, mais ce n'était toujours pas très concluant. Il finit par laisser tomber et consacra le reste de sa journée à ses tâches habituelles. Dorian décida d'aller se changer avant d'aller dîner, une robe de Quidditch boueuse n'étant jamais vue d'un bon oeil. Il essaya même d'arranger ses cheveux, puis renonça rapidement. Ce n'était qu'un dîner, pas un soir de bal, après tout.

Il se rendit donc dans le Réfectoire. La salle était bien remplie ce soir là, de nombreux élèves bavardant joyeusement de tout, et surtout de rien. Il leva les yeux vers la table des profs pour voir qui il devrait supporter pendant quelques minutes : le vieux prof d'Astronomie, en poste depuis 50 ans, à radoter ses vieilles histoires, ou la prof de Potions, brillante mais orgueuilleuse ? Oui, ils étaient là tout les deux. Mais une jeune femme était assise à coté de sa place habituelle, plongée par ce qui semblait être une lettre. Il sourit. Le repas allait être moins ennuyeux que prévu, au final.

Il arriva à sa hauteur alors qu'elle repliait sa lettre et la rangeait dans sa poche, visiblement fort contrariée. Il s'assit à ses cotés le plus silencieusement possible. Irmine leva les yeux et lui dit, d'une voix enrouée :


- Bonjour.

Dorian lui adressa un sourire, répondant par courtoisie. Plusieurs questions lui venaient en tête, et il ne savait pas par quoi commencer. Cela l'embêtait bien. Il jetta un rapide coup d'oeil au reste de la salle, puis demanda :

- Tu es malade ? Les baignades dans le lac ne te réussissent pas ?

Il ajouta, moqueur.

- Jamais eu de vilain rhume à Beauxbâtons. Voler entretient la forme, nager te file la crève.

C'était joliment dit, en tout cas. Dorian regarda les plats posés sur la table, cherchant quelque chose qui conviendrait à ses contraintes alimentaires. S'il avait du faire un choix, il n'aurait mangé que des desserts, tous excellents à Beauxbâtons, mais il était tenu de faire des efforts. Il grimaça, et reporta son attention à Irmine.

- Dis moi, qu'est ce qui fait disparaître si subitement ton joli sourire ? Je veux parler de cette lettre, qui n'avait pas l'air très agréable.

Et voilà qu'il se melait à nouveaux d'histoires qui ne le regardaient pas. Il détourna les yeux, fixa son assiette. Réalisant qu'il n'y avait toujours rien dedans, il continua de chercher un met convenable sur la table. Il finit par se servir d'une salade composée, et soupira à nouveau. Vivement qu'il soit vieux, qu'il puisse enfin manger plein de bonnes choses. Le vieux prof d'astronomie se tourna vers lui et lui fit remarquer qu'il n'avait toujours pas l'air d'un professeur. On aurait dit, d'après ses dires, un adolescent atardé assit à la salle des professeurs. Dorian lui sourit et lui répondit poliment qu'il était temps que les choses changent, que l'avenir était dans la jeunesse et qu'il n'éprouvait aucune gêne à être un adolescent atardé. Cela suffit à faire taire le vieux sorcier qui décida de s'adresser à un autre collègue. Dorian se tourna à nouveau vers Irmine, et lui dit :

- Si tu veux mon avis, il est temps que les mentalités changent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irmine Boisseuil
Bibliothécaire & Chevalier des ArtsavatarBibliothécaire & Chevalier des Arts
Messages : 128
Date d'inscription : 19/10/2011
Localisation : Dans des rayonnages remplis de gros grimoires.
MessageSujet: Re: Repas du soir   Ven 18 Nov - 8:44

- Tu es malade ? Les baignades dans le lac ne te réussissent pas ?

Irmine fit une petite moue boudeuse lorsque Dorian se moqua d'elle à cause de son rhume. Ce n'était pas les baignades le problème, et elle supportait plutôt bien une basse température de l'eau.

- Quelle perspicacité ! C'est ma superbe voix de baryton qui t'a mis sur la piste ?

Elle avait répondu ironiquement mais pas méchamment, même si son humeur n'était pas vraiment au beau fixe. Il en remit une couche et elle secoua la tête. N'importe quoi ! Quand on volait comme elle, ça n'entretenait rien du tout.

- Jamais eu de vilain rhume à Beauxbâtons. Voler entretient la forme, nager te file la crève.

- Ah non ! Nager est bon pour la circulation sanguine, c'est se prendre tous ces courants d'airs qui rend malade., puis,en le voyant hésiter sur ce qu'il allait manger , esquisser un geste vers les desserts mais se retenir, elle ajouta : Et moi, au moins, je peux manger ce que je veux, je garderai toujours la ligne.

Elle lui tira la langue avec un demi-sourire. Elle faillit dire que la prochaine fois, elle préférait qu'ils choisissent un jour sans vent...mais elle se rappela qu'il n'y aura sûrement pas de prochaines fois, étant donné le temps prévu par la météo d'ici aux sélections. Cela lui mina encore plus le moral, mais elle n'en fit rien paraître.
Un gros bol remplis de soupe de légumes mélangés avec de la crème apparut alors devant elle, envoyé par les elfes de maison. Elle tenta d'en humer le fumet, qui devait probablement être très alléchant, mais elle avait le nez trop pris pour sentir quoi ce soit. Avec un soupir, elle se saisit de sa cuillère et souffla doucement dessus avant de la prendre dans sa bouche. Le liquide presque brûlant la réchauffa instantanément, et au moins elle avait toujours le goût.


- Dis moi, qu'est ce qui fait disparaître si subitement ton joli sourire ? Je veux parler de cette lettre, qui n'avait pas l'air très agréable.

Elle tourna les yeux vers Dorian et se demanda s'il en avait lu un bout sans qu'elle le remarque. Mais au vu de ce qu'il disait, cela n'avait pas l'air d'être le cas. Irmine se dit que son visage devait trahir son agacement, elle n'avait pas vraiment fait d'effort pour le cacher après tout. Elle se demanda quoi répondre, mais alors qu'elle était sur le point d'ouvrir la bouche, elle fut coupée par le prof d'astronomie qui fit des remarques parfaitement désobligeantes à Dorian.

Irmine fronça les sourcils. Quand elle était étudiante, elle avait toujours aimé l'astronomie....mais pas celui qui l'enseignait. C'était malheureusement toujours le même sorcier qui était à ce poste désormais, et il n'avait vraiment pas changé. Il critiquait tout ce qui lui tombait sous les yeux, persuadé d'avoir toujours raison. Le regard de la jeune femme glissa un instant sur Dorian. C'est vrai qu'il se démarquait des autres membres du corps enseignant avec ses habits de moldus, mais Irmine ne voyait pas où était le mal. Il n'était plus un élève, il n'avait donc plus d'obligation à porter un uniforme. Et puis, cela lui allait plutôt bien les cheveux en bataille.
Elle reporta son attention sur le professeur alors que Dorian lui répondait de manière tout à fait posée. Elle eut un sourire en voyant l'air mécontent du vieux sorcier. Cela ne lui faisait pas de mal de se faire rabrouer de temps en temps.


- Si tu veux mon avis, il est temps que les mentalités changent.

Irmine acquiesça doucement de la tête, mais elle se disait qu'ils pouvaient attendre un moment pour ça.

- Oui, mais je ne vois pas trop ce qui pourra les faire changer.

Irmine pensait que les anciens possédaient une certaine sagesse, quand ils avaient accepté de s'ouvrir l'esprit. Elle constatait que ce n'était malheureusement pas souvent le cas. Elle n'allait toutefois pas chercher à se mettre en conflit pour ça : que les conservateurs gardent leurs idées pour eux, Irmine vivait sa vie de son côté sans chercher querelle à quiconque. Et puis, elle pensait que son cas ne l'avantageait pas, mais que c'était encore une autre histoire.
Pour elle, cette époque ne tendait pas vers l'évolution, et elle voyait mal ce qui pourrait y faire quelque chose.

Elle se rappela alors qu'elle n'avait toujours pas répondu à sa question.


- Cette lettre m'a été écrite par quelqu'un de tout aussi réactionnaire : mon grand-père. Il me rappelle que je ne suis pas la bienvenue à sa fête de Noël, qu'il est déjà en train de préparer.

Irmine trouvait ridicule de s'y prendre aussi tôt, mais elle savait qu'Arcadius voulait être sûr d'avoir les "meilleures" personnes à sa table. Sa petite-fille ne partageait pas la même notion de "meilleures"...
Elle secoua la tête, se demandant pendant combien d'années encore il croirait nécessaire de lui rappeler que son absence était souhaitée, exigée même.


- Tu vois, il s'imagine peut-être encore que j'ai envie d'y assister, mais alors il n'a toujours pas compris que pour rien au monde je n'irais m'embêter une soirée complète avec tous ces gens "bien-pensants".

Se rendant compte que cela n'expliquait peut-être pas très bien sa mauvaise humeur, elle ajouta d'un air sombre :

- Enfin, cela lui permet aussi de me rappeler à quel point je suis une déception pour lui et ma grand-mère. Ce qui est toujours très agréable à se voir mentionner, évidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian Du Guy
Professeur de Vol, Chevalier d'Armagnac, Arbitre de Quidditch & AnimateuravatarProfesseur de Vol, Chevalier d'Armagnac, Arbitre de Quidditch & Animateur
Messages : 129
Date d'inscription : 27/09/2011
Localisation : Sur un balais ?
MessageSujet: Re: Repas du soir   Ven 18 Nov - 11:13

Irmine acquiesça et répondit simplement :

- Oui, mais je ne vois pas trop ce qui pourra les faire changer.

Lui, au contraire, voyait bien ce qui pouvait faire changer les mentalités. Il pensait aux lutes qui prenaient forme contre le Ministère, qu'elles soient pro-hybrides extrémistes ou non. Il ne rajouta rien cependant, se rappelant qu'ils étaient assis à la table du personnel, et qu'une conversation pouvait rapidement y déraper, surtout si elle concernait les hybrides. Irmine revint au sujet de la lettre qu'elle avait rangée dans sa poche.

- Cette lettre m'a été écrite par quelqu'un de tout aussi réactionnaire : mon grand-père. Il me rappelle que je ne suis pas la bienvenue à sa fête de Noël, qu'il est déjà en train de préparer.

Elle lui avait déjà parlée de son grand père, ce jour là à la forge. Qui l'avait élevée à contre coeur, ne lui donnant jamais de place dans sa vie. C'était bien triste en réalité. Mais Noël était si lointain... la rentrée était arrivée si peu de temps au par avant, et le grand père d'Irmine se souciait déjà de Noël ?

- Tu vois, il s'imagine peut-être encore que j'ai envie d'y assister, mais alors il n'a toujours pas compris que pour rien au monde je n'irais m'embêter une soirée complète avec tous ces gens "bien-pensants".

Il haussa les sourcils. Cela devait l'arranger du coup, pourquoi était elle de mauvaise humeur ?

- Enfin, cela lui permet aussi de me rappeler à quel point je suis une déception pour lui et ma grand-mère. Ce qui est toujours très agréable à se voir mentionner, évidement.

Ah oui, vu comme ça. Dorian ne répondit pas tout de suite. Il ne savait pas trop par quoi commencer, avait peur de froisser Irmine s'il parlait de tout ça. Il finit par se lancer.

- Noël est très bien à Beauxbâtons je crois. Je n'y suis jamais resté, mes parents tolérant encore ma présence quand j'étudiais ici, mais c'est ce que m'ont dit plein d'amis de Mercoeur. Bien sur, ce n'est pas ça qui va égayer cette soirée, ni la pensée d'être rejetée par ta famille.

Il marqua une pause, puis ajouta avec un sourire :

- Je pense que tes grands-parents s'entendraient à merveille avec mes parents. On devrait les présenter.

Oui, ses parents étaient assez bons en idées réactionnaires, comme disait la jeune femme. Ils ne toléraient même plus la présence de leur fils à cause de son manque de dignité et de puissance magique. D'ailleurs, Dorian se demandait s'ils ne l'avaient pas renié, avec le temps. Ils avaient surement du trouver quelqu'un d'autre à qui donner leur héritage. Quelqu'un comme un haut responsable du Ministère par exemple. Dorian soupira, regardant la salade posée dans son assiette. Il se tourna vers Irmine et lui fit remarquer, changeant de sujet :

- Je n'ai peut être pas le droit de manger ce que je veux, mais finalement, quand je vois ce que certaines autres personnes mangent alors qu'elles n'ont pas de contraintes, je me dis que je ne suis pas le plus à plaindre, dit il en désignant le bol de soupe d'Irmine.

Il éclata de rire. Plusieurs personnes se tournèrent vers lui pour le regarder, et Dorian leur adressa un sourire aimable. Il ajouta, revenant à leur premier sujet de conversation :

- Tu sais, je pense qu'il ne faut pas se laisser faire par quelques personnes qui veulent avoir une autorité sur nous par un certain "lien du sang". Ces sorciers sont peut être tes grands parents de par ton sang, et ça tu ne pourras rien y faire, et eux non plus, ils n'ont pas le droit de décider ce qui est bon pour toi, ou de te juger de quelque manière que ce soit. Tu n'es pas une honte Irmine, loin de ça. Tu es quelqu'un de bien.

Dorian se renfrogna légèrement, plongé dans de sombres pensées. Il releva la tête rapidement, cherchant à reprendre un visage détendu et aimable. Il ajouta pour tenter de relativiser un peu plus :

- Et puis, ce n'est pas comme si tu étais une hybride.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irmine Boisseuil
Bibliothécaire & Chevalier des ArtsavatarBibliothécaire & Chevalier des Arts
Messages : 128
Date d'inscription : 19/10/2011
Localisation : Dans des rayonnages remplis de gros grimoires.
MessageSujet: Re: Repas du soir   Ven 18 Nov - 17:44

Dorian sembla hésiter un instant, puis parla de Noël à Beauxbâtons.

- Noël est très bien à Beauxbâtons je crois. Je n'y suis jamais resté, mes parents tolérant encore ma présence quand j'étudiais ici, mais c'est ce que m'ont dit plein d'amis de Mercoeur. Bien sur, ce n'est pas ça qui va égayer cette soirée, ni la pensée d'être rejetée par ta famille.

Irmine haussa les épaules. Elle savait déjà comment étaient les fêtes à l'Académie, elle y était restée chaque année durant sa scolarité. Elle devait déjà supporter ses grands-parents durant les vacances d'été, alors pour toutes les autres elle avait évité de rentrer. Depuis qu'elle était devenue amie avec Arsène, le vieil homme et elle avaient toujours fêté Noël ensemble, de manière simple mais chaleureusement.
Cette année allait être différente, étant donné les circonstances ; elle passerait sûrement la fin du mois de décembre à la bibliothèque, à travailler sur quelque obscur sujet contenu dans d'épais grimoies. Peut-être irait-elle rendre visite à son père, s'assurer qu'il était toujours en bonne santé.

Ce qui l'intéressa surtout dans la réponse de Dorian fut la remarque sur ses parents. Il les avait déjà mentionné une fois, mais à ce moment-là Irmine s'était dis qu'elle ne le connaissait pas assez pour poser des questions. Il précisa en plus qu'ils s'entendraient parfaitement avec ses grands-parents. Cela ne devait pas être des gens plaisants à côtoyer dans ce cas.

Elle était sur le point de lui demander d'approfondir le sujet, mais Dorian fit une remarque sur la nourriture qu'elle avait devant elle.


- Je n'ai peut être pas le droit de manger ce que je veux, mais finalement, quand je vois ce que certaines autres personnes mangent alors qu'elles n'ont pas de contraintes, je me dis que je ne suis pas le plus à plaindre.

Irmine haussa un sourcil. Elle ne voyait pas en quoi sa crème de légumes était repoussante.

- C'est très bon la soupe, tu n'as juste aucun goût culinaire., dit-elle en rigolant.

Et pour le taquiner, elle prit un éclair du plat posé devant eux et croqua dedans juste sous le nez de Dorian.


- Hummmm...succulent, vraiment !

Elle le reposa dans une assiette, le gardant de côté pour la fin de son repas, un sourire moqueur plaqué sur ses lèvres.
Elle reprit une mine neutre lorsqu'il repartit sur leur premier sujet de discussion.


- Tu sais, je pense qu'il ne faut pas se laisser faire par quelques personnes qui veulent avoir une autorité sur nous par un certain "lien du sang". Ces sorciers sont peut être tes grands parents de par ton sang, et ça tu ne pourras rien y faire, et eux non plus, ils n'ont pas le droit de décider ce qui est bon pour toi, ou de te juger de quelque manière que ce soit. Tu n'es pas une honte Irmine, loin de ça. Tu es quelqu'un de bien.

Cela faisait un moment que la jeune femme ne se laissait plus faire par ses grands-parents. Elle avait tenté de faire en sorte qu'ils l'acceptent lorsqu'elle était enfant, donnant le meilleur d'elle-même sur tout ce qu'ils demandaient, mais elle avait fini par abandonner, voyant que cela ne changerait rien. Elle ne leur écrivait donc plus que très rarement, plutôt par obligation à leurs anniversaires respectifs, et les voyait encore moins, se contentant d'une visite de courtoisie une fois tous les deux ans environ. Après tout, ils avaient acceptés de l'élever, elle estimait leur devoir quand même un minimum de reconnaissance.

Elle n'était donc plus sous leur autorité, mais leurs missives rabaissantes restaient désagréables à recevoir. Ce que Dorian lui dit la toucha donc quand même. Il avait l'air d'avoir une très bonne opinion d'elle, car c'était la deuxième fois qu'il lui disait qu'elle était une fille bien, et ça, ça lui faisait vraiment plaisir.

Si seulement il s'était arrêté là.


- Et puis, ce n'est pas comme si tu étais une hybride.

Irmine ne se départit pas une seconde de sa mine posée, de son air neutre. Mais elle sentit comme quelque chose se briser en elle. Si elle "avait été" une hybride, là elle aurait été une honte, c'était ça ?
Il venait de profondément la blesser. Elle n'aurait jamais imaginé qu'il soit contre les hybrides, cela ne collait pas avec son caractère, mais après tout elle avait déjà vu des sorciers ne rien avoir contre les nés-moldus et détester les hybrides. Il avait dis ça d'un ton tellement détaché, sa phrase laissait penser qu'il ne les portait pas en haute estime. Finalement, elle le connaissait très mal.

Une brusque envie de lui envoyer son bol de soupe à la figure la prit. Peut-être pensait-il relativiser la situation, mais il venait de toucher le point sensible d'Irmine.
Cependant, elle eut la présence d'esprit d'utiliser ce qu'il venait de dire en sa faveur. Après tout, cela confirmait à la jeune femme qu'il n'avait aucune idée de sa double nature. Et au vu de ce qu'il lui donnait l'impression de penser, elle n'allait pas le contredire.


- Oui, tu as raison.

Sa voix était calme, ne trahissant pas son trouble de quelque manière que ce soit. Mais dans son esprit, Dorian venait de s'éloigner radicalement d'elle. Lui qui parlait de changer les mentalités un peu plus tôt ! C'était à n'y rien comprendre, mais elle n'avait aucune envie de continuer sur cette pente glissante. Ce n'était pas la peine d'être déçue encore plus par une nouvelle confirmation que les hybrides ne valaient rien aux yeux de beaucoup trop de sorciers...aux yeux d'un sorcier qu'elle appréciait grandement, jusque là.

Irmine garda le silence quelque secondes, mangeant sa soupe pour remettre ses idées en places. Elle n'avait qu'une envie : le planter là. Mais elle se retint : si elle se laissait aller à montrer ce qu'elle ressentait en ce moment, il risquait de comprendre son secret. Aussi prit-elle sur elle et, faisant un effort pour paraître toujours aussi aimable qu'avant, elle décida de partir sur le sujet de sa famille à lui, se disant qu'elle apprendrait peut-être plus sur sa manière de penser.


- Si mes déductions sont bonnes, tes parents ne sont pas des gens très chaleureux ?

Elle tourna à nouveau son regard vers lui, essayant le plus possible de ne pas montrer qu'elle venait de se fermer.
Un doute subsistait toutefois en elle, peut-être voulait-il dire autre chose, sa remarque possédait peut-être un sens différent. L'espoir se fit à nouveau dans son esprit. Mais sa méfiance avait repris le dessus. Mieux valait ne pas prendre de risque.


[HJ : Si tu arrives à ne pas trop la détromper, ça pourrait être cool à jouer sur ce topic. Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian Du Guy
Professeur de Vol, Chevalier d'Armagnac, Arbitre de Quidditch & AnimateuravatarProfesseur de Vol, Chevalier d'Armagnac, Arbitre de Quidditch & Animateur
Messages : 129
Date d'inscription : 27/09/2011
Localisation : Sur un balais ?
MessageSujet: Re: Repas du soir   Dim 20 Nov - 21:19

Dorian regarda le visage d’Irmine, à la recherche d’un indice, de quelque chose qui lui ferait savoir ce qu’elle pensait des hybrides, sans en aborder directement le sujet. Il ne vit rien. Absolument rien. Le visage d’Irmine était absolument neutre, imperturbable. Sa voix non plus ne laissa rien transparaître quand elle dit :

- Oui, tu as raison.

Bon. Cela ne l’avançait pas beaucoup. Il décida de ne pas chercher à aller plus loin et continua à manger la salade dans son assiette. Le professeur d’Astronomie manqua de s’étouffer à coté de lui et Dorian du essayer de l’aider, faire mine du moins. Il se demanda si de grands sorciers étaient déjà morts en s’étouffant au cours d’un repas, et se dit en souriant qu’il s’agissait d’une autre fin qu’il ne souhaitait pas avoir. Heureusement pour lui, le vieux sorcier se remit rapidement, bien que beaucoup plus rouge qu’à l’ordinaire.

- Si mes déductions sont bonnes, tes parents ne sont pas des gens très chaleureux ?

La voix d’Irmine ne laissait paraître aucune émotion, ce qui était inhabituel. Dorian haussa les sourcils et la dévisagea un instant. L’avait il offensée ? Il se pouvait aussi que quelque chose d’autre soi venu la contrarier, mais il n’avait pas l’habitude de la voir comme ça, aussi fermée. Il décida d’attendre pour en savoir plus : si elle lui en voulait, pour une raison X ou Y, ou si elle s’était renfermée d’un coup, il y avait des chances qu’il finisse par le savoir.

- Oh, j’adore mes parents. Ils ont toujours rêvé d’avoir un fils qui n’était pas moi, et j’ai fini par les décevoir à tel point qu’ils ne veulent plus me revoir. Je n’ai plus de famille.

Le visage de Dorian se ferma un instant, puis il ajouta pour essayer de faire de l’humour, au second degré.

- Mais je suis toujours de sang-pur, alors, ça va !

Il sourit. Dorian serait volontiers né hybride, il aurait eu beaucoup plus de fierté que d’être issu d’une vieille famille de « sang-pur » conservatrice et renfermée sur elle-même De toutes façons, peu de personnes savaient qu’il venait d’une famille très respectable, Dorian préférant garder cela pour lui la plupart du temps. Quand on le voyait, habillé en moldu, ou quand on jugeait de ses capacités avec une baguette, on le voyait beaucoup plus issu d’une famille de « Nés-Moldus » et de « Sang-mêlé », ce qui lui convenait bien. Il se disait souvent qu’il était un « Né-Moldu » spirituel. Il décida de continuer dans le second degré, teinté d’une pointe d’amertume :

- Heureusement que le Ministère pour nous rappeler notre place à tous, n’est-ce pas ?

Il eu un sourire crispé et détourna les yeux. La politique du Ministère était immonde. On ne pouvait pas retourner à l’archaïsme le plus primaire en classant les sorciers en fonction de leur origine, de leur sang. Réprimer les hybrides, c’était admettre une échelle de valeur chez les sorciers, les pires de tous, en dessous même des Nés-Moldus étant les hybrides. Pour Dorian, les pires de tous étaient nettement les soi-disant « Sang-purs », non pas pour leur manque de talent ou quoi que ce soit, ce qu’il ne contestait absolument pas, mais pour leurs idées et leurs préjugés.

- Bon sang, ce que j’aimerai être quelqu’un d’autre…, murmura-t-il pour lui-même.

[HJ : tu peux décider d’entendre ou non la fin, et d’interpréter mes propos comme tu veux bien sur]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irmine Boisseuil
Bibliothécaire & Chevalier des ArtsavatarBibliothécaire & Chevalier des Arts
Messages : 128
Date d'inscription : 19/10/2011
Localisation : Dans des rayonnages remplis de gros grimoires.
MessageSujet: Re: Repas du soir   Lun 21 Nov - 23:24

Irmine vit Dorian l'observer un instant avant de répondre. Bon, apparemment elle avait été trop distante, et il devait penser que quelque chose n'allait pas. Mais tant pis, c'était ça où elle se fâchait, et mieux valait le laisser se poser toutes les questions qu'il voulait. La jeune femme eut une petite quinte de toux. Voilà, au pire elle pourrait toujours dire qu'elle n'était pas en forme...c'était la vérité, d'ailleurs.

- Oh, j’adore mes parents. Ils ont toujours rêvé d’avoir un fils qui n’était pas moi, et j’ai fini par les décevoir à tel point qu’ils ne veulent plus me revoir. Je n’ai plus de famille.

Le visage de Dorian s'était fermé. Le rejet de la part de sa famille, elle connaissait bien. Oh, ses grands-parents toléraient encore sa présence et son père la laissait venir chez lui...mais entre des sorciers dégoûtés d'elle et leur fils qui était devenu fou et ne la remarquait souvent même pas, elle aurait aussi bien pu ne pas avoir de famille, cela aurait été pareil. Donc, même si les situations étaient sûrement différentes, elle s'imaginait bien ce qu'il pouvait ressentir.
Elle se demandait par contre pour quelles raisons ils avaient rejeté Dorian. Elle savait que l'utilisation d'une baguette n'était pas un domaine dans lequel il excellait, mais elle pensait que c'était surtout par manque de persévérance, et puis il avait d'autres talents. Mais apparemment pas ceux qui comptaient pour ses parents. Là aussi, elle avait l'impression que Dorian et elle n'était pas si différents d'un certain côté.


- Mais je suis toujours de sang-pur, alors, ça va !

Ah ben non, en fait elle ne le comprenait pas du tout. Elle avait même l'impression de ne plus le reconnaître dans ce qu'il disait. Irmine n'avait pas saisie l'ironie derrière ses paroles, mais il fallait dire qu'elle était tellement infime qu'il était difficile de douter qu'il disait ce qu'il pensait. Elle ne put s'empêcher d'hausser les sourcils. La discussion présente contrastait énormément avec toutes celles qu'ils avaient eu auparavant, et elle créait en la jeune femme une sensation vraiment désagréable.

Elle avait l'impression de ne plus cerner le jeune homme. Exagérait-il, était-il sérieux ? Elle n'arrivait pas à se décider. En tous les cas, il était hors de question qu'elle se dévoile pour le vérifier. Plus les années passaient, et plus les esprits se radicalisaient. Beaucoup trop de sorciers sang-purs avaient des idées hyper-conservatrices, et malheureusement nombre d'entre eux dirigeaient le Ministère. Les factions d'hybrides extrémistes qui menaient des actions violentes n'amélioraient en rien la situation. Irmine ne les appréciait guère, comprenant leur sentiment de révolte, mais trouvant idiot de leur part de se mettre à faire leur propre "purge". Partir dans un système de répliques "oeil pour oeil, dent pour dent" ne mènerait à rien, si ce n'est à finir par rendre la vie de tous les sorciers, hybrides ou non, infernale.


- Heureusement que le Ministère pour nous rappeler notre place à tous, n’est-ce pas ?

Irmine fronça les sourcils et tourna brusquement la tête vers Dorian. Ce n'était pas possible, il était en train de lui faire une blague ! Elle ne pouvait croire ce qu'elle entendait. C'était trop exagéré, trop improbable, et le second degré était trop apparent. C'était clair qu'il n'approuvait pas le Ministère...mais Irmine avait les idées beaucoup trop embrouillées pour savoir s'il parlait des agissements du gouvernement magique en général, et donc y-compris envers les hybrides, ou si cela ne concernait que sa position à lui. Étant donné ses paroles précédentes, Irmine penchait vers la deuxième option. Mais son esprit était confus. Leur conversation commençait à lui paraître carrément irréelle.

La jeune femme se mit à penser que cela ne servait à rien de continuer comme ça. Elle allait lui dire qu'à son avis, le Ministère mettait beaucoup trop le nez dans les affaires de tout le monde. Après tout, elle avait le droit de ne pas apprécier le Ministère, elle le lui avait déjà fait comprendre, sans révéler pour autant sa nature. Intérieurement, elle avait l'impression de bouillir, et elle était convaincue de ne pas avoir de fièvre. Elle allait ouvrir la bouche pour lui répondre, mais elle l'entendit murmurer quelque chose.

Bien qu'il ait parlé à voix basse pour lui-même, Irmine comprit distinctement ce qu'il dit. Ce fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase. De quoi se plaignait-il ?! Que voulait-il de plus ?! Il était un vrai sorcier lui au moins ! Et non pas une espèce de moitié de créature magique ! Personne ne pouvait le railler sur une origine moldue dans sa famille non plus, il avait donc le sang "parfait" pour évoluer dans la société actuelle sans encombres. Peut-être que sa famille ne voulait plus de lui, mais il n'avait pas en plus la moitié de la communauté sorcière sur le dos.

Un tintement suivit le murmure de Dorian. Irmine avait laissé brutalement tomber sa cuillère dans son bol vide, et elle se leva vivement de sa chaise.


- Je ne vois pas ce qui t'en empêche. A part le fait que tu abandonnes dès que quelque chose devient trop compliqué.

Son ton résonnait d'une colère partiellement contenue, et son regard furieux croisa celui, surpris, de Dorian. Incapable de ne supporter une seconde de plus sa présence sans exploser, elle se dirigea d'un pas vif vers la sortie du réfectoire.

En plus de toute l'histoire sur les hybrides et le Ministère, autre chose avait éveillé la colère d'Irmine. Une pointe de jalousie envers le fait qu'il était né avec tellement de possibilités, mais qu'il ne les exploitait pas, alors qu'elle aurait tout donné pour avoir les mêmes chances que lui à la base.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian Du Guy
Professeur de Vol, Chevalier d'Armagnac, Arbitre de Quidditch & AnimateuravatarProfesseur de Vol, Chevalier d'Armagnac, Arbitre de Quidditch & Animateur
Messages : 129
Date d'inscription : 27/09/2011
Localisation : Sur un balais ?
MessageSujet: Re: Repas du soir   Mar 22 Nov - 11:53

Quelque chose tinta à coté de lui. Dorian leva les yeux pour voir Irmine poser brutalement sa cuiller, avant de se lever vivement. Confus, Dorian réalisa qu'il avait du murmurer suffisamment fort pour qu'elle l'entende, et visiblement, il ne savait pas pourquoi, cela l'énervait.

- Je ne vois pas ce qui t'en empêche. A part le fait que tu abandonnes dès que quelque chose devient trop compliqué.

La voix d'Irmine, normalement calme et posée, tremblait d'une colère à peine contenue. Elle le fusilla du regard avant de lui tourner le dos et de partir en direction de la porte. Dorian ne savait pas quoi faire. Il était totalement perdu, ne savait pas ce qui pouvait avoir provoqué une telle réaction chez la jeune femme. Probablement pas uniquement ses dernières paroles, elle s'était renfrognée bien avant. Ses paroles le blessèrent, non pas pour leur contenu, mais pour le ton sur lequel elle avait dit ces derniers mots.

- Eh bien mon garçon, vous semblez être à peu près aussi mauvais en relations humaines qu'en magie.

Dorian se retourna pour regarder le professeur d'Astronomie qui le jugeait du regard avec un certain mépris. Dorian se leva de sa chaise et lui répondit, irrité :

- Oui, il est vrai que vous êtes un bon exemple en la matière. Bonne soirée monsieur.

Il contourna la table et s'engagea dans l'allée. Irmine avait déjà presque atteint la porte, marchant de vive allure. Quelques élèves se retournaient à son passage, mais il n'y prêta pas attention. Il voulait des explications, il voulait comprendre. Hors de question de la laisser partir comme ça sans savoir pourquoi. S'il était véritablement en tort, il aviserait plus tard. Irmine passa la porte, rapidement suivie par Dorian. Il lui saisit le poignet pour l'inciter à s'arrêter pour lui parler, sans pour autant forcer. Il ne voulait surtout pas faire quoi que ce soit de brutal. Irmine s'arrêta mais le fusilla des yeux. Dorian ne cilla pas, affrontant la vague de reproches silencieux.

- Expliques moi, Irmine, j'avoue que je ne comprends pas ta réaction.

Tout cela le troublait beaucoup. Il se sentait complètement dépassé par tant de choses, et voilà qu'Irmine s'en prenait à lui, sans qu'il ne sache pourquoi. Quand il reprit la parole, sa voix était légèrement tremblante et hésitante :

- Mais je veux comprendre. Je ne sais pas ce que j'ai fait de mal, je ne sais pas ce que j'ai dit de mal, mais dis le moi, s'il te plait. Il y a des choses que je suis prêt à laisser tomber, il y a des tas de choses dans lesquelles je ne persévère pas assez, nous sommes d'accord. Mais est ce que cela justifie tout ça ?

Son cerveau marchait au ralenti. Il réalisa soudain quelque chose, puis se dit que c'était absurde. Elle lui avait dit que ce n'était pas le cas la première fois qu'ils s'étaient vus. Oui, mais peut être avait elle menti, avait elle été évasive pour se protéger de l'opinion des autres, surtout à Beauxbâtons ces derniers temps. Il demanda, hésitant :

- Tu es du coté du Minsitère, et mes sarcasmes t'ont vexée ?

C'était peu probable. Il ne savait pas. C'était tout ce qu'il avait dit ce soir là, tout ce qui, en gros pouvait avoir énervé Irmine : des propos sur le Ministère, le statut de sang-pur et les hybrides. Il ne voyait ce qui aurait pu l'énerver d'autre, à moins qu'il ne s'agisse que quelque chose de totalement extérieur à Dorian, et qu'il ne l'ai finalement faite s'emporter par sa dernière remarque. Il baissa les yeux et maronna :

- Ou peut être que cela ne me concerne pas en fait. Que tu es en colère pour quelque chose d'autre, contre quelqu'un d'autre, et que je me mêle un peu trop de ta vie privée.

Il se sentait très stupide à ce moment là. Oui, il exigeait de savoir quelque chose qui ne le concernait peut être absolument pas. Il se sentait stupide, et blessé, et confus. Il s’apprêta à s'excuser afin de se retirer dans la chambre pour le reste de la soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irmine Boisseuil
Bibliothécaire & Chevalier des ArtsavatarBibliothécaire & Chevalier des Arts
Messages : 128
Date d'inscription : 19/10/2011
Localisation : Dans des rayonnages remplis de gros grimoires.
MessageSujet: Re: Repas du soir   Mar 22 Nov - 20:48

Irmine était très énervée. Contre lui, contre elle-même, contre tout à la fois. Elle aspirait à retrouver la quiétude de sa bibliothèque pour se calmer, mais à peine eut-elle franchi la porte du réfectoire qu’elle sentit Dorian la retenir par le poignet.
Elle se retourna, lui jetant un regard courroucé.


- Explique-moi, Irmine, j'avoue que je ne comprends pas ta réaction.

Irmine retira vivement son poignet de la main du jeune homme. Elle n’avait pas envie de s’expliquer. Comment pourrait-il comprendre de toute manière ?

- Mais je veux comprendre. Je ne sais pas ce que j'ai fait de mal, je ne sais pas ce que j'ai dit de mal, mais dis le moi, s'il te plait. Il y a des choses que je suis prêt à laisser tomber, il y a des tas de choses dans lesquelles je ne persévère pas assez, nous sommes d'accord. Mais est-ce que cela justifie tout ça ?

Ce n’était pas juste cela, mais plutôt un enchevêtrement de choses liées, qui avait conduit Irmine à ne plus pouvoir contenir sa colère. Il y avait ses remarques sur le sang pur et les hybrides, le fait qu’il l’avait blessée en les disant, sa plainte sur sa condition, le fait qu’elle enviait sa situation…Tout cela se mélangeait et embrouillait son esprit, déjà peu clair à cause de son rhume.

Elle ne savait pas par où commencer…elle ne savait même pas si elle pouvait dire quoi que ce soit.


- Tu es du côté du Ministère, et mes sarcasmes t'ont vexée ?

Irmine leva les yeux au ciel. Il le faisait exprès ou quoi ?! Elle croisa les bras et reporta son regard sur le jeune homme.

- Tu as déjà eu la réponse à cette question le jour où l’on s’est rencontrés.

Dorian baissa les yeux et murmura alors :

- Ou peut être que cela ne me concerne pas en fait. Que tu es en colère pour quelque chose d'autre, contre quelqu'un d'autre, et que je me mêle un peu trop de ta vie privée.

Au fond d’Irmine, il y avait une raison inavouée pour laquelle elle était en colère : la tendance de Dorian à abandonner si promptement face aux difficultés lui rappelait son propre comportement. Elle ne s’était pas battue longtemps pour ses droits en tant que sorcière et les études et la maîtrise de la magie étaient les seuls domaines dans lesquels elle ne laissait jamais tomber. Le jeune homme lui rappelait donc son propre manque de persévérance, et cela l’agaçait. C’était pour cette raison que sa remarque murmurée avait mis le feu aux poudres.

En prendre conscience la calma légèrement, mais ce fut de courte durée. Une pensée ravivait la flamme de son exaspération : il était un sang-pur, nom de Merlin, toutes les portes pouvaient s’ouvrir à lui grâce à cela. Irmine laissa échapper un soupir excédé.
Ce n’était pourtant pas le moment de se disputer avec lui alors qu’il partait dans à peu près une semaine. Mais son départ, voilà encore une chose qui déplaisait à la sorcière. Et cet espèce d’espoir idiot qu’il lui donnait en ne paraissant pas se décider !

Elle plongea son regard dans celui de Dorian. Les yeux de la jeune femme exprimaient un mélange de sentiments : de la colère, du ressentiment, de la peine et une pointe de déception que les choses se passent ainsi.
Elle se passa une main sur le front, commençant à se sentir mal. Sa voix se fit plus grave.


- Je ne vois pas pourquoi tu perds ton temps avec moi, à vouloir me comprendre. Tout cela n’est pas « justifié », de toute façon.

Non, ce n’était pas ça qu’elle aurait dû dire. Irmine se sentait submergée, elle n’arrivait plus à réfléchir correctement, son front commençait à devenir chaud, et cette fois la colère ne devait pas être la seule en cause. Pourtant il était venu s’excuser, mais plus rien ne lui semblait clair.
Elle toussa à nouveau. C’était le moment de retourner à sa chambre.


- Tu as sûrement plein de choses à faire, je ne vais pas te déranger plus longtemps.

Et elle lui tourna le dos et partit en direction de ses appartements. Une fois arrivée, elle s’allongea presque aussitôt. Elle se sentait dans un état pire qu’au début de la soirée. Toute cette histoire était mal tombée, alors qu’elle n’était pas au meilleur de sa forme. Elle s’endormit vite, d’un sommeil peuplé de rêves confus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian Du Guy
Professeur de Vol, Chevalier d'Armagnac, Arbitre de Quidditch & AnimateuravatarProfesseur de Vol, Chevalier d'Armagnac, Arbitre de Quidditch & Animateur
Messages : 129
Date d'inscription : 27/09/2011
Localisation : Sur un balais ?
MessageSujet: Re: Repas du soir   Mer 23 Nov - 13:01

Pour toute réponse, Irmine sembla se calmer un instant, avant de pousser un soupir excédé. Dorian la dévisagea, mais ne dit rien, attendant une explication, en espérant une. Il croisa son regard, dans lequel il ne parvint rien à lire, tant il exprimait de choses différentes et contradictoires.

- Je ne vois pas pourquoi tu perds ton temps avec moi, à vouloir me comprendre. Tout cela n’est pas « justifié », de toute façon.

Il la dévisagea, choqué. Alors c'était ça ? Elle ne voulait pas en parler, pas revenir là dessus, et en plus elle lui reprochait de venir présenter des excuses pour un raison qu'il ignorait toujours ? Il "perdait son temps" ? Dorian recula de quelques pas, ne sachant pas trop comment réagir à cela. Cela le prenait complètement au dépourvu. Il ouvrit la bouche pour répondre quelque chose, il ne savait pas encore quoi, mais elle le coupa en ajoutant :

- Tu as sûrement plein de choses à faire, je ne vais pas te déranger plus longtemps.

Elle lui tourna le dos et partit dans le couloir qui menait aux appartements. Dorian ne bougea pas. Il resta fixe, complètement perdu. Il ne comprenait plus rien. Il ne savait pas ce qu'il avait fait de mal, ce qui avait mit Irmine dans une telle colère. Cela le blessait plus qu'il ne l'aurait avoué, et cela ajouté à son départ imminent le broyait complètement. Un groupe d'élèves sortit de la salle en chahutant, et Dorian réalisa qu'il n'était surement pas à sa place, figé, seul, dans le hall des marbres. Il ne prit pas la direction de sa chambre, comme Irmine, mais préféra se diriger vers le parc.

L'air du soir était frai, légèrement agressif. Instinctivement, Dorian se dirigea vers le lac. Il agissait, ne pensait pas, n'y parvenait pas, comme contrôlé par une machine, ou quelque chose comme cela. C'était mieux, en quelques sortes, de ne pas penser. Il arriva rapidement au bord de l'eau qui devenait plus noire de minutes en minutes, et il s'assit, sans vraiment en prendre conscience. Cela ne se passait pas comme il aurait aimé que cela se passe. Tout cela était absurde, sa vie était absurde. Il n'arrivait pas à admettre cette dispute, à admettre les dernières paroles d'Irmine avant de la planter sur place. D'un coté, pourtant, cela l'aidait : il pouvait toujours se dire que plus rien ne le retenait ici, que son avenir était donc véritablement sur un terrain de Quidditch, et pas dans une Académie de Magie. Peut être s'était il trompé de A à Z sur sa relation avec la jeune femme, peut être s'était il trompé entièrement sur ses désirs personnels. Oui, c'était possible, n'est ce pas ?

C'était possible, mais il n'avait pas envie d'y croire. Pourtant, le Quidditch était sa passion, et rien ne lui procurait plus de plaisir de que voler sur un balais, Souaffle à la main pendant un match de Quidditch. Mais peut être s'était il trompé là dessus aussi, non ? Dorian aurait voulu exploser, se libérer de tout cela, que ça s'arrête. Il lança rageusement une pierre dans l'eau. Il fallait qu'il aille lui parler. Qu'il lui parle une dernière fois, avant ses sélections, qu'il lui dise ce qu'il ressentait. Et si elle ne voulait pas le voir ? Elle avait été assez claire sur la fin, non ? "Je ne vois pas pourquoi tu perds ton temps avec moi." Ne devait il pas attendre de voir si elle, elle avait envie de le revoir, au lieu de se lancer une deuxième fois et de se faire planter comme ce soir ? Il serait fixé comme cela. Et puis, il pouvait toujours essayer d'aller la voir après les sélections, s'il était pris. Et s'il était recalé aussi, d'ailleurs.

Il n'arrivait pas à admettre que sa vie changeait de façon radicale, qu'il avait compris beaucoup de choses sur lui même depuis la rentrée, mais tant de choses restaient encore floues. Il se dit que cela passerai avec les sélections, qu'à partir de ce moment là, il commencerait à sortir de son quotidien et à penser à d'autres choses. Mais elle l'avait laissé là sans lui expliquer rien du tout, quand même ! En lui disant qu'il ne devrait pas se soucier d'elle ! Que voulait elle sous entendre ? Que cela finirait par le blesser ? C'était déjà fait, il était prêt à en endurer d'avantage s'il pouvait comprendre l'attitude d'Irmine. Mais elle ne lui expliquerait pas, et il ne comprendrait jamais. La compréhension de certaines choses n'étaient visiblement pas faites pour lui.

Dorian resta assis un moment au bord de l'eau, dans le parc obscur. Il finit par se décider à rentrer dans sa chambre, espérant qu'une nuit de sommeil lui permettrait d'y voir plus clair. Il se fit la promesse de ne pas aller voir Irmine, qu'elle qu'en soit l'occasion, si elle ne voulait pas le revoir. Le temps guérirait peut être ses blessures autrement. Il s'endormit peut de temps après, d'un sommeil léger et hésitant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Repas du soir   

Revenir en haut Aller en bas
 

Repas du soir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Repas de pauvres
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» La patagonie sur Thalassa ce vendredi soir 26 nov
» Un soir de pleine lune
» Ce soir, tous les musées sont gratuits !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: >---{Le château}--- :: >---{Le Rez-de-Chausée}--- :: >---{Le réfectoire}----
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit