AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Deuxième rencontre [PV : Erwan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Garance de Cernay
Sixième année MontmorencyavatarSixième année Montmorency
Messages : 153
Date d'inscription : 07/09/2011
Age : 21
Localisation : Là où ça embête les Armagnac.
MessageSujet: Deuxième rencontre [PV : Erwan]    Jeu 6 Oct - 16:24

Garance griffona quelques notes sur sa feuille, et recentra son attention sur le professeur.

- Bien, maintenant, je vais vous laisser préparer votre potion durant le reste de l'heure. N'oubliez pas que je ramasse à la fin !

Elle soupira, remit une mèche de ses cheveux en arrière, et se concentra sur la page du manuel. Préparation d'une Goutte du Mort-Vivant. Une potion horriblement difficile, nécessitant tout un tas d'ingrédients.

Elle passa l'heure entière à faire des allers et retours entre l'armoire et sa table. La salle était...variée. Ils avaient cours avec les Conti, et les exclamations de ces derniers, quand le liquide coulait sur leur robe étaient... intéressantes. La potion de Louison avait pris la consistance du ciment, mais vert. Celle de Julien faisait des bulles, et celle d'une Conti était rose vif. Quant à ceux qui avaient une couleur proche de celle indiquée, leurs cheveux hérissés, frôlant la crise de nerfs, cela faisait peur à voir.

Enfin, la cloche retentit. Elle fit apparaître un petit flacon de cristal pour y prélever un peu de sa potion, et constata avec soulagement qu'elle était proche de la couleur bleutée demandée.

Elle saisit son sac, posa le flacon sur le bureau et sortit. Elle s'arrêta un instant devant la grande baie vitrée pour admirer les jardins. L'étang était superbe. Elle ferait un détour par là, en se rendant en botanique.

Soudain, des éclats de verre brisés, des cris, et des bruits de galopade la ramenèrent à la réalité. Elle se retourna. Une bande d'Armagnac courait à perdre haleine, riant sans pouvoir s'arrêter. Derrière, un Intendant en fureur, et des Courtenay très très en colère. Et de la Bombabouse aussi.
Elle n'eut aucun mal à se retracer le scénario. Un sourire amusé se dessina sur ses lèvres quand elle s'imagina la scène.

Soudain, son regard s'arrêta sur un des Armagnac qui s'étaient séparés des autres, et essayait de brouiller les pistes en se mêlant à la foule qui observait, hilare. Elle le connaissait. Elle l'avait vu, il y a deux jours, lors d'un incident assez...singulier dans la volière. Le nom de celui qui se tenait en face d'elle s'imposa dans son esprit. Erwan. Il s'appelait Erwan.


L'air décidé, elle s'approcha de lui et dit d'une voix hautaine mais cependant amusée :


- On aime toujours se mettre dans les ennuis à côté de ce que je vois ?

Quand il leva les yeux vers elle, elle eut un instant d'hésitation. Et s'il ne la reconnaissait pas ? Pourtant il devait se souvenir d'elle. Si elle se souvenait bien, il lui avait même avouer désirer la revoir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Merwin
JouvencelienavatarJouvencelien
Messages : 128
Date d'inscription : 23/09/2011
Localisation : Entre ici et ailleurs
MessageSujet: Re: Deuxième rencontre [PV : Erwan]    Jeu 6 Oct - 17:03

Cet après-midi là, Erwan avait cours de botanique. Il allait encore devoir expliquer à l'enseignante qu'il avait perdu son devoir, ou que ce dernier avait été volé par un Montmorency, ou encore que l'internat des Armagnacs avait brûlé, emportant avec lui le malheureux devoir, pourtant très complet et très bien rédigé d'Erwan. Quel désastre ! Oui, la dernière option était surement plus crédible. Mais de toutes façons, les Armagnacs n'étaient pas très motivés pour aller en cours cet après-midi là. Ils décidèrent de sécher le cours tous ensemble, de manière à signaler de matière très fine à la prof qu'ils préféraient largement quelques heures de colle tous ensemble à un cours ennuyeux à mourir.

Erwan entama une bataille explosive avec Marc et Fred, histoire de faire quelque chose de constructif pour le reste de l'après midi. Ils avaient aussi pour projet de faire un tournois d'échec sorciers, et de récompenser le vainqueur par la bouteille de Whisky-Pur-Feu qui avait survécu à la dernière soirée, quelques jours plus tôt. C'était largement suffisant pour motiver Erwan à s'appliquer tout l'après midi à ne pas aller en cours. Ils s'étaient installés dans le parc, qui bénéficiait des derniers rayons d'été avant de devenir un véritable marécage en plein automne. De temps en temps, des groupes d'élèves passaient devant eux, parlant inévitablement d'un cours passé ou à venir. A chaque passage, les Armagnacs levaient les yeux au ciel, ou se moquaient ouvertement des passants.

Marc lui donna un coup de coude. Erwan releva la tête de sa main de cartes, et suivit le regard de son ami. Un groupe de Courtenay, composé de 6ème et de 7ème années. Jusque là, ça n'avait rien de très exceptionnel. Les yeux de l'Armagnac se posèrent sur un garçon qui se démarquait légèrement des autres, de par sa carrure et son charisme. Très apprécié des filles, très populaire à Beauxbâtons. Un sourire se dessina sur le visage d'Erwan. Il se tourna vers ses amis :


- C'est vrai, j'ai le droit ? Vous me suivez ?

Ils se concertèrent un instant, puis hochèrent la tête. Ah, ça c'était le pied. Erwan se leva lentement, suivit d'un même mouvement par le groupe d'Armagnacs.

Il courait à en perdre haleine. C'est qu'ils étaient rapides les bougres ! Et assez en colère également. Pourtant, la Bombabouse leur allait si bien ! Surtout à Alexandre, qui avait été particulièrement visé. Mais lui, n'était pas vraiment en état de leur courir après, suite à leur passage rapide et explosif. Il devrait probablement racheter une robe de sorcier, pensa Erwan content de lui. Le deuxième étage. Il calcula rapidement son coup. Les élèves sortaient peu à peu des salles, soit alertés par le vacarme qu'ils faisaient, soit par la sonnerie, probablement par les deux. Il jeta un rapide coup d'oeil derrière lui : les Armagnacs n'étaient plus nombreux dans la course poursuite. Ils avaient du se planquer ou se faire prendre. Il sauta au dessus d'un muret de pierre pour tenter de se mêler à la foule d'élèves qui admiraient le spectacle. A son grand soulagement, les élèves autour de lui ne bronchèrent pas. Il leur adressa un regard reconnaissant.

L'Intendant venait de passer dans le couloir, suivit d'un groupe de Courtenay recolorés. il poussa un soupir de soulagement, qui s'arrêta net quand il vit une jeune fille blonde se diriger vers lui. Garance. Il n'eut pas le temps de la saluer qu'elle demandait, hautaine, mais légèrement moqueuse :


- On aime toujours se mettre dans les ennuis à côté de ce que je vois ?

Il sourit. Elle avait bien cerné une partie du personnage. Tentant de reprendre son souffle, il répondit :

- Mais... tu es seule ! Ce... ce n'est pas normal ça ! Dis moi... tu... tu n'es pas malade quand même ? parvint il à dire.

Se redressant peu à peu, il reprenait son souffle. Ça allait mieux.

- Content de te revoir, dit il avec un demi sourire.

Les élèves commençaient à se disperser dans le couloir. Il ne fallait pas qu'il reste là, l'Intendant allait repasser.

- Tu veux faire un tour ? demanda t il d'un air poli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garance de Cernay
Sixième année MontmorencyavatarSixième année Montmorency
Messages : 153
Date d'inscription : 07/09/2011
Age : 21
Localisation : Là où ça embête les Armagnac.
MessageSujet: Re: Deuxième rencontre [PV : Erwan]    Jeu 6 Oct - 18:08

Il sourit :

- Mais... tu es seule ! Ce... ce n'est pas normal ça ! Dis moi... tu... tu n'es pas malade quand même ?

D'accord. Avec le souffle, revenait les moqueries. Elle haussa un sourcil hautain :

- Non moi ça va, répondit elle comme s'il avait été poli et demandé de ses nouvelles. Toi, par contre, fidèle à tes habitudes.

Il l'écouta à peine et sourit juste:

- Content de te revoir.

Cela eut pour effet de prendre Garance au dépourvu. Ce qui était quand même assez difficile.

- Tu veux faire un tour ? demanda t il d'un air poli.

Son cerveau manipulateur se mit en marche. Politesse ou précaution de s'éloigner de l'Intendant ? Cela restait à voir.


- Oui, si tu veux.

Elle ne dit pas "avec plaisir" parce que... avec l'Armagnac on ne savait jamais si ça allait être une partie de plaisir. Elle le mena entre 2 corridors, l'un désert, l'autre empli de monde.

Elle hésitait. Devait elle se montrer en public avec un Armagnac ? Erwan devança ses pensées et s'engagea dans le désert. Elle allait le suivre, quand elle se souvint de qui elle était. Certainement la fille la plus populaire de cette académie. Elle parlait avec qui elle voulait, et les autres... Et bien les autres mourraient de jalousie.

D'un air de reine, elle s'engagea dans le couloir plein de monde et rappela Erwan :


- Eh bien ? Je croyais qu'on devait faire un tour ?

Puis, pour se donner contenance, elle rajouta :

- Si tu veux semer l'Intendant, tu ferais mieux de te perdre dans la foule.

Il la rejoignit et ils continuerent de marcher. Garance ne savait pas trop quoi dire. On ne pouvait pas franchement dire qu'ils étaient amis depuis leur dernière rencontre. Elle commença donc par le sujet bateau :

- Alors qu'as tu fait depuis mardi ? A part recouvrir les Courtenay de bombabouses bien sûr ?

Elle se souvint alors d'une anecdote qu'elle avait entendu :

- A moins que ce ne soit toi qui ait ravagé la salle des trophées ? sourit elle. Tout le monde sait qu'Alexandre a fait le coup, la professeure de magidigitation s'est empressée de le clamer partout, mais très peu de gens savent qui est le 2eme. Tu as une idée ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Merwin
JouvencelienavatarJouvencelien
Messages : 128
Date d'inscription : 23/09/2011
Localisation : Entre ici et ailleurs
MessageSujet: Re: Deuxième rencontre [PV : Erwan]    Ven 7 Oct - 17:07

- Non moi ça va. Toi, par contre, fidèle à tes habitudes.

Il sourit. Effectivement, on le changerai pas comme ça. D'un autre coté, il se demandait pourquoi elle disait ça alors qu'il s'était vraiment retenu l'autre soir sur les blagues et le second degré. Peut être l'avait elle sentit, ou s'était elle juste rappelée qu'il était à Armagnac, et qu'en tant que tel, il bordélisait couramment l'Académie. Mais il enchaîna aussitôt en posant quelques questions, ce qui sembla déconcerter Garance. Il pensait qu'elle l'enverrait balader, prétextant devoir se rendre à un cours, ou devoir retrouver ses amies, mais ce ne fut pas le cas. Elle accepta d'une voix neutre, sans qu'il ne puisse lire quoi que ce soit sur son visage fermé. Tant pis. Ils arrivèrent à un embranchement entre deux corridors. Le premier menait vers une galerie d'art, et était comme d'habitude, désert, tandis que l'autre conduisait vers différentes salles de cours, et était donc, blindé. Il s'arrêtèrent un instant, interdits devant le choix à prendre. Pas évident de se promener avec un Armagnac ou une Montmorency dans les couloirs, surtout quand il y avait foule. Et puis, le couloir de droite menait directement vers le parc, alors qu'il leur faudrait faire un gros détour s'ils se mêlaient à la foule. C'est donc tout naturellement qu'Erwan prit la direction de la galerie d'art.

Ce ne fut visiblement pas le choix de Garance, qui se dirigea, tête haute, vers le couloir plein de monde. Non, elle était pas sérieuse là ?


- Eh bien ? Je croyais qu'on devait faire un tour ?

Ah oui, très drôle. Comme si c'était lui qui l'abandonnait à son triste sort. Il hocha la tête, un sourire aux lèvres. Soit, allons affronter la foule, se dit il.

- Si tu veux semer l'Intendant, tu ferais mieux de te perdre dans la foule.
Oui, façon de voir les choses. Sauf s'il tombait nez-à-nez avec celui qu'il cherchait à éviter. Dans un couloir vide, au moins, il aurait eu une plus grande marge d'action. Mais il devait bien reconnaître que l'Intendant n'avait pas pour habitude de se mêler aux élèves, préférait les guetter dans un coin, pour mieux les surprendre en flagrant délit. Il ne fit pas de remarque cinglante, n'en voyant pas l'utilité. Et puis, après tout, c'était lui qui lui avait demandé de faire un tour. Il la rejoignit donc, et ils partirent s'engouffrer dans le couloir bondé de monde. A son grand soulagement, il n'y avait pas de Courtenay dans ce couloir. Uniquement des Conti, des Mercoeur, des Lusignan, des Montmorency et de petits groupes d'Armagnac.

- Alors qu'as tu fait depuis mardi ? A part recouvrir les Courtenay de bombabouses bien sûr ?

Il répondit, comme si c'était parfaitement naturel :

- Oh, tu sais, c'était pour rendre service. Les Courtenay aiment profondément la nature, on voulait leur faire profiter d'un peu de son odeur.

- A moins que ce ne soit toi qui ait ravagé la salle des trophées ? demanda elle dans un de ses rares sourires. Tout le monde sait qu'Alexandre a fait le coup, la professeure de magidigitation s'est empressée de le clamer partout, mais très peu de gens savent qui est le 2eme. Tu as une idée ?

Ah oui, ce coup là... C'est vrai qu'il était presque passé inaperçu dans cette histoire, Alexandre étant passé pour le principal fauteur de troubles. On ne parlait pas de celui qui l'avait agressé, se promenant en pyjama dans le château en pleine nuit. Mais Garance semblait fort bien informée sur les péripéties nocturnes de l'école, et ce n'était surement pas ce genre de détails qui allaient lui échapper.

- Ce sont de graves accusations, ça, dit il en faisant mine de s'offenser. Alexandre est juste très doué pour s'attirer des ennuis en pleine nuit, je pense.

Oui, il restait très évasif. Il n'avait pas particulièrement envie de lui parler de cette escapade nocturne, qui n'avait pas été très agréable, surtout dans le bureau de Madame Maxime. Et puis, il était quasi certain de ne plus être très tranquille si Garance commençait à divulguer l'histoire en entier dans le château.

- Mais si tu veux, j'ai des soupçons. Je pense que ce cher Alexandre, que j'aime beaucoup, loin de moi l'idée de lui chercher du mal, a du avoir envie de se refaire une petite renommée. Cela fait tout de suite beaucoup plus viril lorsqu'on sait qu'il a livré un terrible duel contre un inconnu à deux heures du matin, dans la salle des trophées, non ? C'est bon pour se faire de la pub, si tu veux mon avis.

Son sourire ne trompait pas, c'était bien lui le second duelliste. Mais il évitait de rentrer dans le pourquoi du comment. Il chercha à changer de sujet de conversation, en parlant plutôt de Garance.

- Et toi, quoi de nouveau ? Où sont donc tes dizaines de prétendants ? Ça doit être chouette d'être autant... demandée par des tas de beaux garçons non ? demanda il d'un air narquois. Quoi que cela doit surement t'attirer quelques rivalités ? Remarque, rien ne vaut quelques rivalités pour s'épanouir.

Ça y'est, le couloir touchait à sa fin. Ils bifurquèrent vers des escaliers en marbre, qui menaient tout droit vers les jardins. Il n'aimait pas beaucoup les jardins, trop d'ordre, trop de sérieux. Mais faute de mieux, il ne fit pas la moue. Il garda le silence quelques minutes, avant de demander :

- Dis, je me demandais... Est ce que tu as de vraies amies ? Celles qui t'accompagnent tout le temps ne sont elles pas tout simplement des admiratrices ?

Posée comme ça, la question pouvait paraître méchante, épineuse. En réalité, il la posait très franchement, ne sachant réellement pas si Garance avaient de vraies amies à Beauxbâtons. Mais elle risquait de mal le prendre, c'était certain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garance de Cernay
Sixième année MontmorencyavatarSixième année Montmorency
Messages : 153
Date d'inscription : 07/09/2011
Age : 21
Localisation : Là où ça embête les Armagnac.
MessageSujet: Re: Deuxième rencontre [PV : Erwan]    Ven 7 Oct - 17:51

- Ce sont de graves accusations, ça, dit il en faisant mine de s'offenser. Alexandre est juste très doué pour s'attirer des ennuis en pleine nuit, je pense.

Il restait très évasif. Trop évasif.

- Mais si tu veux, j'ai des soupçons. Je pense que ce cher Alexandre, que j'aime beaucoup, loin de moi l'idée de lui chercher du mal, a du avoir envie de se refaire une petite renommée. Cela fait tout de suite beaucoup plus viril lorsqu'on sait qu'il a livré un terrible duel contre un inconnu à deux heures du matin, dans la salle des trophées, non ? C'est bon pour se faire de la pub, si tu veux mon avis.

Il avait un grand sourire aux lèvres. C'était donc lui. Hum. Il n'avait pas l'air de vouloir que les 3/4 du château soient au courant. Très bien, elle ne dirait rien. Sauf si aucun ragot n'alimentait la salle commune.

- Et toi, quoi de nouveau ? Où sont donc tes dizaines de prétendants ? Ça doit être chouette d'être autant... demandée par des tas de beaux garçons non ? Quoi que cela doit surement t'attirer quelques rivalités ? Remarque, rien ne vaut quelques rivalités pour s'épanouir.

Garance haussa un sourcil. Une autre fille aurait pouffé, fait bouffer ses cheveux et répondu d'une voix nunuche qu'elle était "trèèèèèèès demandée" pour bien faire sentir au garçon à quel point il avait de la chance de discuter avec elle. Garance n'était pas comme ça. Mais le ton narquois du garçon l'agaçait. Autant jouer le jeu. Elle dit d'une voix très sérieuse :

- Et bien puisque tu en parles... J'ai congédié mes dizaines de prétendantes comme tu dis, pour accorder cinq minutes au petit Armagnac que tu es. Donc autant profiter de ta chance et passer à un sujet vraiment intéressant.

Elle prononça les derniers mots d'un ton qui laissait pointait l'ironie, pour qu'Erwan comprenne qu'elle n'était pas sérieuse. Enfin si un peu quand même. D'abord elle n'avait même pas des dizaines de prétendants. Seulement six. Cette semaine.

Elle allait ré-ouvrir la conversation quand Erwan reprit :


- Dis, je me demandais... Est ce que tu as de vraies amies ? Celles qui t'accompagnent tout le temps ne sont elles pas tout simplement des admiratrices ?

Garance continua de marcher comme si de rien n'était. Elle avait pour principe de ne jamais montrer ses émotions. Et puis, tous les gens un peu sarcastiques voulant être blessants posaient la question. Mais le ton du garçon était tout ce qu'il y avait de plus sérieux.

- Des admiratrices ? Bien sûr que oui.

Là elle avait du surprendre le garçon qui s'attendait sûrement à ce qu'elle dise qu'elle avait pleins d'amis qu'elle adôôôôôrait. En bonne petite Montmorency.

Ils étaient arrivé en bas de l'escalier de marbre et se dirigeaient vers les jardins. Elle le retint par le bras et le fit se retourner.


- Qu'est-ce que tu vois ? fit elle. Toute personne populaire, quelque soit son armoirie, est entourée d'admirateurs. Des admirateurs pas des amis.

Ce n'étaient pas les exemples qui manquaient dans le hall des marbres. Paul des Armagnac, entourés de garçons les cheveux en bataille, Miranda, à Conti qui avançait comme si elle était la plus belle fille du hall, ent... Attendez un instant ? La plus belle fille du hall ? Ca n'allait pas du tout ça. Garance se redressa imperceptiblement quand elle passa et lui lança un regard de glace qui eut pour effet de la faire détaler dans les jardins. Mieux. Et même le bel Alexandre, entouré de filles gloussantes.

- Tu vois ? Toute personne voulant exercer une autorité quelqu'elle soit dans une armoirie se doit de ne pas montrer ses amis. Il est entouré d'une cour exauçant ses moindres désirs mais prête à tout pour le faire tomber. Et si ces gens ont des amis, ils le cachent soigneusement. Car ils sont leur point faible.

Voilà qu'elle faisait un cour de sociologie. C'était la jungle qu'elle décrivait. Mais c'était la réalité.

Elle fit volte face et passa dans les jardins, prenant la direction de l'étang. Erwan la rattrapa quelques instants après. Elle se pinça les lèvres :


- Donc pour répondre à ta question, non je n'ai pas d'amis. J'ai réglé le problème. Les seuls amis que j'aurai seront des personnes en qui j'aurais la confiance la plus totale, et quiconque essaiera de s'en prendre à eux se heurtera à moi.


Et à l'entendre, il valait mieux ne pas se frotter à elle sur ce point là. Elle se retourna vers lui, ralentissant un peu :

- Et toi ? T'es tu déjà posé la question ? Les petits Armagnac avec lesquels tu traînes. Y'en a t'il un seul en qui tu as une totale confiance ? Plus que pour aller asperger les Courtenay de bombabouses ?

Elle continuait d'avancer. Maintenant qu'il l'avait lancé sur le sujet, elle disait tout :

- C'est comme pour mes "prétendants" comme tu dis. Si tu te renseignes, y'en a t'il un seul avec qui je suis sortie plus d'une semaine ? Non. C'est la même chose. Et toi : as tu vraiment aimé une fille avec qui tu es sortie ?

Elle se pinça les lèvres. Elle s'était emporté. Le petit Armagnac n'était pas un modèle de popularité. Il ne sortait pas avec des dizaines de filles comme Alexandre Morel. Elle esperait ne pas l'avoir vexé. Malgré les apparences, elle n'aimait pas blesser inutilement. D'autant qu'elle avait du vraiment l'étonner avec son discours sur l'amitié.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Merwin
JouvencelienavatarJouvencelien
Messages : 128
Date d'inscription : 23/09/2011
Localisation : Entre ici et ailleurs
MessageSujet: Re: Deuxième rencontre [PV : Erwan]    Ven 7 Oct - 20:27

- Des admiratrices ? Bien sûr que oui.

Ah tiens, elle ne se vexait pas. Elle aurait pu, pourtant. Mais il était tout à fait possible qu'elle se réserve le droit de le casser quelques minutes plus tard. Ils arrivaient dans les jardins, quand elle lui prit le bras pour qu'il s'arrête. Erwan la regarda, surpris.

- Qu'est-ce que tu vois ? dit elle. Toute personne populaire, quelque soit son armoirie, est entourée d'admirateurs. Des admirateurs pas des amis.

Il regarda autour de lui. Il y avait bien quelques personnes qui se démarquaient clairement du lot d'élèves présents dans les jardins à cette heure-ci. Ils semblaient rayonner de popularité, entourés d'autres élèves visiblement ravis de les accompagner. Tous avaient leur manière de se comporter avec leur public, allant de l’attitude plutôt snobe d'une Conti à la soi-disante accessibilité d'un des meneurs des Armagnacs. Il y avait même Alexandre, entouré de ses admiratrices, le sourire enjôleur. Il avait fait vite pour se changer, le bougre !

- Tu vois ? Toute personne voulant exercer une autorité quelqu'elle soit dans une armoirie se doit de ne pas montrer ses amis. Il est entouré d'une cour exauçant ses moindres désirs mais prête à tout pour le faire tomber. Et si ces gens ont des amis, ils le cachent soigneusement. Car ils sont leur point faible.

Il la regarda, étonné. Non, il n'avait jamais vu les choses comme ça. Il ne s'était posé la question, ni avait essayé de se mettre à leur place.

- D'un autre coté, une personne qui s'entoure d'une "cour" comme tu dis, le fait volontairement. Enfin, je voit mal quelqu'un traîner avec des personnes avec qui elle n'a pas envie de traîner. Alors, peut être que c'est comme ça que ça se passe, et je veux bien te croire, mais tu as toujours la possibilité de les envoyer se faire voir, eux et leurs normes, leurs pensées, leurs envies de se montrer au dessus des autres. Tu peux choisir d'avoir des amis plutôt que des admirateurs et admiratrices.

Bon, là, ses propos pouvaient être assez durs. Mais Garance critiquait elle même tout cet univers, alors il pouvait bien se permettre une petite remarque. Il réalisait à peine à quel point cela pouvait être dur et cruel, mais il ne comprenait toujours pas ce qui pouvait pousser quelqu'un à renoncer à tant de choses pour un peu d'estime dans le regard d'autres élèves. Garance prit la direction de l'étang, et il la suivit presque aussitôt.

- Donc pour répondre à ta question, non je n'ai pas d'amis. J'ai réglé le problème. Les seuls amis que j'aurai seront des personnes en qui j'aurais la confiance la plus totale, et quiconque essaiera de s'en prendre à eux se heurtera à moi.

Au moins, c'était clair. Sa voix s'était durcie, ses traits s'étaient légèrement figés. Il se sentit mal à l'aise de l'avoir entraînée sur ce sujet de conversation, glissant, et ne savait pas trop quoi dire à cela. C'était un constat triste, mais qui n'excluait pas une pointe d'espoir, car elle n'excluait absolument pas avoir un jour des amis de confiance. Elle se retourna vers lui, une question aux lèvres.

- Et toi ? T'es tu déjà posé la question ? Les petits Armagnac avec lesquels tu traînes. Y'en a t'il un seul en qui tu as une totale confiance ? Plus que pour aller asperger les Courtenay de bombabouses ?

Il sourit, mais ne répondit pas directement, continuant à marcher lentement.

- Déjà, ils ne sont pas si petits que ça, ces Armagnacs, dit il d'un air moqueur.. Ensuite, est ce que tu crois qu'une confiance totale puisse exister, avec qui que ce soit ? Une personne à qui tu confirais ta vie sans hésiter une seconde ? Alors non, je n'ai une confiance totale en personne, et si je devais mettre ma vie en jeu, je préférerai être celui qui jouerait mes dernières cartes. Donc, non, à ton sens je n'ai pas de vrais amis à Beauxbâtons. Par contre, j'ai de très bons camarades de jeu, je peux te l'assurer.

Mais elle semblait lancée dans une spirale révélatrice, et il en apprenait beaucoup plus sur elle en quelques minutes que s'il avait passé plusieurs années à la regarder.

- C'est comme pour mes "prétendants" comme tu dis. Si tu te renseignes, y'en a t'il un seul avec qui je suis sortie plus d'une semaine ? Non. C'est la même chose. Et toi : as tu vraiment aimé une fille avec qui tu es sortie ?

Il la regarda dans les yeux. Elle semblait ne plus se poser aucune question vis à vis de leurs armoiries respectives, et préférait un dialogue franc et sans retenue avec l'Armagnac. Ce n'était pas du tout ce qu'il aurait imaginé à ses propos, et cette initiative n'était pas pour lui déplaire. Hormis le sujet plutôt glissant sur lequel ils s'engageaient, et qui était très sensible pour Erwan, en témoigne l'épisode des trophées avec Alexandre Morel, le grand séducteur. Il réfléchit à la manière de tourner ses propos.

- Disons que contrairement à des garçons comme Alexandre Morel, je n'ai jamais eu de franc succès auprès de la gente féminine. Ce n'est pas comparable avec ton succès évident avec les garçons non plus, du coup.

Il marqua une pause, cherchant ses mots. Avec un peu de chance, elle profiterait de ce blanc pour changer de conversation. Non ? Pas de nouvelle tirade ? ... Soit.

- Je n'ai jamais eu de relations durables avec une fille non plus, pas plus d'une ou deux semaines. Je ne me sentais pas à l'aise, je n'avais pas l'impression d'être celui qu'elles attendaient. Depuis, disons que je préfère ne pas m'engager dans une relation sans être sur de ce que je ressens. Et avec moi, c'est tout sauf évident. Mais je ne suis pas pressé. Ça arrivera bien un jour, je ne sais pas quand, mais je ne me fais pas plus de soucis que ça dessus.

Il voulu lui demander comment elle voyait les choses, mais elle venait de répondre partiellement à la question avant qu'il ne la pose. Et il aurait surement eu l'air de manifester un grand intérêt envers Garance, mais il ne voulait pas être comme un de ses nombreux prétendants. Il étouffa dans la question, préférant un léger silence le temps de chercher un autre sujet de conversation.

- Je sais que ça n'a rien à voir, mais tu as une idée de ce que tu vas faire après l'école ? Comme style de métier ? Et est ce que tu penses travailler main dans la main avec le Ministère, ou pas ?

Oui, ce n'était ni plus ni moins qu'une double question qu'il posait là, et dont une partie lui permettrait d'en apprendre plus sa la manière de pensée de cette fille qu'il avait cru Vélane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garance de Cernay
Sixième année MontmorencyavatarSixième année Montmorency
Messages : 153
Date d'inscription : 07/09/2011
Age : 21
Localisation : Là où ça embête les Armagnac.
MessageSujet: Re: Deuxième rencontre [PV : Erwan]    Ven 7 Oct - 20:49

Il la fixa sans ciller, et reflechit à ses propos avant de répondre :

- Disons que contrairement à des garçons comme Alexandre Morel, je n'ai jamais eu de franc succès auprès de la gente féminine. Ce n'est pas comparable avec ton succès évident avec les garçons non plus, du coup.

Il marqua une pause, comme s'il attendait qu'elle change de sujet. Mais, non, elle voulait la suite. Il reprit :

- Je n'ai jamais eu de relations durables avec une fille non plus, pas plus d'une ou deux semaines. Je ne me sentais pas à l'aise, je n'avais pas l'impression d'être celui qu'elles attendaient. Depuis, disons que je préfère ne pas m'engager dans une relation sans être sur de ce que je ressens. Et avec moi, c'est tout sauf évident. Mais je ne suis pas pressé. Ça arrivera bien un jour, je ne sais pas quand, mais je ne me fais pas plus de soucis que ça dessus.

Garance médita. Erwan avait beaucoup réflechi à ce sujet, apparemment.

- Je sais que ça n'a rien à voir, mais tu as une idée de ce que tu vas faire après l'école ? Comme style de métier ? Et est ce que tu penses travailler main dans la main avec le Ministère, ou pas ?

Elle plissa ses yeux saphirs. La question était ambiguë, et vu le sens que prenait leur conversation, Garance se doutait qu'elle n'était pas posé innocemment. Et elle n'allait pas répondre innocemment non plus :

- Et bien, répondit elle en toute honnêteté, j'ai plusieurs idées. J'ai d'abord envisagé de travailler comme styliste magique.

Réponse type de la Montmorency. Elle ne leva pas les yeux, mais Erwan devait sûrement soupirer.

- Mais, reprit elle, je trouve ça depuis quelques temps... trop futile. C'est vrai, dessiner des vêtements toute sa vie, ce doit être...lassant. Aussi, je pense que je deviendrai Auror.

Elle réflechit aux tenants et aboutissants de sa réponse. Les Aurors travaillaient actuellement en relation avec la justice magique, et certains capturaient les hybrides. Elle voulait clarifier les choses. Vite.

- J'entends bien sûr par là, continua t'elle d'une voix posée, les Aurors comme on l'entend au sens premier du terme. Qui s'occupent des criminels magiques, et gèrent les problèmes de sorciers dans le monde moldu.

Elle fit une pause et reprit d'une voix emplie de dégoût :

- Pas ceux qui sont chargés d'aller capturer des hybrides pour les envoyer se faire massacrer.

Garance marqua une pause. Tout à l'heure, le terrain était glissant, maintenant, il était carrement en chute libre. Elle se ressaisit donc. Et si Erwan s'avisait de répéter cela à d'autres Montmorency ? Elle aurait l'air fine dans la salle commune.

- Il est évident, fit elle d'une voix convaincue où pointait une note d'optimisme, que tous les employés du Ministère ne sont pas favorables à leurs actions contre l'hybridation.

Ils arrivaient au niveau des serres, aussi bifurqua t'elle vers le verger.

- Et toi ? lança t'elle. Que feras tu ?

De même la question était à double sens. Que ferait il comme emploi, mais aussi vis à vis des hybrides.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Merwin
JouvencelienavatarJouvencelien
Messages : 128
Date d'inscription : 23/09/2011
Localisation : Entre ici et ailleurs
MessageSujet: Re: Deuxième rencontre [PV : Erwan]    Sam 8 Oct - 8:18

- Et bien, répondit elle en toute sérieusement, j'ai plusieurs idées. J'ai d'abord envisagé de travailler comme styliste magique.

Ah bon. Finalement, elle n'était pas si anormale que ça, cette Montmorency. Il aurait du s'attendre à une telle réponse. Erwan sourit en regardant en direction du lac qu'il pouvait apercevoir au loin.

- Mais, reprit elle, je trouve ça depuis quelques temps... trop futile. C'est vrai, dessiner des vêtements toute sa vie, ce doit être...lassant. Aussi, je pense que je deviendrai Auror.

Cette fois ci, il se retourna vivement vers elle. Une auror ? C'était déjà beaucoup moins courant, mais surtout beaucoup moins enviable, étant donné les nombreuses chasses aux hybrides dans lesquelles ils étaient impliquées ces temps ci. Ainsi, elle n'aimait pas les hybrides. Les mots commencèrent à lui brûler les lèvres, il voulait débattre de cette position avec elle, lui montrer qu'elle avait tort, que ce point de vue était stupide. Mais Garance ne se laissa pas déconcerter.

- J'entends bien sûr par là, les Aurors comme on l'entend au sens premier du terme. Qui s'occupent des criminels magiques, et gèrent les problèmes de sorciers dans le monde moldu.

Mouais. A ce sens là peut être, mais elle risquait de ne pas se mettre au service du Ministère pendant un bout de temps. Cela allait être beaucoup plus difficile de travailler pour elle, alors. Soit. Il ne lui fit pas remarquer que les aurors ne traitaient pas des problèmes avec le monde moldu, que cela concernait directement le Ministère, qui avait une branche spécialisée la dedans.

- Pas ceux qui sont chargés d'aller capturer des hybrides pour les envoyer se faire massacrer, dit elle avec un ton rempli de dégoût et de réserve.

Il voulu répondre quelque chose, mais elle enchaîna rapidement :

- Il est évident, fit elle d'une voix convaincue, que tous les employés du Ministère ne sont pas favorables à leurs actions contre l'hybridation.

- Ceux qui sont vraiment contre ces pratiques quittent le Ministère. Ceux qui restent peuvent être contre, mais ils acceptent, et subissent.

Il avait répondu ça d'une voix dure. Les positions du Ministère étaient intolérables, surtout au 21ème siècle. Ils ne pouvaient se remettre à avoir des peurs comme au Moyen-Âge. Ils ne pouvaient se permettre d'exclure certains sorciers en fonction de leur valeur de sang, les désignant comme source de leurs problèmes. Ils arrivaient peu à peu au verger, endroit qu'Erwan affectionnait beaucoup. Il sourit malgré la colère qui s'était lue sur son visage quelques secondes au par avant.

- Et toi ? Que feras tu ?

Erwan réfléchit. De toute évidence, cette question se rapprochait de la sienne, et était loin d'être innocente. Il répondit franchement, comme il avait toujours eu l'habitude de répondre, sauf quelques fois en présence de cette jeune fille.

- A la base, j'avais envie de devenir joueur de Quidditch. Là aussi, on rentre dans les gros clichés de l'Armagnac. Et puis, peu à peu, je ne sais pas pourquoi, je me suis "calmé". Certains cours se sont mit à m'intéresser, j'ai commencé à lire des livres sur des choses qui m'intéressaient, bref. Et donc aujourd'hui, si je devais faire un choix, je pense que je ferai des études de fabrication de baguettes magiques.

Il marqua une pause. Erwan ne se sentait pas de motiver les raisons exactes de cette envie, il risquait d'être rébarbatif. Il enchaîna donc sur sa position vis-à-vis du Ministère.

- Je suis contre toutes ces pratiques du Ministère. Je ne suis pas non plus en faveur des mouvements pro-hybrides violents qui apparaissent peu à peu, mais je suis tout à fait en faveur des droits des hybrides; S'en prendre à eux, c'est comme s'en prendre aux Nés-Moldus, ou même aux Sang-Mêlés. J'ai une grande part de sang moldu dans les veines, mais je ne me crois pas moins capable qu'un sang-pur de faire de la magie. Et je connais plusieurs hybrides, qui sont tous de très bons sorciers.

Erwan se tut, un instant. Elle lui demandait son avis, il lui donnait. Mais si elle venait d'une grande famille de sang-pur, cela pouvait ne pas lui plaire. Tant pis. Il finit par une petite remarque, pour se faire pardonner.

- Je suis désolé de t'avoir prise pour une Vélane, l'autre soir, dit il avec un sourire d'excuses. Mais je me demandais... pourquoi tu as fait tout ça ? Pourquoi tu as lancé ce charme ce soir là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garance de Cernay
Sixième année MontmorencyavatarSixième année Montmorency
Messages : 153
Date d'inscription : 07/09/2011
Age : 21
Localisation : Là où ça embête les Armagnac.
MessageSujet: Re: Deuxième rencontre [PV : Erwan]    Sam 8 Oct - 13:55

Erwan semblait surpris par son opinion. Il y avait de quoi, et Garance ne précisa pas. Il répondit :

- A la base, j'avais envie de devenir joueur de Quidditch. Là aussi, on rentre dans les gros clichés de l'Armagnac. Et puis, peu à peu, je ne sais pas pourquoi, je me suis "calmé". Certains cours se sont mit à m'intéresser, j'ai commencé à lire des livres sur des choses qui m'intéressaient, bref. Et donc aujourd'hui, si je devais faire un choix, je pense que je ferai des études de fabrication de baguettes magiques.

Intéressant. Garance continua de marcher. Désormais, ils foulaient la terre meuble du verger, entre quelques plants de raisins.

- Je suis contre toutes ces pratiques du Ministère. Je ne suis pas non plus en faveur des mouvements pro-hybrides violents qui apparaissent peu à peu, mais je suis tout à fait en faveur des droits des hybrides; S'en prendre à eux, c'est comme s'en prendre aux Nés-Moldus, ou même aux Sang-Mêlés. J'ai une grande part de sang moldu dans les veines, mais je ne me crois pas moins capable qu'un sang-pur de faire de la magie. Et je connais plusieurs hybrides, qui sont tous de très bons sorciers.

Elle réflechit. Une vraie Montmorency se serait offusquée, et elle de même sans doute il y a un an ou deux, mais aujourd'hui... Elle préféra ne pas donner son opinion, et le laisser parler :

- Je suis désolé de t'avoir prise pour une Vélane, l'autre soir, dit il avec un sourire d'excuses. Mais je me demandais... pourquoi tu as fait tout ça ? Pourquoi tu as lancé ce charme ce soir là ?

Garance cilla. Elle avait failli se trahir ce soir-là. Elle hésitait quoi répondre. Elle ne dirait qu'à un ami (un vrai ami, comme elle l'entendait) ce qu'elle était. Erwan n'était qu'une connaissance. Une connaissance sympathique, qu'elle n'avait pas envie de blesser, et lui répondre : " Parce que je m'ennuyais" ou "parce que le beau Valentin avait fichu en l'air notre rendez vous" ce qui la ferait passer pour une égoïste. Et comme derrière tout ça se trouvait son secret, elle n'en parlerait pas. Trop facile de remonter la piste après.

- Un pari, mentit t'elle aisément avec un sourire d'excuses. Dans la salle commune, Julien nous a lancé un défi à tous. Le mien était de lancer un sort à un Armagnac.

C'était un mensonge. En partie. Julien avait vraiment lancé des défis à tous les Montmorency. Mais pas à elle. Il n'aurait pas pris le risque de l'humilier, alors qu'elle était le leader féminin, et que depuis le mois de mai il voulait sortir avec elle. Bref, dit comme ça, c'était étrange... Ca faisait...méchant. Mais comment lui expliquer combien il était difficile de refuser ?

- Ca paraît stupide, mais... Cela nous ramène à la discussion qu'on avait tout à l'heure... Julien est une espece d'Alexandre ou de Paul... Il a des partisans. Il demande ce qu'il veut, et les autres acquiescent. Sinon...ostracisme dans la salle commune, personne ne te parle, et tout le monde rigole en coin...

Elle s'arrêta. Elle était repartie à décrire l'organisation sociale qui "régnait" presque dans toutes les armoiries.

- En fait, continua t'elle, tout ce qui fait un leader, c'est le dosage. Si il demande trop, il déplaît et d'autres le remplacent. Si il demande juste ce qu'il faut, il fait rire, et reste. C'est pareil dans toutes les armoiries. Paul à Armagnac. Valentin et Miranda à Conti. Julien et... moi à Montmorency. Ils ne sont pas dans ton armoirie et pourtant tu les connais de réputation, n'est ce pas ?

Ils arrivaient au niveau des pommiers. Elle ne savait pas vraiment quoi dire à présent... Elle remit une mèche de ses cheveux platines en arrière :

- Et sinon, quelle est la vie d'un Armagnac ? Par exemple, à part asperger les Courtenay de bombabouses, que fais tu de ton temps libre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Merwin
JouvencelienavatarJouvencelien
Messages : 128
Date d'inscription : 23/09/2011
Localisation : Entre ici et ailleurs
MessageSujet: Re: Deuxième rencontre [PV : Erwan]    Sam 8 Oct - 15:38

Elle répondit, comme si c'était presque naturel.

- Un pari. Dans la salle commune, Julien nous a lancé un défi à tous. Le mien était de lancer un sort à un Armagnac.

Erwan se renfrogna. Elle avait beau lui adresser un joli sourire d'excuses, cela ne changerait pas les faits. D'un certain coté, c'était presque rassurant : elle ne l'avait pas fait à cause de lui, mais aurait pu le faire à n'importe quel Armagnac ce soir là. Et c'étaient tout à fait le genre de pratiques des Montmorency, il ne fut pas étonné.

- Ca paraît stupide, mais... Cela nous ramène à la discussion qu'on avait tout à l'heure... Julien est une espece d'Alexandre ou de Paul... Il a des partisans. Il demande ce qu'il veut, et les autres acquiescent. Sinon...ostracisme dans la salle commune, personne ne te parle, et tout le monde rigole en coin...

Erwan voulu répondre, mais elle ne lui en laissa pas la possibilité.

- En fait, continua t'elle, tout ce qui fait un leader, c'est le dosage. Si il demande trop, il déplaît et d'autres le remplacent. Si il demande juste ce qu'il faut, il fait rire, et reste. C'est pareil dans toutes les armoiries. Paul à Armagnac. Valentin et Miranda à Conti. Julien et... moi à Montmorency. Ils ne sont pas dans ton armoirie et pourtant tu les connais de réputation, n'est ce pas ?

Il répondit, amer.

- Oui, on revient à ce que l'on disait tout à l'heure. Et une fois de plus, je dis que le système que tu me décris, que tu critiques, est quand même celui dans lequel tu vis volontiers. Tu en profites tout les jours, de ton statut de meneuse, de ton prestige. Alors ne commence pas à m'expliquer que tu es obligée de faire ça.

Les vignes laissaient peu à peu place aux pommiers. Erwan se concentra sur ces arbres, préférant paraître impoli à ne pas parler d'avantage que de paraître grossier ou méchant. garance brisa une fois de plus le silence. Avec un sourire en coin, il se dit qu'elle ne devait vraiment pas aimer les silences. A moins qu'elle n'en ai pas l'habitude, entourée de sa cour. Ses activités. Il haussa les épaules. Qu'est ce qu'il pouvait dire sur ses activités ? Ça n'avait rien de passionnant.

- A part bombarder les Courtenay ? Oh, des tas de choses. Enchanter la plume à papote d'un prof pour qu'elle n'écrive que des insultes contre lui, faire une bataille explosive en métamorphose, changer les yeux de scarabées par des yeux de saumon... J'aime particulièrement m'en prendre aux Montmorency. Ils sont tellement mignons en colère !

Erwan regarda Garance et éclata de rire.

- Il faudrait que je teste avec toi, un jour.

L'Armagnac se tut alors, apercevant les eaux lumineuses du lac devant eux. Il fallait qu'ils fassent un détour, mais ce n'était pas grave, compte tenu de la beauté de l'endroit. Il entraîna Garance en la prenant doucement par le bras. C'était une promenade plutôt agréable en fait. Qui l'aurait imaginé, une semaine au par avant ? Comme d'habitude, le lac était magnifique. De nombreux reflets d'argent couraient à sa surface, et on pouvait croire voir le ciel s'y refléter à n'importe quel moment de la journée.

- Plus sérieusement, je pense que j'ai les mêmes loisirs qu'un garçon normal, si on oublie mon coté Armagnac. J'aime me promener dans le parc avec des gens que j'aime bien, aller boire une Bièraubeure dans un bar, faire la fête, jouer au Quidditch... J'aime aussi beaucoup explorer le château en pleine nuit, quand je n'arrive pas à dormir, ou quand quelque chose me travaille. En général, ça me donne de l'inspiration pour...

Il rougit, et se tut. Non, il allait être ridicule. Erwan sourit, et croisa le regard de Garance. Un beau regard bleu, profond, mais pourtant si neutre.

- Et toi ? Qui es tu vraiment, derrière ton masque de petite bourgeoise ?

Il sourit, se préparant à se protéger d'un éventuel coup, comme une bonne grosse baffe ou un coup de coude dans les cotes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garance de Cernay
Sixième année MontmorencyavatarSixième année Montmorency
Messages : 153
Date d'inscription : 07/09/2011
Age : 21
Localisation : Là où ça embête les Armagnac.
MessageSujet: Re: Deuxième rencontre [PV : Erwan]    Sam 8 Oct - 17:19

- A part bombarder les Courtenay ? Oh, des tas de choses. Enchanter la plume à papote d'un prof pour qu'elle n'écrive que des insultes contre lui, faire une bataille explosive en métamorphose, changer les yeux de scarabées par des yeux de saumon... J'aime particulièrement m'en prendre aux Montmorency. Ils sont tellement mignons en colère !

Il la regarda et éclata de rire.

- Il faudrait que je teste avec toi, un jour.

Garance haussa un sourcil amusé. Il n'avait pas intêret à essayer... Ils arrivaient à l'embranchement qui menait au lac. Erwan la fit tourner vers l'étang, et ils continuèrent d'avancer vers les eaux lumineuses.

- Plus sérieusement, je pense que j'ai les mêmes loisirs qu'un garçon normal, si on oublie mon coté Armagnac. J'aime me promener dans le parc avec des gens que j'aime bien, aller boire une Bièraubeure dans un bar, faire la fête, jouer au Quidditch... J'aime aussi beaucoup explorer le château en pleine nuit, quand je n'arrive pas à dormir, ou quand quelque chose me travaille. En général, ça me donne de l'inspiration pour...

Il était presque cramoisi et ne continua pas.

- Et toi ? Qui es tu vraiment, derrière ton masque de petite bourgeoise ?

Garance rit à cette idée. Petite bourgeoise ? Aucun rapport. Elle s'arrêta net en s'entendant. Son rire était cristallin, il rappelait trop ses origines. Mais elle voulait creuser un peu la phrase où l'Armagnac s'était arrêté :

- Ca te donne de l'inspiration pour faire quoi ? Peinture, écriture ? Ou juste de nouvelles blagues ?

Elle aimait les beaux romans. Mais, elle trouvait que le garçon avait plus l'allure d'un peintre. Ou alors elle était à côté de la plaque.

Elle reprit sa dernière question :

- Derrière mon masque de bourgeoise, dis tu... Beaucoup de choses que je ne dévoile pas. Et ce que tu peux voir tous les jours, des tas de choses en fait.

Elle restait dans le vague. Elle preferait en général que les gens ne connaissent pas sa personnalité, ou alors qu'ils la devinent, qu'ils la comprennent. Elle n'aimait pas révéler.

- Ce que je suis ? Tu ne crois pas que c'est difficile à résumer en quelques phrases ? Et puis c'est un peu facile de demander à la personne ce qu'elle est. Le principe est plutôt de la questionner, de la comprendre, plutôt que de se baser sur ce qu'elle dit.

Elle avait dit ça d'un ton léger, mais sérieux. Elle ne parlait pas à la légère, mais ne voulait pas que le garçon prenne ça comme un rejet, qu'il croie qu'elle ne voulait pas répondre. Elle reprit :

-Mon histoire, elle n'est pas très compliquée... Tu pourrais la retracer avec n'importe quel Montmorency. Une enfance choyée dans un beau château, un père avec un poste à responsabilité au Ministère... Tout ça à quelques petits détails près.

Un gros détail en fait. Juste sa grand mère Vélane. A part ça, trois fois rien.

- Mais je suppose que ce n'est pas ça qui t'intéresse, mais plus ma personnalité. Elle est assez difficile à définir, fit elle avec un sourire de satisfaction, et je ne pourrais pas te la résumer. Il faut poser des questions, demander... En général, on met beaucoup de temps à me comprendre...si on y arrive.

C'était une invitation à la questionner. Le garçon la releverait il ?

[H.J : Ca te va comme plan, les questions ? Ou tu veux que je développes plus ? ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Merwin
JouvencelienavatarJouvencelien
Messages : 128
Date d'inscription : 23/09/2011
Localisation : Entre ici et ailleurs
MessageSujet: Re: Deuxième rencontre [PV : Erwan]    Sam 8 Oct - 20:09

- Ca te donne de l'inspiration pour faire quoi ? Peinture, écriture ? Ou juste de nouvelles blagues ?

Il avait perdu une occasion de se taire. Erwan ne répondit rien... dans un premier temps. Il fixait le lac. Bah, au pire elle le prendrait pour un pauvre adolescent puéril.

- Oh, non, je n'ai pas besoin de réfléchir longtemps pour de nouvelles "blagues" comme tu dis,dit il pour se donner de la contenance. Ces balades nocturnes m'aident surtout à écrire. J'écris beaucoup, mais je ne suis pas très bon, et je ne garde que quelques textes que j'aime bien. Rien d'extraordinaire quoi.

Oui, écrire. C'était souvent pour se vider la tête, pour clarifier les choses avec lui même. Il n'écrivait pas de romans, ni rien de ce genre. Juste de petits textes, qui pouvaient des fois ressembler à de la prose, dans lesquels il laissait divaguer sa pensée. Une facette qu'il était de montrer tout les jours, et il fut bien content que Garance suive son ouverture vers... elle même.

- Derrière mon masque de bourgeoise, dis tu... Beaucoup de choses que je ne dévoile pas. Et ce que tu peux voir tous les jours, des tas de choses en fait.

Si on pouvait donner un prix spécial pour les personnes restant dans le flou, il reviendrait surement à Garance. Elle avait le don pour rester dans le vague, et ne dévoilait que par brides, de temps en temps.

- Ce que je suis ? Tu ne crois pas que c'est difficile à résumer en quelques phrases ? Et puis c'est un peu facile de demander à la personne ce qu'elle est. Le principe est plutôt de la questionner, de la comprendre, plutôt que de se baser sur ce qu'elle dit.

Ça, c'était violent. Une grosse claque verbale. Erwan sourit, satisfait. Il était d'accord avec tout ça, et, si elle ne répondait pas avec un sourire, il sentait bien que ce n'était pas que pour le casser. Il devait y avoir de ça quand même, il ne pouvait pas lui retirer ce plaisir.

-Mon histoire, elle n'est pas très compliquée... Tu pourrais la retracer avec n'importe quel Montmorency. Une enfance choyée dans un beau château, un père avec un poste à responsabilité au Ministère... Tout ça à quelques petits détails près.

C'était justement ces détails qui faisaient d'elle ce qu'elle était, particulière, différente de tout ses camarades de Montmorency.

- Mais je suppose que ce n'est pas ça qui t'intéresse, mais plus ma personnalité. Elle est assez difficile à définir, et je ne pourrais pas te la résumer. Il faut poser des questions, demander... En général, on met beaucoup de temps à me comprendre...si on y arrive.

Il répondit au tac au tac.

- Oh, pas de doute, je vais y arriver. Laisse moi juste un peu de temps.

Il réfléchit un instant. Beaucoup de questions lui venaient à l'esprit, il ne savait pas où commencer.

- Prépare toi à devoir à répondre à un tas de questions, dit il avec un sourire moqueur. Bon... tout d'abord, je ne sais rien de ta famille. Où habites tu ? As tu des frères ou des soeurs ? Est ce que tu t'entends bien avec tes parents ?

- Quels sont tes loisirs ? Je veux dire... traîner avec un cour, je veux bien, mais ça ne m'aide pas à savoir ce que tu aimes faire ? Je suppose que tu suis la mode, non ?


Oui, elle lui avait parlé de stylisme. Erwan avait une assez bonne mémoire.

- Quel est l'endroit que tu préfères au château ?

Bon, ça faisait déjà matière à réflexion. Une dernière question lui restait en tête, et il choisit de finir par celle là.

- Sur quels critères choisis tu ta "cour" ? Tu as dit tout à l'heure que de nombreux élèves souhaitaient avoir "l'honneur" de ta bonne présence, et j'ai vraiment un grand honneur aujourd'hui, ajouta il, les yeux pétillants de malice. Et, par extension, ta sélection de tous ces prétendants que tu jettes toutes les semaines ?

[HJ : non, moi ça va ^^ Bon couraaaage]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garance de Cernay
Sixième année MontmorencyavatarSixième année Montmorency
Messages : 153
Date d'inscription : 07/09/2011
Age : 21
Localisation : Là où ça embête les Armagnac.
MessageSujet: Re: Deuxième rencontre [PV : Erwan]    Dim 9 Oct - 8:38

Il aimait écrire... C'était intéressant. Garance aurait bien continué le sujet, mais vu qu'Erwan devenait aussi rouge que son blason, elle préféra se concentrer sur sa question suivante.

Il répondit immédiatement.


- Oh, pas de doute, je vais y arriver. Laisse moi juste un peu de temps.

Allons donc, Erwan était bien sûr de lui. Il se tut un instant, puis reprit :

- Prépare toi à devoir à répondre à un tas de questions, dit il avec un sourire moqueur. Bon... tout d'abord, je ne sais rien de ta famille. Où habites tu ? As tu des frères ou des soeurs ? Est ce que tu t'entends bien avec tes parents ?

Après une courte pause, il enchaîna :

- Quels sont tes loisirs ? Je veux dire... traîner avec un cour, je veux bien, mais ça ne m'aide pas à savoir ce que tu aimes faire ? Je suppose que tu suis la mode, non ?

Garance ouvrit la bouche pour répondre mais il ne lui en laissa pas le temps :

- Quel est l'endroit que tu préfères au château ?

Et enfin :

- Sur quels critères choisis tu ta "cour" ? Tu as dit tout à l'heure que de nombreux élèves souhaitaient avoir "l'honneur" de ta bonne présence, et j'ai vraiment un grand honneur aujourd'hui, ajouta il, les yeux pétillants de malice. Et, par extension, ta sélection de tous ces prétendants que tu jettes toutes les semaines ?

Quand elle put parler, un sourire amusé se peignait sur son visage :

- Pas mal de renseignements à fournir... Bien, alors ma famille ? Je vis près de Nantes, environ une demi-heure après la ville, ce qui fait que le domaine touche la plage... Je suis malheureusement fille unique, et, je dirais que, oui, je m'entends bien avec mes parents. Plus ma mère, car mon père n'est pas souvent présent, et passe la moitié de son temps à Paris.

Elle reprit son souffle. Ils passaient devant la rotonde où un cours de magizoologie se déroulait.

- Mes loisirs ? Et bien... je suis la mode, comme tu dis, mais tu sais, quand tu es à Montmorency, tu trouves difficilement dans la salle commune d'autres magazines que Elle ou Vogue, ça limite donc un peu le choix. Sinon, j'aime beaucoup le quidditch, et son regard se fit rêveur, j'adore voler sur un balai. Je fais partie de l'équipe des Montmorency, en tant que poursuiveuse. J'aime beaucoup lire la grande littérature, les classiques... A Nantes, je fais de l'équitation, j'aime beaucoup monter... Ah, et puis, le patin à glace aussi...

Elle eut un sourire d'excuses :

- Désolée, ce dernier critère est vraiment un stéréotype des Montmorency.

Ils continuaient d'avancer et ils longeaient maintenant les écuries, passant devant les magnifiques Abraxans de Mme Maxime qui haussaient la tête en les voyant passer.

- L'endroit que je préfère au château... Et bien, je dirais l'étang, ou le verger... Surtout si je suis seule. Sinon, je trouve la salle de bal magnifique.

Elle réfléchit à la dernière question qu'il avait posé malicieusement puis répondit :

- Les critères pour ma cour ? Et bien, comme je te le disais, être un ou une leader relève avant tout du paraître... Il faut donc être à Montmorency, puisqu'il faut rester "groupé" dans la salle commune. Je ne préciserai pas sang pur, vu que tous les Montmorency sont sang pur, mais bien sûr, nous parlons toujours de paraître... Et de ma "cour" comme tu dis. Mes amis peuvent être Armagnac, Conti et sang mêlé... Enfin, passons, je t'ai dit que je n'en avais pas.

Elle marqua une pause, mais maintenant qu'elle avait commencé, elle était loin d'avoir fini de commenter le sujet :

- Le principe d'un leader, pour se faire respecter de tous, est d'avoir une cour à grande image. Toujours le paraître... Donc, être bien habillé, avoir de la conversation... Etre populaire soi même, mais moins que moi, pour ne pas avoir envie de prendre ma place... C'est à peu près tout... Mais les critères sont élastiques en fonction de la personne.

Elle rit devant l'air ébahi d'Erwan, mais ne corrigea pas. Elle avait dit la vérité.

- Quant à mes prétendants, reprit elle d'un ton sérieux. Et bien... lança t'elle avec un regard d'excuses pour la répétition. Tout est toujours dans le paraître, sauf que cela concerne toutes les armoiries. Plus précisément les leaders des autres armoiries, surtout les filles. Susciter la jalousie. Il faut donc qu'il soit beau, bien habillé, populaire, avoir de la conversation... Et fou amoureux de moi bien sûr.

Oui, là, depuis deux réponses, elle devait vraiment le surprendre. Mais à son tour de questionner :

- Et toi ? Où vis tu ? Quelle est ta famille ? Tu m'as déjà renseigné sur tes passe temps... Mais ton lieu préféré ? Le stade de quidditch, comme tout bon Armagnac, ou autre chose ?

Elle marqua une pause, mais reprit sans lui laisser le temps de répondre :

- Tu dis que tu as des vrais amis, donc je ne te demanderai pas sur quels critères tu choisis ta "cour" puisque tu n'en as pas... Mais tes petites amies ? Tu m'as dit que tu n'avais jamais eu de relations durables avec une fille ? Pourquoi ? Que recherches tu chez elle ?

[H.J : Je te retourne l'attention. ^^ A ton tour : bon courage ! xD ]



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Merwin
JouvencelienavatarJouvencelien
Messages : 128
Date d'inscription : 23/09/2011
Localisation : Entre ici et ailleurs
MessageSujet: Re: Deuxième rencontre [PV : Erwan]    Dim 9 Oct - 11:45

- Pas mal de renseignements à fournir... Erwan sourit, fier de lui. Bien, alors ma famille ? Je vis près de Nantes, environ une demi-heure après la ville, ce qui fait que le domaine touche la plage... Je suis malheureusement fille unique, et, je dirais que, oui, je m'entends bien avec mes parents. Plus ma mère, car mon père n'est pas souvent présent, et passe la moitié de son temps à Paris.

Jusque là, rien d’extraordinaire. Une enfance "normale", avec des parents assez attentionnés, qui gardaient de bonnes relations avec leur fille unique. Mais elle parlait quand même de "domaine", ce qui voulait dire quand même que... qu'elle méritait son statut social de Montmorency ! Garance avait dit tout ça d'une traite, et elle marqua un silence pour reprendre son souffle.

- Tu as le droit de faire des poses à la fin de tes phrases, tu sais ? se moquait il, profitant du maigre silence.

- Mes loisirs ? Et bien... je suis la mode, comme tu dis, mais tu sais, quand tu es à Montmorency, tu trouves difficilement dans la salle commune d'autres magazines que Elle ou Vogue, ça limite donc un peu le choix. Sinon, j'aime beaucoup le quidditch, j'adore voler sur un balai. Je fais partie de l'équipe des Montmorency, en tant que poursuiveuse. J'aime beaucoup lire la grande littérature, les classiques... A Nantes, je fais de l'équitation, j'aime beaucoup monter... Ah, et puis, le patin à glace aussi...

De l'équitation ? Erwan croyait qu'il ne s'agissait que d'une pratique pour les moldus de bonne famille. Visiblement, il se trompait, cela concernait aussi les sorciers de bonne famille. A propos d'équitation, ils passaient à présent devant les écuries de madame Maxime.

- L'endroit que je préfère au château... Et bien, je dirais l'étang, ou le verger... Surtout si je suis seule. Sinon, je trouve la salle de bal magnifique.

Erwan approuva en silence. Bon choix, vraiment. C'était beaucoup mieux, elle arrivait à parler sur d'assez longues phrases en gardant son souffle. Il retint un propos moqueur.

- Les critères pour ma cour ? Et bien, comme je te le disais, être un ou une leader relève avant tout du paraître... Il faut donc être à Montmorency, puisqu'il faut rester "groupé" dans la salle commune. Je ne préciserai pas sang pur, vu que tous les Montmorency sont sang pur, mais bien sûr, nous parlons toujours de paraître... Et de ma "cour" comme tu dis. Mes amis peuvent être Armagnac, Conti et sang mêlé... Enfin, passons, je t'ai dit que je n'en avais pas.

Effectivement, ça limitait déjà les origines de ses amis.

- Le principe d'un leader, pour se faire respecter de tous, est d'avoir une cour à grande image. Toujours le paraître... Donc, être bien habillé, avoir de la conversation... Etre populaire soi même, mais moins que moi, pour ne pas avoir envie de prendre ma place... C'est à peu près tout... Mais les critères sont élastiques en fonction de la personne.

Là, il apprenait des choses. Il ne s'y attendait pas : pour lui, elle devait avoir des critères bien précis pour le choix des personnes qui auraient l'infini honneur de la croiser pendant quelques minutes. Mais non. Il se ressaisit, conscient d'une moue un peu trop expressive à son gout.

- Quant à mes prétendants, reprit elle d'un ton sérieux. Et bien... Tout est toujours dans le paraître, sauf que cela concerne toutes les armoiries. Plus précisément les leaders des autres armoiries, surtout les filles. Susciter la jalousie. Il faut donc qu'il soit beau, bien habillé, populaire, avoir de la conversation... Et fou amoureux de moi bien sûr.

Erwan sourit. Il ne trouva rien à ajouter, rien de pertinent du moins. Soit, elle avait répondu à toutes ses questions en un temps record. Il commençait à en chercher d'autres, quand, le prenant au dépourvu, elle lança l'attaque.

- Et toi ? Où vis tu ? Quelle est ta famille ? Tu m'as déjà renseigné sur tes passe temps... Mais ton lieu préféré ? Le stade de quidditch, comme tout bon Armagnac, ou autre chose ?

Outch. Mais encore ?

- Tu dis que tu as des vrais amis, donc je ne te demanderai pas sur quels critères tu choisis ta "cour" puisque tu n'en as pas... Mais tes petites amies ? Tu m'as dit que tu n'avais jamais eu de relations durables avec une fille ? Pourquoi ? Que recherches tu chez elle ?

Aaaah. Il commençait à se demander si elle était un panne de questions. Visiblement non.

- Moi, à la base, je suis de Bretagne, d'un petit village vers Brest. Mes deux parents sont des sorciers, mais j'ai 3 grands-parents sur 4 qui sont moldus. Je suis fils unique aussi... enfin, je crois, ajouta il en souriant. Après, je les vois peu, ce qui est, disons, normal, mais je ne peux pas dire avoir une relation exemplaire avec eux. Je suis quand même la source de nombreux courriers de Madame Maxime qui menace de me renvoyer plusieurs fois par an, alors ça n'aide pas.

Il se tut, cherchant à se rappeler d'une autre question. Ah oui, l'endroit qu'il préférait.

- Quel cliché sur les Armagnacs ! J'y crois pas ! Certes, on adore le terrain de Quidditch, mais on ne peut franchement pas dire que ce soit en endroit beau, ou agréable. C'est... un terrain quoi ! Non, je dirais que la pièce que je préfère au château est... la salle des trophées. C'est vraiment très joli, surtout de nuit. Dommage que cela soit si fragile. Et pour ce qui est de l’extérieur, c'est incontestablement le lac d'argent, aucun doute là dessus. Surtout en hiver.

Venait ensuite la question épineuse de ses petites amies. Il regarda Garance sans répondre. Dans l'immédiat.

- Disons que... je ne suis engagé que sur des relations fragiles. La fille me plaisait, je me sentais bien avec elle, mais je ne pense pas que j'étais amoureux. Assez rapidement, j'ai eu l'impression de sortir avec des amies, et je peux te dire que c'est assez gênant comme situation.

Son regard se détourna enfin du beau visage de la Montmorency. Il commença à faire tourner sa baguette entre ses doigts, à la manière d'un batteur. Devant eux s'étendait à perte de vue la masse sombre de la forêt. Erwan reprit la parole, calculant chacun de ses mots.

- Je ne pense pas avoir des séries de critères. On ne choisit pas la personne dont on tombe amoureux. Ça vient comme ça, d'un coup, ou plus ou moins brutalement, mais on ne peut rien y faire. Mais après, c'est vrai que l'on ne s'ouvre pas forcément de la même manière en fonction des personnes, et que cela joue.

Il se tut une fois de plus. La phrase qui lui venait en tête était impertinente et osée, et lui plaisait bien. Il allait taquiner un peu Garance.

- Tu vois, pas de recette miracle. Je suis vraiment désolé, je ne peux pas t'aider, dit il avec un grand sourire moqueur.

Il l’observait, sourire aux lèvres, se demandant de la réaction de Garance devant ce "léger" sous entendu.

[HJ : je n'ai pas posé plus de questions, je me disais que tu n'aurais pas aimé. Je peux le faire si tu es coincée bien sur ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garance de Cernay
Sixième année MontmorencyavatarSixième année Montmorency
Messages : 153
Date d'inscription : 07/09/2011
Age : 21
Localisation : Là où ça embête les Armagnac.
MessageSujet: Re: Deuxième rencontre [PV : Erwan]    Dim 9 Oct - 17:11

- Moi, à la base, je suis de Bretagne, d'un petit village vers Brest. Mes deux parents sont des sorciers, mais j'ai 3 grands-parents sur 4 qui sont moldus. Je suis fils unique aussi... enfin, je crois, ajouta il en souriant. Après, je les vois peu, ce qui est, disons, normal, mais je ne peux pas dire avoir une relation exemplaire avec eux. Je suis quand même la source de nombreux courriers de Madame Maxime qui menace de me renvoyer plusieurs fois par an, alors ça n'aide pas.

Garance eut un sourire amusé. Allons bon, elle ne s'en était pas doutée.

- Quel cliché sur les Armagnacs ! J'y crois pas ! Certes, on adore le terrain de Quidditch, mais on ne peut franchement pas dire que ce soit en endroit beau, ou agréable. C'est... un terrain quoi ! Non, je dirais que la pièce que je préfère au château est... la salle des trophées. C'est vraiment très joli, surtout de nuit. Dommage que cela soit si fragile. Et pour ce qui est de l’extérieur, c'est incontestablement le lac d'argent, aucun doute là dessus. Surtout en hiver.

Sa commissure droite se souleva un peu. Fragile, hein ? En revanche, elle était tout à fait d'accord à propos du lac. L'Armagnac avait bon goût.

- Disons que... je ne suis engagé que sur des relations fragiles. La fille me plaisait, je me sentais bien avec elle, mais je ne pense pas que j'étais amoureux. Assez rapidement, j'ai eu l'impression de sortir avec des amies, et je peux te dire que c'est assez gênant comme situation.

Il détourna le regard, et fit une pause, cherchant ses mots.

- Je ne pense pas avoir des séries de critères. On ne choisit pas la personne dont on tombe amoureux. Ça vient comme ça, d'un coup, ou plus ou moins brutalement, mais on ne peut rien y faire. Mais après, c'est vrai que l'on ne s'ouvre pas forcément de la même manière en fonction des personnes, et que cela joue.

Il se tut à nouveau et lui lança un regard malicieux, hésitant visiblement à parler.

- Tu vois, pas de recette miracle. Je suis vraiment désolé, je ne peux pas t'aider, dit il avec un grand sourire moqueur.

Noooooon. Il était pas sérieux là ? Elle se redressa et fit sur le ton de la plaisanterie :


- Oooooh ! Ah bon ? Ah non, là c'est vraiment dommage !


Elle riait. Le petit Armagnac était vraiment... incroyablement vantard, et dingue. Oui dingue.
Ils marchaient plus lentement maintenant :


- Donc ton lieu favori n'est pas le terrain de Quidditch, fit elle en opérant un subtil changement de conversation. Tu joues dans l'équipe des Armagnac, non ?

Ils avaient presque fait le tour du lac, et apercevaient les tours du château. Ils passaient devant la volière, ce qui fit sourire Garance.

- Personnellement, je joue en tant que poursuiveuse.

Elle ne savait plus trop quoi dire pour continuer la conversation à présent, elle se contenta d'attendre sa réponse.

[HJ : J'ai plus d'inspiratiooooooooon. Bouhouhou. Bref. Si tu as des idées, relances le rp, et je ferai mieux au prochain post ^^ . Sinon, on pourrait peut être clôturer dans pas longtemps... ? Comme tu veux :p]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Merwin
JouvencelienavatarJouvencelien
Messages : 128
Date d'inscription : 23/09/2011
Localisation : Entre ici et ailleurs
MessageSujet: Re: Deuxième rencontre [PV : Erwan]    Lun 10 Oct - 17:09

Garance eut un temps de blanc, prise au dépourvu par sa remarque, puis éclata de rire.

- Oooooh ! Ah bon ? Ah non, là c'est vraiment dommage !

Erwan sourit, mais ne rajouta rien.

- Donc ton lieu favori n'est pas le terrain de Quidditch, dit elle en changeant complètement de conversation. Tu joues dans l'équipe des Armagnac, non ?

Erwan la regarda étonné. Pourquoi changeait elle aussi rapidement de sujet de conversation ? Il rigolait bien pourtant !

- Oui, je suis Poursuiveur depuis quelques années. Je n'ai pas un très bon niveau, mais je suis déjà largement au dessus de tes capacités, dit il en essayant de garder son sérieux, même si ses yeux le trahissaient. Je suis nettement meilleur que l'équipe de Montmorency au complet un jour le Ministère aurait décidé de ne plus enseigner aux non sang-purs. Et quand je dis meilleur, c'est bourré, les yeux bandés et les mains attachées dans le dos, bien sur.

Il éclata de rire, ne pouvant se contenir plus longtemps. En réalité, Erwan avait déjà affronté les Montmorency de nombreuses fois au Quidditch, et il ne s'agissait vraiment pas de la pire équipe de l'école ! Mais un peu de provocation et de mauvaise foi ne faisait jamais de mal.

- D'ailleurs, si une jolie fille comme toi, et Poursuiveuse de surcroit, acceptait de se mesurer à moi au Quidditch, j'en serai très heureux. Mais si tu dois aller en cours, je ne te jette pas la pierre... ou peut être que si, tiens.

Il sourit à nouveau, attendant une réponse de la jeune fille. Son impertinence avait reprit le dessus pour le reste de la journée, probablement.

[HJ : je te laisse l'honneur de clôturer. Et c'est très court, faute de matière à réflexion (merci Garance ^^)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garance de Cernay
Sixième année MontmorencyavatarSixième année Montmorency
Messages : 153
Date d'inscription : 07/09/2011
Age : 21
Localisation : Là où ça embête les Armagnac.
MessageSujet: Re: Deuxième rencontre [PV : Erwan]    Lun 10 Oct - 17:40

- Oui, je suis Poursuiveur depuis quelques années. Je n'ai pas un très bon niveau, mais je suis déjà largement au dessus de tes capacités, dit il en essayant de garder son sérieux, même si ses yeux le trahissaient. Je suis nettement meilleur que l'équipe de Montmorency au complet un jour le Ministère aurait décidé de ne plus enseigner aux non sang-purs. Et quand je dis meilleur, c'est bourré, les yeux bandés et les mains attachées dans le dos, bien sur.

Il éclata de rire en croisant son regard qui le fusillait. Garance se redressa de toute sa hauteur avec néanmoins une lueur amusée dans ses yeux saphir. Ouuuuuh, elle ne savait pas ce que l'Armagnac avait fumé mais ça devait être fort...

- D'ailleurs, si une jolie fille comme toi, et Poursuiveuse de surcroit, acceptait de se mesurer à moi au Quidditch, j'en serai très heureux. Mais si tu dois aller en cours, je ne te jette pas la pierre... ou peut être que si, tiens.


Il sourit à nouveau. Garance haussa les sourcils. C'était un défi, ça ? Elle hésita un instant.

- Oh le petit Armagnac veut se mesurer à une Montmorency... Il a pas peur de l'inscription "coups et blessures" sur son billet d'absence ?

Elle sourit. A son tour de le narguer un peu :

- Malheureusement pour toi, je ne suis pas encore assez folle pour sécher un cours rien que pour aller jouer au quidditch avec un Armagnac.

Elle lui adressa un sourire éclatant pour bien montrer qu'elle se moquait de lui devant son air désappointé.

- Mais, je suis d'accord pour te retrouver dans une heure au stade. Avec un balai bien sûr.

Vengeance, douce vengeance. Elle allait faire mariner un peu le petit Armagnac un peu trop sûr de lui.
En plus, ça lui évitait de sécher des cours. Elle n'aimait pas sécher, même si le faire ne la dérangeait pas quand ça en valait la peine. Remettre à sa place le petit Armagnac en valait la peine mais, vu comment il avait présenté la chose, il valait mieux le faire languir. Bien fait pour lui.

Elle lui tourna le dos d'un air magistral, et sa chevelure blond platine volant dans son dos, elle se dirigea vers le château, prête à retrouver Erwan une heure plus tard.


[HJ : Et gna et gna et gna. Bon remets toi de mon post sans inspiration. xD Ben pour la peine, Garance ne va pas sécher son cours pour toi, nanananère. ^^ Je te laisse commencer au terrain de quidditch ? ]

[FIN DU RP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Deuxième rencontre [PV : Erwan]    

Revenir en haut Aller en bas
 

Deuxième rencontre [PV : Erwan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le verdict. Le deuxième tour à quand?
» erwan no galerie
» Répartition d'Erwan Gourmelin (fiche refusée)
» Galerie d'Erwan [oui c'est ma 4em galerie]
» Erwan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: >---{Le château}--- :: >---{Le deuxième étage}--- :: >---{Officine}----
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit