AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Equipe de Quidditch de Mercoeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dorian Du Guy
Professeur de Vol, Chevalier d'Armagnac, Arbitre de Quidditch & AnimateuravatarProfesseur de Vol, Chevalier d'Armagnac, Arbitre de Quidditch & Animateur
Messages : 129
Date d'inscription : 27/09/2011
Localisation : Sur un balais ?
MessageSujet: Equipe de Quidditch de Mercoeur   Ven 30 Sep - 8:39

Voici la liste des postes à pourvoir :

- Attrapeur (1/1) : Walter Geminini
- Poursuiveurs, Poursuiveuses (1/3) : Louison D'Alayrac
- Batteurs, Batteuses (0/2)
- Gardien (1/1) : Arthur Ronce-Rouge

Bien entendu, vous le savez, chaque équipe a un capitaine. Ce dernier organise et dirige les entrainements, met en place des tactiques pour les matchs, et coache (oui, écrit ça fait tout de suite vachement barbare) son équipe. Si il y a un problème avec l'équipe, qu'il soit lié à un conflit entre plusieurs joueurs ou à quelque chose d'autre, ce capitaine devra me faire un rapport. En dehors de ça, le titre de capitaine a toujours été convoité pour la gloire qu'il tire lors des victoires, véritable symbole de son équipe, même si il est souvent le premier désigné coupable des défaites par les autres joueurs. Les élèves qui souhaitent devenir capitaine de leur équipe doivent me contacter par rp, en répondant au forumulaire ci-dessous. Je désignerai ensuite les capitaines en expliquant mon choix, et en expliquant mon refus des autres demandes. Le titre de capitaine peut être remit en jeu d'une année sur l'autre, même si l'élève est toujours à Beauxbâtons.

La capitaine de l'équipe de Mercoeur est Louison d'Alayrac.

Pour les demandes de postes, postez à la suite en répondant à ce formulaire :
Nom, Prénom :
Année :
Poste demandé :
Motivations :

Je pense que j'ai à peu près fait le tour de la question. J'attends vos candidatures avec impatience !


Dernière édition par Dorian Du Guy le Jeu 12 Jan - 20:24, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Ronce-Rouge
Sixième année MercoeuravatarSixième année Mercoeur
Messages : 27
Date d'inscription : 30/11/2011
MessageSujet: Re: Equipe de Quidditch de Mercoeur   Mar 6 Déc - 18:44

Nom, Prénom : Arthur Ronce-Rouge
Année : 6ème
Poste demandé : Gardien
Motivations : Arthur a longtemps été supporter de l'équipe des Mercoeur, les encourageant du mieux qu'il pouvait au cours de leurs matchs, décorant leur salle communes de gigantesques bannières à la gloire de leur équipe. Il est devenu joueur de réserve lors de sa 4ème année, ne jouant qu'en cas d'impossibilité pour certains joueurs, n'ayant pas de poste précis. Arthur vient de se décider, suite au départ de plusieurs 7ème années, de postuler au poste de gardien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louison D'Alayrac
Sixième année MercoeuravatarSixième année Mercoeur
Messages : 20
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 26
Localisation : Je suis là
MessageSujet: Re: Equipe de Quidditch de Mercoeur   Lun 9 Jan - 19:58

Nom, Prénom : Louison D'Alayrac
Année : sixième
Poste demandé : poursuiveuse
Motivations : Louison est une jeune fille sportive qui aime la compétition. Elle a pratiqué le horse ball pendant un peu plus d'un an et regrette de ne pouvoir en faire qu'à de rares occasions à présent. Le quidditch lui offre, en quelque sorte, un équivalent et lui permet de décompresser entre le cours. C'est certainement la seule activité qui lui permette d'oublier ses préocupations quotidienne, et la pression qu'elle se met elle-même sur les épaules.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian Du Guy
Professeur de Vol, Chevalier d'Armagnac, Arbitre de Quidditch & AnimateuravatarProfesseur de Vol, Chevalier d'Armagnac, Arbitre de Quidditch & Animateur
Messages : 129
Date d'inscription : 27/09/2011
Localisation : Sur un balais ?
MessageSujet: Re: Equipe de Quidditch de Mercoeur   Mar 10 Jan - 11:39

Ok, acceptée bien sur. J'attends avec impatience ton Mp pour le titre de capitaine ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walter Geminini
Sixième année MercoeuravatarSixième année Mercoeur
Messages : 24
Date d'inscription : 10/01/2012
MessageSujet: Re: Equipe de Quidditch de Mercoeur   Mer 11 Jan - 17:10

Nom, Prénom : Geminini Walter
Année : 6ème année
Poste demandé : Attrapeur
Motivations : Walter est un sportif depuis l'âge de six ans, il est vrai que le sport qu'il pratique est un sport moldu mais il aime devoir se dépasser pour gagner. Et pour lui le quidditch est le sport magique qui offre la possibilité de se dépasser tout en jouant en équipe. On peut croire que l’Athlétisme est un sport solitaire, mais cela n'est absolument pas le cas. Walter est un fan de Quidditch depuis tout petit mais il n'a jamais véritablement jouer à ce jeu. Pourtant au fond de lui, il se sent apte à le pratiquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian Du Guy
Professeur de Vol, Chevalier d'Armagnac, Arbitre de Quidditch & AnimateuravatarProfesseur de Vol, Chevalier d'Armagnac, Arbitre de Quidditch & Animateur
Messages : 129
Date d'inscription : 27/09/2011
Localisation : Sur un balais ?
MessageSujet: Re: Equipe de Quidditch de Mercoeur   Mer 11 Jan - 19:15

Ok. J'ai quelques réserves sur le poste d'attrapeur : en effet, Walter est plutôt solide, il à l'air assez grand, et tes préférences pour l'athlétisme m'amènent à penser que tu irais mieux dans le rôle de Poursuiveur ou de Batteur, mais je ne fixe aucune obligation. Si tu tiens à être attrapeur, le poste est libre, bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walter Geminini
Sixième année MercoeuravatarSixième année Mercoeur
Messages : 24
Date d'inscription : 10/01/2012
MessageSujet: Re: Equipe de Quidditch de Mercoeur   Mer 11 Jan - 19:17

je confirme que je postule pour le poste d'attrapeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian Du Guy
Professeur de Vol, Chevalier d'Armagnac, Arbitre de Quidditch & AnimateuravatarProfesseur de Vol, Chevalier d'Armagnac, Arbitre de Quidditch & Animateur
Messages : 129
Date d'inscription : 27/09/2011
Localisation : Sur un balais ?
MessageSujet: Re: Equipe de Quidditch de Mercoeur   Mer 11 Jan - 19:20

Très bien, tu es validé comme attrapeur Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian Du Guy
Professeur de Vol, Chevalier d'Armagnac, Arbitre de Quidditch & AnimateuravatarProfesseur de Vol, Chevalier d'Armagnac, Arbitre de Quidditch & Animateur
Messages : 129
Date d'inscription : 27/09/2011
Localisation : Sur un balais ?
MessageSujet: Re: Equipe de Quidditch de Mercoeur   Jeu 12 Jan - 20:22

J'ai reçu vos deux Mp pour revendiquer le titre de capitaine d'équipe, et doutant qu'il y ai bientôt de nouveaux membres dans l'équipe de Quidditch de Mercoeur, j'ai décidé de nommer le capitaine d'équipe tout de suite. Afin de justifier mon choix, je vais copier les posts que j'ai reçu et expliquer mes choix.

Je commence par Louison :

Louison D'Alayrac a écrit:


Candidature au poste de capitaine de l’équipe de quidditch des Mercoeurs.


Nom, Prénom : Louison D’Alayrac

Année : sixième

Votre poste dans l'équipe de Quidditch : Poursuiveuse.

Vos motivations : Louison souhaite devenir capitaine avant tout pour partager le plaisir qu’elle a à pratiquer ce sport. Elle veut avoir l’opportunité de faire ses preuves, et montrer qu’elle n’est pas un simple rat de bibliothèque comme tout le monde semble le penser. Habituée à avoir beaucoup de responsabilités, Lou n’a pas peur de devoir prendre elle-même des décisions. Elle a les pieds sur terre et ne veut pas ce titre pour se sentir supérieur aux autres bien au contraire, elle compte rester à l’écoute des autres joueurs. Elle aime gagner mais sait garder la tête froide et pense que ce sont de bonnes qualités pour faire un bon capitaine. Mais la jeune fille est humaine et possède des faiblesses, elle sait que sa crainte de ne pas être aimée peut l’amener à faire de mauvais choix car elle pourrait prendre trop souvent en compte l’avis des autres joueurs (même s’il n’est pas pertinent) au lieu de suivre sa raison.


Match d’hiver difficile :

Mercredi quatre février. Cinq heure trente, c’est l’heure à laquelle Louison choisis de se réveiller en ce jour de match. Pourtant celui-ci débutait bien plus tard dans la matinée, et elle était assez habituée à ces journées de compétition pour réussir à passer une nuit sereine. Mais la Mercœur avait une idée en tête, si elle avait choisis de se réveiller si tôt c’était pour une bonne raison et elle avait agi en conséquence, se couchant à peine son diner englouti.
La jeune fille revêtit sa tenue de quidditch, au moins elle n’aurait pas à repasser par son dortoir avant le match. Elle n’était pas spécialement flemmarde, mais se changer plusieurs fois dans une même journée ne lui faisait pas spécialement plaisir, elle préférait consacrer le temps que cela lui prenait à des activités plus intéressante. Une fois habillée, elle noua ses cheveux en un chignon serré sans pour autant paraitre trop stricte. Louison sortit sans bruit du dortoir, traversa la salle commune encore déserte et se retrouva très rapidement dehors sans que sa présence dans les couloirs ne soit remarquée. L’endroit où elle se rendait n’était pas très difficile à deviner, il était même plutôt prévisible étant donné les circonstances, Lou se dirigeait d’un pas rapide vers le terrain de quidditch, les températures avaient été extrêmement basses cette nuit et elle voulait tout simplement s’assurer que le terrain était praticable et s’il l’était, quelle était l’étendue des dégâts. Même à bonne distance, elle pouvait déjà constater que le sol était gelé, ça ne présageait rien de bon. Elle se plaça au milieu de l’immense terrain, réfléchissant rapidement à ce qu’elle allait bien pouvoir dire à toute l’équipe. Qu’ils risquaient de se casser quelque chose en cas de chute ? Qu’il allait falloir être prudent ? Qu’elle avait peur qu’il leur arrive quelque chose ? Toutes ces pseudo-recommandations sonnaient faux, ce n’était pas la première fois qu’ils disputaient un match de quidditch alors que les conditions climatiques n’étaient pas idéales. Là ils avaient de la chance, il ne neigeait pas, il ne pleuvait pas, seul le froid, les nuages et le sol gelé laissait présager un match difficile. Il était arrivé plusieurs fois que les rencontres soient annulées à cause de la neige ou de la grêle et reportées à des jours meilleurs. Mais Louison avait maintenant assez d’expérience pour savoir que le temps était juste assez désagréable pour les embêter au maximum et pas assez moche pour que le match n’ait pas lieu. Une fois ses constatations terminées Louison fit demi-tour, faisant le chemin qu’elle venait de parcourir en sens inverse pour se rendre au réfectoire.

La jeune fille se dirigea sans hésitation à une table au fond de la salle, à laquelle la quasi-totalité des membres de l’équipe étaient déjà installés, certains plaisantant et mangeant, d’autres ayant du mal à avaler quoi que ce soit. Pourtant la saison était déjà bien entamée, et même les nouveaux commençaient à prendre l’habitude de ces journées de compétition. Louison s’assit avec eux et partagea leur conversation, oubliant un instant le match qui les attendait pour partager un dernier de moment de répit avant de devoir se concentrer.

Sur le coup de huit heure toute l’équipe se leva pour se rendre dans les vestiaires, Louison, comme à son habitude tentait de dire quelques mots avant chaque match pour motiver les troupes même si elle s’abstenait d’enchainer les longues phrases inutiles pendant dix bonne minutes sachant pertinemment que l’équipe n’avait qu’une hâte : entrer sur le terrain. Une fois qu’ils furent tous assis, elle prit la parole tout en affichant un sourire confiant qui contrastait avec la légère anxiété qui commençait à faire son apparition.


« Nous ne sommes pas venus pour planter des salades, on s’est entrainé dur pour ce match, on mérite de le gagner. Cela dit, je sais que vous désirez tous la victoire, mais agissez prudemment, le sol est gelé, une chute qui habituellement serait bénigne risquerait d’être bien plus douloureuse. Gagner en envoyant la moitié de notre équipe à l’infirmerie ne m’apporterait aucune satisfaction personnelle et je suppose que vous pensez comme moi. Je compte sur vous pour donner le meilleur de vous-même mais sans agir de façon inconsidérée. »

C’était bref mais elle avait réussis en peu de mots à formuler clairement ce qu’elle avait à dire, ce qui était plutôt rare chez elle, l’expression orale en publique n’était pas son point fort, mais l’obtention de ce poste lui avait permis de vaincre sa timidité. Louison avait vite compris que les autres joueurs lui faisaient confiance, et que si elle-même n’avait pas confiance en elle, ils finiraient finalement par douter de leur capitaine ce qui aurait automatiquement fait beaucoup de mal à son équipe. La Mercoeur avait donc dû s’habituer à croire qu’elle était capable de mener une équipe et capable de se faire respecter tout en respectant les autres. Ca n’avait pas été facile, il n’était pas toujours aisé de trouver un juste milieu à son rôle, elle ne savait jamais si elle n’allait pas trop loin dans sa prise de décision, la chose qu’elle craignait le plus était de se comporter en dictateur, oubliant un instant qu’elle avait le même niveau et la même expérience que bons nombres de joueurs de son équipe et que dans deux ans maintenant quelqu’un de plus jeune, qui se trouvait probablement à ses côtés en ce moment même, prendrait sa place et serait un excellent capitaine.
Mais ce sujet n’était pas à l’ordre du jour, ils avaient un match à gagner et ce n’était pas en restant assis sur les bancs inconfortables des vestiaires qu’ils y parviendraient. Louison attrapa son balai et se retrouva sur le terrain les autres joueurs la suivant de près, elle commençait enfin à ressentir le stress qui s’emparait d’elle juste avant chaque début de match, ses mains devenaient subitement très moites et des montagnes russes s’installaient dans son estomac, rendant difficile la digestion des aliments qu’elle venait d’ingurgiter. Heureusement à peine le coup d’envoi donné, cette angoisse se transformait en adrénaline et elle prenait un immense plaisir à parcourir le terrain, souriant quand elle réussissait ses passes et jurant quand elle les ratait.

De nombreux élèves avaient pris la peine de se déplacer pour assister au match, en même temps celui-ci promettait d’être intéressant, leurs adversaires n’étaient autres que les Armagnacs, ils avaient gagnés le tournoi des Ecussons l’an dernier et leur équipe était particulièrement difficile à battre. Le combat promettait donc d’être laborieux mais idéal à regarder pour les élèves qui préféraient supporter plutôt que participer. Même si Louison savait que la probabilité qu’ils sortent victorieux de la compétition était mince, mieux valait ne pas être défaitiste, le travail paye toujours, et ils n’avaient pas économisés leurs forces pendant les entrainements, qui s’étaient d’ailleurs enchainés très rapidement plus le match approchait.

Le coup d’envoi allait bientôt être donné, Louison s’assit à califourchon sur son balai et attendit que le professeur donne le top départ pour donner un coup de pied sur le sol et s’élancer dans les airs. Elle remarqua tout de suite, non sans déception que ses prévisions s’étaient avérées exactes, plus elle s’élevait dans les airs plus le froid se faisait sentir. Le vent traversait ses vêtements, elle fut très vite gelée, ses oreilles étaient glacées et elle ressentait des picotements dans les extrémités des membres. La partie n’était pas gagnée d’avance, il était difficile de rester face au vent, les yeux ouverts sans prendre de plein fouet les rafales continuelles. Lou avait certes fait de bonnes prédictions, mais elle n’avait pas imaginé ce que ça serait une fois en l’air.
Les premières minutes du match furent difficiles, elle laissa échapper le souaffle à plusieurs reprises alors que les passes étaient plutôt simples, mais elle n’arrivait pas à le distinguer clairement. L’avantage était qu’elle n’était pas la seule dans ce cas, tous les poursuiveurs sur le terrain avaient du mal à se donner au maximum dans la partie, et à entendre les spectateurs dans les gradins, leur médiocrité rendait le match ennuyeux à mourir. Mais l’être humain a toujours possédé de grandes facultés d’adaptation et après des débuts difficiles, le match reprit son cours normalement. Malgré le froid, toujours saisissant, les joueurs s’étaient habitués aux conditions climatiques, ils ressentiraient certainement le contrecoup de la température une fois le match terminé, lorsque l’adrénaline aurait disparue laissant place aux courbatures et autres petits bobos sans gravité. Louison réussit même quelques belles passes et offrit vingt points à son équipe, mais ce n’était hélas pas suffisant les Armagnacs avaient toujours une longueur d’avance sur eux, anticipant leurs moindres mouvements sans pour autant essayer de désarçonner les joueurs ce qui était assez fair-play de leur part puisqu’ils en auraient tout à fait eu la capacité, Louison en était bien consciente. Les Mercoeurs s’évertuaient à ne montrer aucun signe de faiblesse, refusant d’abandonner si rapidement même si le match semblait perdu d’avance. Louison ne savait pas comment ils se débrouillaient pour former les joueurs mais dans tous les cas, ça ne pouvait que payer, puisqu’il n’y avait pas de maillon faible parmi eux.
En tant que capitaine, la sixième année était censée montrée l’exemple et ne jamais se laisser abattre, mais lorsqu’elle vit les premiers flocons brouiller son champ de vision, Louison céda au découragement, restant un instant au milieu du terrain sans bouger, mais heureusement vite rappelée à l’ordre par l’un des batteurs.


« Lou qu’est-ce que tu fais ! Le match continu, on a besoin de toi. »

La jeune fille repartit instantanément, se maudissant intérieurement d’avoir dû être rappelée à l’ordre par un des membres de l’équipe, même si elle ne le remercierait certainement jamais assez de lui avoir remis les pieds sur terre, si on pouvait parler ainsi en plein match de quidditch. Le découragement qu’elle avait éprouvé quelques secondes auparavant était reparti aussi vite qu’il était venu et elle se remit très rapidement dans le bain et poursuivit le match comme si de rien était, les Armagnacs menaient toujours soixante à trente mais rien n’était joué, aucun des attrapeurs n’avait repéré le vif d’or, et si le leur le trouvait en premier, ils avaient toujours la possibilité de remporter le match, l’avance de l’équipe adverse n’était pas encore phénoménale. Mais un autre événement vient amoindrir leurs espoirs de victoires, sorti de nulle part un cognard frappa de plein fouet l’une des poursuiveuses Mercœur, la faisant chuter sans qu’elle ne puisse essayer de se retenir, son altitude n’était pas très élevée mais le bruit de l’impact fut tout de même peu rassurant. L’arbitre arrêta instantanément le match et Lou se précipita immédiatement au sol pour se précipiter aux côtés de la blessée, donnant, d’un simple coup d’œil, l’ordre aux autres joueurs de se tenir à l’écart.
Elle s’approcha le cœur battant de la jeune fille et constata avec plaisir que son état ne semblait pas alarmant, elle était simplement un peu groggy et l’impact lui avait coupé le souffle pendant quelques instants, la faisant paniquer avant que tout revienne à la normale. Mais l’arbitre et le professeur de vol semblaient être en grande discussion, pointant du doigt le ciel qui s’assombrissait. Lou se surprit à espérer que le match soit annulé, qu’ils puissent avoir une deuxième chance, et oublier au plus vite le désastre de la journée.
Louison y pensait sans trop y croire, mais son vœu fut exhaussé à la surprise générale. L’arbitre rappela l’ensemble des joueurs au sol, et ceux-ci s’approchèrent avec un regard interrogateur.


« On a déjà une blessée, rien de grave je vous rassure, mais moi en tant qu’arbitre je ne vois plus rien ce qui est assez ennuyeux et on est dans une école pas dans une compétition internationale, je vous communiquerais la date de votre prochaine rencontre, rentrez aux vestiaires. »

Certains joueurs prirent une expression dégoutée, certains murmurèrent que des matchs avaient déjà eu lieu alors qu’un violent orage avait lieu et qu’il avait pourtant été maintenu, que le quidditch n’était pas un sport sans danger et que si on renonçait aussi facilement, il aurait mieux valu choisir une autre discipline. Louison les entendit sans vraiment les écouter, elle ne partageait pas réellement leur opinion, mais s’en voulait presque d’avoir échappé à la défaite par « abandon ». La tête des autres membres de l’équipe lui apprit qu’ils partageaient certainement la même opinion qu’elle, et il fallait qu’elle les fasse changer d’avis avant qu’ils aillent se morfondre dans la salle commune pour le reste de la journée. Ils prirent donc la direction des vestiaires avec beaucoup moins d’enthousiasme que lorsqu’ils en étaient sortis pour rejoindre le terrain, il y a encore peu de temps. La plupart des Mercoeurs se laissèrent tomber sur les bancs avec découragement, la matinée ne s’était pas déroulée comme ils l’avaient prévue et c’était déplorable. Louison ne céda pas au découragement général et réfléchit quelques instants à ce qu’elle pourrait bien leur dire pour les remotiver.

« Je mentirais si je disais qu’on a été brillants aujourd’hui. Honnêtement on a nagé dans la bave de troll. Mais on apprend certainement plus de nos échecs que de nos réussites, dites-vous que pour notre prochaine rencontre les Armagnacs sont confiants et ne se donneront certainement pas autant de mal que nous pour préparer ce second match. Il ne nous reste plus qu’à nous remettre au travail, on peut encore y arriver, on a une seconde chance, on ne va pas passer à côté. »

Louison constata avec plaisir la réapparition de quelques sourires même si d’autres joueurs restaient encore sceptiques, la motivation reviendrait avec le temps, ils n’avaient pas connus que de victoires et ils parvenaient à reprendre du poil de la bête pour réattaquer avec entrain. La sixième année trouverait certainement une idée pour leur rendre à tous le sourire, mais d’ici là, rien ne servait de se repasser leurs erreurs en boucles mis à part se culpabiliser pour des fautes bêtes. Elle fut la dernière à sortir du vestiaire, elle soupira avant de refermer la porte derrière elle et de prendre sans se hâter la direction de l’Académie.

Je vais commencer par signaler que vous avez tout les deux pris le même sujet, ce qui est assez drôle. Ici, d'un point de vue narratif, c'est bien : on a une bonne échelle de temps, des angoisses de capitaine avant le début du match, des encouragements dans les vestiaires jusqu'à la fin du match et le départ du stade. Par contre, chose assez dommage, tu as parlé des Armagnac comme équipe adverse sans pour autant aller dans ce sens pendant le match, en parlant de certaines actions particulièrement brouillonnes et bordéliques. Pour le coup, je n'en ai peut être pas encore vraiment parlé dans mes précédents postes au stade, mais j'aurai aimé que tu essayes de penser ton équipe, et l'équipe adverse. Une toute petite remarque ensuite : certaines phrases sont très longues, et plutôt difficiles à suivre, mais dans l'ensemble c'est très bien, à mon humble avis. Je trouve que tu as plutôt bien intériorisé le rôle de capitaine dans le caractère de ton personnage, c'est une bonne image d'une capitaine de Mercoeur à mon avis. Une bonne idée aussi de parler de morve de troll et de trucs du genre, ça donne de la personnalité au rp.

Je passe à Walter :

Walter Geminini a écrit:
Je me trouvais dans le vestiaire de quidditch où l'équipe allait venir me rejoindre d'un instant à l'autre, nous allions jouer un match important aujourd'hui même. Nous nous étions entrainé pour ce jour depuis des semaines pourtant j'étais inquiet, le temps ne ressemblait en rien à tout ce que nous avons affronté durant nos entraînements. J'entendais par là qu'il était bien plus froid et venteux qu'en temps normal et pour ne pas arranger les choses, il neigeait. La visibilité allait en prendre un coup et pour moi cela n'allait pas être évident d'accomplir mon rôle au sein de l'équipe.
J'étais attrapeur et de ce fait, je devais attraper le vif d'or qui rapporterait cent-cinquante points à l'équipe et mettrait un terme au match en court nous accordant la victoire. Enfin, cela dépendait du score marqué au tableau avant que l'un des attrapeurs s'empare de la petite balle doré dotée d'aile. Cette balle était d'une rapidité sans égale mais elle ne me faisait pas peur.
J'avais le dos tournée à la porte lorsqu'une de mes coéquipières entra dans le vestiaire pour aller se changer. Il se passa quelque minute avant qu'elle ne parle me sortant de ma réflexion.


- Le temps va nous mettre des bâtons dans les roues.

Je me tournais brusquement au même moment où j'effectuais un bon de surprise ce qui la fit rire à gorge déployé. Au début je ne trouvais pas cela drôle, je ne pus m'empêche de joindre mon rire au sien. Lorsque je fus calmé, je dis à mon tour :

- Oui en effet et il risque d'être plus violent que ce que nous avons affronté durant l'entrainement.
- Même comparé à l'averse de la semaine dernière? Mes chaussures en sont encore tout humide.
- Je t'assure que comparé à ce qui nous attend durant ce match cette averse n'était que du menue fretin.

Elle n'en dit pas plus, elle semblait comprendre ce que je voulais dire. Les minutes passèrent et les autres membres de l'équipe arrivèrent dans la pièce. Ils se préparèrent en bavardant avant d'aller se joindre à Mari qui était la première à être arrivée dans la pièce. Je les regardais tour à tour avant de prendre la parole pour leur dire ce qui nous attendait sur le terrain :

-Dans moins de cinq minutes maintenant, nous allons entrer sur le terrain pour affronter l'équipe des Conti qui tout comme nous, se sont entraînés pour ce match, mais le temps que nous allons devoir affronter maintenant n'est pas une brise d'été mais un temps qui risque fort de se transformer en tempête de neige alors je vous demanderais d'être prudent et de ne rien faire d'inconsidéré.

Les membres de l'équipe me regardais en silence avant de se lever un à un pour sortir du vestiaire et se rendre sur le terrain. Je restais un peu en arrière, mais je ne tardais pas trop à me joindre à eux. Nous étions tous au milieu du terrain attendant que l'arbitre nous donne l'autorisation de prendre notre envole afin de débuter le match. Avant de donner un coup de sifflet, elle dit :

- Je demanderais à chaque capitaine de faire en sorte que ses joueurs jouent avec fairplay. Maintenant je voudrais que les capitaines se serrent la main.

Je m'avançais de quelques pas en direction du capitaine de l'équipe des Conti afin d'obéir à la consigne qu'elle nous avait donné l'arbitre. La jeune fille qui se trouvait en face de moi avait une poigne costaud et si je ne l'avais pas vu, j'aurais pu parier qu'elle était du même sexe que moi. Je me tournais vers l'arbitre en la regardant en attendant qu'elle souffle dans le sifflet qui pendait autour de son coup. Lorsqu'elle porta l'objet argenté à ses lèvres, le temps sembla ralentir. Tous les joueurs avaient déjà enfourcher leur balai lorsque retentit le coup de sifflet qui résonnait dans l'immensité sur stade.
Je frappais le sol avec mon pied pour m'élever au-dessus du sol. Nous attendions que l'arbitre lâche les balles. Elle libéra le vif d'or qui me passa à quelques centimètres de mon nez, mais je devais attendre le second coup de sifflet avant de pouvoir me déplacer à travers le stade. Les Cognards furent à leur tour libérés de la malle en bois dans laquelle ils restaient enfermé en dehors des entraînements et des matchs.
Je baissais les yeux en direction de l'arbitre et je vis qu'elle avait le Souafle sous le bras. Elle s'en empara à deux mains avant de la lancer vers nous tout en donnant le second coup de sifflet. Je n'entendis pas le son s'évanouir dans les aires, car j'étais déjà lancé à la poursuite du vif d'or.
La balle en cuire rouge avait été réceptionné par l'équipe adverse qui se dirigeait vers nos buts mais c'était sans compter sur nos entraînements. J'avais travaillé sur toutes les possibilités de jeu qui risquaient de nous tomber dessus durant le match. L'équipe des Mercoeur savait ce qu'elle devait faire pour récupérer le Souafle. Les deux batteurs se regroupèrent dans la trajectoire d'un des Cognards, lorsqu'il arriva, ils tapèrent en même temps sur la balle de cuire noir pour lui donner plus de puissance. Ils avaient visé le joueur de l'équipe adverse qui tenait le Souafle, cette attaque se nommait "Défense en doubles bâtes". Le Cognard toucha le joueur à l'épaule ce qui le perturba et il laissa tomber le Souafle qui tomba dans les bras d'un poursuiveur de ma propre équipe.
J'avais regardé l'action en oubliant de faire mon propre travail. Je secouais la tête pour reprendre mes esprits, mais le vent qui se faisait de plus en plus violent le faisait très bien. Je me suis mis à faire des huit sur le terrain pour essayer d'apercevoir la petite balle doré qui avait la taille d'une noix et la rapidité d'une fusée, enfin s'était un peu exagéré venant de ma part, je voyais les choses comme cela.

D'ailleurs cette pensée avait causé un rire général durant le dernier entrainement. j'étais en train de travailler la "Passe arrière" avec les Poursuiveurs de mon équipe tendis que je m'entraînais à capturer le vif d'or avec rapidité. A un moment j'ai sorti cette pensée en criant ce qui étonna tous les joueurs qui se mirent à rire à plein poumon. J'aimais bien rire, car cela était une sorte de soupape de sécurité alors je me suis joints à eux une fois que j'avais compris ce que j'avais fait.

Mes doigts commençaient à prendre une teinte violacé qui ne laissait rien présager de bon car je n'étais pas du genre frileux alors la température devait vraiment être basse. Je m'arrête lorsque j'entendis la foule crier et huer pour voir ce qui se passait dans le stage. Je vis au panneau d'affichage que nous venions de marquer le premier but de la partie.
Nous avions pris l'avantage, mais le match n'était pas terminé tant que l'un des attrapeurs n'avaient pas attrapé la balle en or au creux de sa main. Je repartis donc à la recherche de la petite balle, mais je ne voyais rien du tout. Je n'était pas loin du but adverse lorsque j'entendis une voix sur ma droite :


- Arrête de rêvasser Walter.

Je vis que s'était l'un des batteurs de mon équipe qui m'a interpellé et je ne savais pas vraiment pourquoi alors je tournais la tête sur les côtés pour essayer de voir ce qui avait causé cette remarque de la part de mon équipier.La panique s'empara de la totalité de mon corps me réchauffant d'un seul coups. Mon adversaire avait vu le vif d'or et il fonçait dans sa direction. Je me penchais en avant pour donner de la vitesse pour arriver le plus rapidement possible à l'endroit où se passait la course poursuite.
Je vis rapidement que je ne parviendrais pas à les rattraper alors lorsque je passais devant mon second batteur je criais :


-A toi de jouer.

Il sembla m'avoir entendu, car je vis passer un Cognard qui me frôla en passant m'obligeant à changer de trajectoire. Je ne fus pas le seul à perdre le contrôle du jeu à causse de la balle de cuire noire, car l'attrapeuse de l'équipe adverse perdit le vif d'or des yeux. Ma rêverie n'avait pas causé la défaite de mon équipe, cela aurait été impardonnable venant de ma part puisque j'étais le capitaine de l'équipe Mercoeur. Je sentie de nouveaux l'air glacé contre chaque parcelle de ma peau étant à l'air libre.

Bon, je trouve qu'il y a de bons efforts dans ce rp, ce qui est plutôt encourageant. Attention à certaines fautes d'accord, mais rien de grave. Ici, j'ai bien aimé l'aspect très Quidditch, avec des noms de techniques, mais je trouve que tu es resté dans quelque chose d'assez froid, descriptif, assez loin de ton personnage. Je veux dire que tu vois le match, que tu anticipes les problèmes en tant que capitaine, mais je l'ai trouvé moins personnel que celui de Louison, alors que peut être plus intéressant au niveau du Quidditch en lui même. Je ne sais pas si je suis assez clair. Le déroulement du match y est, et le fait que tu ne donnes pas la fin n'est pas gênant non plus : ça t'évite de prendre un parti qui risquerait de faire perdre en crédibilité ce rp.

Je trouve donc que quelques part, ces deux rp sont assez complémentaires. De bonnes idées se retrouvent dans chaque rp, et si vous aviez fait un même rp à tout les deux, ça aurait pu faire un truc trèès très bien ^^ Globalement je suis assez satisfait, et ça n'a pas été facile de départager clairement ces deux rp, mais j'ai décidé d'accorder le poste à Louison, par sa personnalité qui est intéressante dans ce rp. Pour la suite, je vous conseille tout les deux de vous inspirer des points forts de l'autre rp afin de faire toujours mieux. Walter, j'avais des doutes sur tes capacités à réussir ce test, mais tu m'as agréablement surpris : je serai donc très content que tu continues à faire des rp aussi travaillés à l'avenir quand on fera du Quidditch.

La nouvelle capitaine des Mercoeur est donc Louison, jusqu'à ce que sa candidature soit remise en jeu ou que sa scolarité ne finisse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Equipe de Quidditch de Mercoeur   

Revenir en haut Aller en bas
 

Equipe de Quidditch de Mercoeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Equipe de quidditch des Gryffondor
» Mot du capitaine de l'équipe de Quidditch
» 4- Equipe de Quidditch de Serdaigle
» 4- Equipe de Quidditch de Poufsouffle
» Les équipes de Quidditch

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: >---{Le château}--- :: >---{Extérieurs}--- :: >---{Le stade de Quidditch}--- :: >---{Le Quidditch}----
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit